Navigation – Plan du site
Pratiques et gestes du soin

Le soin, un métier à apprendre ?

Nathalie Zaccaï-Reyners

Résumé

Suivant l'approche de Winnicott, le care renvoie à cette dimension relationnelle si difficile à saisir qui fait que le souci de l'autre donne à un soin la qualité requise pour qu’il ait une signification pour son destinataire. Ce souci participe de nombreux métiers et est pourtant réfractaire à la formalisation. A la suite de plusieurs auteurs, on soutiendra qu’il s'agit bien d'un travail, dont les pénibilités sont palpables, mais que ce travail ne s'apparente ni à la reproduction de ressources, ni à la production d'œuvres. Comment l'appréhender? Comment le faire voir et en transmettre les réquisits? Quels types de relations l’exercice de cet art suppose-t-il ?

Haut de page

Texte intégral

1Chercheur qualifiée au Fonds National de la Recherche Scientifique belge ((Université Libre de Bruxelles), Nathalie Zaccaï-Reyners a notamment publié : Le Monde de la vie (3 vols, Paris, Éd. du Cerf, 1995-1996) et dirigé Expliquer – Comprendre. Regards sur les sources
et l’actualité d’une controverse épistémologique
(Éd. de l’Université de Bruxelles, 2003). À
paraître sous sa direction :
Les figures contemporaines du respect, Éd. de l’Université de Bruxelles, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Zaccaï-Reyners, « Le soin, un métier à apprendre ? », Le Portique [En ligne], 4-2007 | Soin et éducation (II), mis en ligne le 14 septembre 2007, consulté le 24 mars 2017. URL : http://leportique.revues.org/925

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org