Navigation – Plan du site
Marges et controverses

Préface à l’édition italienne de L’Impératif catégorique

Jean-Luc Nancy

Résumés

« Préface à l’édition italienne de L’Impératif catégorique »

Nous publions ici l’introduction, inédite en France, de la nouvelle traduc­tion italienne de l’Impératif catégorique de Jean-Luc Nancy.

Haut de page

Texte intégral

1Le volume ici traduit en italien se compose d’essais rédigés entre 1977 et 1983, dont les thèmes convergent autour d’un motif de l’obligation non pas tout d’abord morale mais on­tologique : que l’être en tant qu’être au monde et en tant que con­crétion finie de l’infini de l’« être » même ou de l’acte d’« être » soit un être-obligé, ce n’est pas une réduction de sa dignité, c’est au contraire ce qui lui ouvre la possibilité de la dignité et du sens : à savoir, la valeur absolue du rapport qu’il est chaque fois (à chaque être-au-monde, en chaque singularité) par lui-même à l’infini et à l’absolu. On peut aussi le dire ainsi : l’obligation le libère pour son être le plus propre.

2Pour préfacer cette traduction, j’ai cru ne pouvoir mieux faire que d’expliciter à nouveaux frais le contenu de cette obligation, à partir du nom et du concept que Kant en a fixés au seuil de la modernité.

1

3L’« impératif catégorique » est un de ces termini technici de la philosophie dont une popularité légitime a répandu l’usage en l’éloignant inévitablement de son concept (il en est allé de même, par exemple, pour « idea », pour « monade » ou pour « déconstruc­tion »).

4Au sens vulgaire, un impératif catégorique est un comman­dement absolu, qui ne souffre aucune modalisation, aucun accom­modement et encore moins de discussion. Un impératif impérieux, pourrait-on dire, et donc en somme une intensification de la valeur jussive de l’impératif.

5Cette valeur n’est certes pas étrangère à l’acception kantienne du terme, mais elle ne constitue qu’une implication ou bien une conséquence de son concept proprement dit.

6Ce concept, quant à lui, s’établit dans l’ordre de ce que désigne l’épithète « catégorique » et ne saurait se limiter à porter le carac­tère « impératif » à une puissance supérieure. On sait que l’adjectif « catégorique » spécifie cet impératif en le distinguant de l’espèce « hypothétique ». Comme ce dernier terme l’indique, cet autre im­pératif commande sous la condition d’une supposition : si tu veux ceci, alors fais cela.

7Ce caractère conditionnel ne s’oppose pas pour autant à la tona­lité impérieuse du commandement. Si je veux guérir, je dois abso­lument suivre tel traitement : une fois la condition donnée et reçue (étant admis que je veuille vraiment guérir), la contrainte impéra­tive est aussi impérieuse, dans son ordre, que s’il s’agissait d’une obligation morale.

8Autrement dit, l’impératif est toujours impérieux, quelle que soit son espèce. Ou bien il n’est pas un impératif, mais un conseil, une exhortation, voire une simple recommandation.

9Ce qui spécifie l’impératif catégorique, en revanche, c’est qu’il ordonne sans conditions. Le caractère de commandement n’est pas dans la dépendance d’une fin donnée par ailleurs : il est intrin­sèque. De soi, c’est un commandement. Autrement dit, ce qui est commandé et le fait du commandement sont une même chose, ou plus exactement s’entr’appartiennent de manière nécessaire. Il n’y a pas ici le concept d’une fin, d’une part, et d’autre part une vo­lonté qui peut vouloir ou ne pas vouloir cette fin, et qui doit si elle la veut se plier à une contrainte. Il y a au contraire le concept d’une fin qui enveloppe en elle-même la volonté de cette fin et la soumis­sion de cette volonté à l’impératif de cette fin. Le caractère impé­ratif est impliqué dans le concept ou dans la catégorie de la fin.

10Kant emprunte le couple « catégorique/hypothétique » à la lo­gique scolastique pour laquelle la proposition « catégorique » ou le « catégorématique » affirme absolument un prédicat d’un sujet, tandis que l’hypothétique l’affirme sous une condition (« S. est mor­tel » / « si S. est un homme, alors il est mortel »). En ce sens, le « catégorique » est de l’ordre propositionnel, tandis que la « caté­gorie » équivaut, comme on sait, au concept. La libre variation que je propose ici consiste à considérer l’impératif catégorique comme la modalité propositionnelle de la catégorie seule, comme si l’on disait que « le concept doit être » est la proposition enveloppée dans le concept lui-même, se prescrivant lui-même comme fin.

