Navigation – Plan du site

Une anthropologie comparative du don et de la baraka :

quelques exemples sur le maraboutisme tunisien
Salem AKRIMI

Texte intégral

1Résumé de la thèse en ethnologie de Salem Akrimi présentée et soutenue publiquement à l’Université Paul Verlaine-Metz le 30 octobre 2006.

2Membres du Jury : Pierre Bonte, Directeur de recherche au CNRS (rapporteur, Président de Jury), Richard Lioger, Président de l’Université Paul Verlaine-Metz (directeur de thèse), Abdel Wedoud Ould Cheikh, Professeur à l’Université Paul Verlaine-Metz (codirecteur de thèse), André Julliard, Chargé de recherche au CNRS (rapporteur).

3L’objet de cette étude est une comparaison entre le don et la baraka. Nous sommes allés à Bir El Haffey, ville se situant dans un gouvernorat du centre tunisien, le gouvernorat de Sidi Bouzid. Dans cette région subsiste un islam populaire organisé autour de la notion de baraka. La baraka est perçue comme une grâce censée imprégner les descendants du prophète de l’islam ainsi que ceux de ses compagnons. Ces descendants sont les marabouts. Guérisseurs, devins, spécialistes des génies, sorciers ou écrivains d’amulettes, l’efficacité de ces marabouts repose en grande partie sur l’héritage d’une tradition mais est également une récompense obtenue après avoir franchi l’épreuve déterminante de la maladie. Nous avons pu rencontrer plusieurs marabouts, femmes et hommes, et avons observé que les troubles qu’ils ont dû surmonter sont les mêmes que ceux qui frappent leurs patients. À Bir El Haffey ces troubles sont en particulier le mauvais œil et la possession par les génies. Nous nous sommes efforcés de démontrer que ces atteintes, tout en revêtant les traits de la condition féminine, sont la métaphore d’une crise de la transmission. Perçue comme un signe de l’élection, cette crise est non seulement au cœur du système de transmission de la baraka mais également au cœur de la religiosité populaire. 

4Mots-clés :

5Don, baraka, maladie, initiation, lignage

6An anthropological comparison between gift and baraka. A few examples about Tunisian maraboutism.

7The subject matter of this study is a comparison between gift and baraka. We went to Bir El Haffey, a town located in the governorship of Sidi Bouzid, central Tunisia. A popular Islam still remains in this part of the country and its main aspect relies upon the notion of baraka. Viewed as a kind of grace this notion is supposed to steep the descendants of the Prophet and of his companions’: the marabous. Witch doctors are healers, soothsayers, spirits specialists, sorcerers or amulets writers. Their efficiency relies for the most part upon the legacy of a tradition but also upon a reward after having overcome the determining ordeal of illness. We met several marabous (women and men) and realised that the psychological disorders they had to go through are the same as their patients’. At Bir El Haffey, these disorders are especially the evil eye and the possession by spirits. We tried to demonstrate that while taking on feminine condition aspects, these disorders are the metaphor of a legacy crisis. Perceived like a sign, this crisis is not only in the middle of the system of baraka transmission but also in the popular religiosity.

8Key words : Gift, baraka, illness, initiation, lineage

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salem AKRIMI, « Une anthropologie comparative du don et de la baraka : », Le Portique [En ligne], Thèses, mis en ligne le 20 décembre 2006, consulté le 27 mai 2017. URL : http://leportique.revues.org/914

Haut de page

Auteur

Salem AKRIMI

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org