Navigation – Plan du site
Lectures

LOMBARD, Jean (dir)L’École et les sciences, Paris, L’Harmattan, 2005, collection Education et philosophie,198 p.  ISBN : 2-7475-9017-8

Gilles Ferréol

Entrées d’index

Recension :

e-portique 2
Haut de page

Texte intégral

1      Dans son introduction, Jean Lombard attire notre attention sur un constat préoccupant : « L’enseignement des sciences à l’école a toutes les apparences d’un orphelin du savoir. Il n’a de scientifique - et encore très superficiellement - que les démarches proposées, et non les contenus. Ce qui le rend tributaire du recours à des approches pédagogiques célébrant des apprentissages transversaux » (p. 16). L’ « accès de tous à la connaissance et à l’exigence même de vérité » s’en trouve, dès lors, entravé (p. 24). Un renversement de perspective est dès lors nécessaire : telle est l’ambition de cet ouvrage, lequel regroupe six contributions.

2      La première, sous la plume de Jean Lechat, combat l’idolâtrie et remet au goût du jour l’apport des Classiques : « Une proposition mathématique est inséparable de sa démonstration, une loi de la nature dit l’expérience qui l’établit, l’explication géographique d’un paysage est à chercher dans l’histoire de l’homme et de la terre » (p. 30). Le donné empirique, dans cette optique, « n’a d’intelligibilité que celle qu’y met l’entendement » tant il est vrai que « ce n’est pas l’intuition sensible qui voit (…) mais la raison » (p. 41). Cette analyse est reprise par Charles Coutel. Celui-ci souligne à juste titre le projet éducateur des Lumières, dont Condorcet sera par la suite l’un des traducteurs les plus éminents. La relecture de ses Mémoires et du Rapport sur l’instruction publique met notamment en exergue l’importance du principe d’ « élémentarité » susceptible de conduire à une « universalité éclairée et humaniste » en conciliant, par une « progression didactique », excellence et égalité (pp. 60-61). La compréhension n’étant pas un dogme, un espace argumentatif peut alors se mettre en place.

3      Ce qu’il s’agit ainsi de constituer, et c’est cette fois Bernard Vandewalle qui prend le relais, c’est un « horizon », afin, pour parler comme Kant, de « s’orienter dans la pensée », de « distinguer de manière rigoureuse les différentes modalités de la croyance » et de rechercher les conditions rendant possible le passage de la perception au concept (pp. 86-88).

4      L’ « activation » de « schèmes » adéquats s’avère ici essentielle pour lutter contre toute forme de superstition. Bernard Jolibert, dans sa communication, approfondit la réflexion en prenant appui sur les notions bachelardiennes d’ « obstacles »  et de « ruptures » épistémologiques. L’accent est mis sur le « renversement des fausses évidences », ce qui suppose un détour par l’abstraction, une « série de renoncements parfois douloureux » (p. 117), l’objectif étant d’ « instruire les élèves » et non d’ « encadrer les apprenants » (p. 128), trop souvent enclins - ajoute Bruno Barthelmé – à « remplacer les idées par des images » (p. 160) ou à perdre de vue que « les instruments ne sont que des théories matérialisées » (p. 158). C‘est dans ce cadre, conclut Yves Lorvellec, que la référence à une « culture scientifique » prend toute sa signification.

5      Des textes, au total, incisifs, bien agencés et qui mettent en garde contre « l’éloignement de la rationalité et l’indifférence au savoir qui sont la marque de la modernité et la conséquence de ses dérives » » (p. 25).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Ferréol, « LOMBARD, Jean (dir)L’École et les sciences, Paris, L’Harmattan, 2005, collection Education et philosophie,198 p.  ISBN : 2-7475-9017-8 », Le Portique [En ligne], 2-2006 | Varia, mis en ligne le 09 novembre 2006, consulté le 26 juin 2017. URL : http://leportique.revues.org/843

Haut de page

Auteur

Gilles Ferréol

Université de Poitiers, LARESCO-ICOTEM

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org