Navigation – Plan du site

L'éducation dans l’histoire des idées occidentales

David Lucas

Texte intégral

1Résumé de la thèse en Philosophie présentée et soutenue publiquement devant l’Université de Metz le 24 octobre 2005

2Membres du jury : MM Bruno Pinchard, Professeur de philosophie, Université Jean Moulin de Lyon, Maurice Sachot, Professeur de sciences de l’éducation, Université Marc Bloch, Strasbourg II,  Benoît Goetz, Maître de Conférences en philosophie, Université de Metz., Benoît Grison, Maître de Conférences en sociologie, Université d’Orléans, Jean-Paul Resweber, Professeur de philosophie, Université de Metz (Directeur de thèse).

3 L’éducation contemporaine ne peut sembler universelle qu’au travers des habitudes et des convictions qui sont le ciment de la société à laquelle elle prépare. Mais elle est en réalité de toute part soutenue par un ensemble de choix philosophiques fondamentaux dont la spécificité apparaît clairement par comparaison avec d’autres modèles possibles. C’est ainsi que le vis-à-vis traditionnel de la modernité peut permettre à cette dernière de mieux se situer et se connaître. Tandis que l’éducation traditionnelle se caractérise par une référence constante à un ordre de réalité proprement surnaturel, la modernité consiste à libérer l’homme en le rendant à ses facultés et son environnement naturels, et commence donc véritablement avec le cartésianisme. C’est donc bien au moyen de la double considération de la pensée philosophique à partir de Descartes et d’une perspective traditionnelle indissociable d’une référence à la transcendance que nous voudrions réfléchir sur l’éducation contemporaine.

4D’un point de vue cosmologique tout d’abord, la conception traditionnelle s’efface progressivement au profit de la modernité en même temps que l’être ne se rapporte plus à la transcendance – autrement dit que l’objet de la métaphysique traditionnelle se voit privé de la qualité d’être et expédié dans le néant - pour seulement s’identifier, avec le rationalisme classique, à l’étendue et au cogito. L’effacement de la tradition peut en effet se comprendre comme une réduction de l’ontologie de référence, une progressive limitation des possibilités de l’être à la raison humaine et son environnement matériel. Les conséquences de cette réduction vont alors sans dire du point de vue de l’éducation et de la connaissance, dont l’objet varie irrésistiblement en fonction de l’ontologie de référence qui en est comme le fondement.

5 Cette réduction de l’ontologie de référence qui rythme toute l’histoire de la pensée occidentale donne encore à réfléchir aux observateurs contemporains dans la mesure où son point d’arrêt peut ne pas être celui que le dualisme cartésien établit en son temps : la conscience rationnelle et la matière étendue. Une fois que la conscience rationnelle a tiré d’elle-même ses plus ultimes conséquences, la psychanalyse n’a-t-elle pas effectivement fait apparaître une subconscience ? Et après avoir découvert la plus intime structure de la matière, la physique quantique n’a-t-elle pas aussi démontré qu’une énergie proprement immatérielle en était le fondement ? La constante réduction de l’ontologie de référence dont la philosophie occidentale consiste finalement à décrire les étapes et les conséquences, nous porte effectivement à nous demander si la vocation de la postmodernité ne consiste pas à assumer l’émergence d’une infra rationalité et d’une infra matérialité, pour reprendre les deux termes d’un dualisme cartésien qui semblait pourtant avoir déjà réduit le possible à ses plus naturelles extrémités.

6This history of educational ideas want to show the philosophical roots of contemporary pedagogy. On the one and, the convictions which highlight our way to conceive the education can be better understood thanks to comparisons with other models. On the other hand, the main pedagogical model which contrasts with our common convictions is, without any doubt, the traditional one. The analysis of traditional education will eventually permit to show prominence to the basic philosophical hypotheses which determine our pedagogical practice, and will also demonstrate how we could understand today education crises.

7 Once we have explained that modern pedagogy is based upon Cartesian duality, that is to say on the laws and principles of the rationality and extended material, we can wonder whether if we are still submitted to those two modes of being which Descartes used to describe as the rationality and the extent. Psychoanalysis indeed revealed that the privilege of the reason needed to be re-thought. Besides, quantum physics demonstrated that the extent was not the last state of the material. So, the ontology of the 20th century philosophy cannot be the Cartesian one anymore, but can inaugurate a new state of being. There can actually be a link between nowadays face of education and the unprecedented disruption which could constitute a transcended Cartesian ontology.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Lucas, « L'éducation dans l’histoire des idées occidentales », Le Portique [En ligne], Thèses, mis en ligne le 21 novembre 2006, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://leportique.revues.org/857

Haut de page

Auteur

David Lucas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org