2

11Au demeurant, il n’y a rien d’illégitime à traiter la catégorie comme le noyau ou comme l’embrayeur d’une proposition catégo­rique (affirmative ou impérative) : car la catégorie au sens de Kant et d’Aristote n’est pas le concept au sens le plus général du terme. Elle désigne l’ordre des prédicats possibles pour un jugement quel qu’il soit (pour une proposition, pour une prédication) : ainsi les catégories d’unité, ou d’existence, ou de communauté ne con­sistent pas tant par elles-mêmes que comme possibilités d’attribu­tion dans un jugement (cette chose est une, elle existe, elle est en rapport de communauté avec telles autres). Dans l’impératif caté­gorique, l’attribution ou la prédication se fait sur le mode impératif et non affirmatif ni hypothétique. Par exemple : « cette chose doit être une ! » ou bien « cette communauté d’existence doit adve­nir ! ». Et ce « devoir » implique un « agir » qui lui réponde : c’est pourquoi l’impératif énonce « agis de telle façon que… », c’est-à-dire : que ton action effectue la prédication, la catégorisation indi­quée (sans soumission à aucun autre concept de l’intérêt ou de la finalité de cette action).

12Une seule fin relève de ce régime : l’universalité de la ratio­nalité. La raison ne peut pas ne pas se vouloir comme fin. Elle ne peut donc pas, en tant que volonté rationnelle, ne pas s’obliger à cette fin. Alors que l’hypothèse (si je veux telle fin) suppose le re­cours à quelque intuition empirique (par exemple, l’attrait ou l’avantage que représente la guérison, et donc le désir de guérir plutôt que de dépérir), en revanche la catégorie pure, sans intui­tion 1, se trouve par elle-même comporter aussi le commandement de vouloir sa fin, ou plus encore de vouloir la fin qu’elle est elle-même : la raison ou le rationnel, un ordre raisonnable ou rationnel du monde.

13Il s’en suit, par corollaire, que l’impératif hypothétique relève d’un jugement analytique – si ceci est donné, alors cela s’en déduit – tandis que l’impératif catégorique suppose un jugement synthé­tique : à la raison pure – ou à la catégorie – s’ajoute a priori la motion impérative 2. L’impératif catégorique est en ce sens un schématisme pratique, mais c’est un strict schématisme du sujet pratique et non de l’objet, puisque l’objet en question – un monde rationnel – ne peut être présenté (sinon par analogie et selon ce que Kant appelle la typique de la raison pratique, qui de soi ne com­porte pas la dimension ou la motion impérative).

14La « catégorie », c’est ici l’ordre entier des concepts ou des caté­gories. C’est la table complète de celles-ci qui s’adjoint l’impératif de sa propre intégralité pratique. Pratiquement, et non formelle­ment, le système de cette fameuse table se prescrit lui-même comme devoir. On fera ici l’économie de l’analyse détaillée des douze catégories : il suffira de dire que leur système présente en effet la totalité des existences déterminées, dans la communauté de leurs rapports – totalité qui en tant que fin pratique serait identique à l’effectuation de la liberté.

3

15L’impératif catégorique signifie que le concept d’un monde est indissociable de celui d’un impératif – un monde, cela doit être – et que le concept d’un impératif pur (non relatif à une fin donnée) est indissociable du concept d’un monde : ce qui doit être, c’est un monde, et rien d’autre qu’un monde ne doit, absolument, être mis en œuvre.

16L’impératif catégorique de Kant inaugure ainsi de manière péremptoire et sans doute irréversible l’âge contemporain de l’éthique : il ne s’agit plus de répondre à une ordonnance donnée, ni dans le monde ni hors du monde dans la représentation d’un autre monde, mais il s’agit d’instaurer un monde là où n’est dis­ponible et discernable qu’un agrégat confus. Il faut faire en ce monde et malgré lui advenir le monde de la raison, ou bien la raison comme monde. C’est le dernier avatar de l’ethos chrétien de la distinction entre ce monde et ce qui n’est pas de ce monde.

17Dans cet avatar devient tout à fait clair que l’autre monde ou plutôt le monde autre n’est pas donné, ni ici ni ailleurs. Il n’est même pas donné comme raison, dans la mesure du moins où la ra­tionalité n’est pas, telle quelle, disponible : elle se présente à elle-même comme le commandement de se faire (en tant que « loi uni­verselle de la nature »).

18L’impératif catégorique est bel et bien l’impératif de la caté­gorie, du concept ou de l’Idée – en ce qu’il est l’impératif de la rai­son pure en tant que telle. En dernière instance, d’ailleurs, il n’indique et ne prescrit rien d’autre que l’acte de la liberté, qui est l’Idée même ou le concept intégral de la raison. Il énonce l’auto-prescription de la raison. Bien loin d’être auto-fondatrice, ou plus exactement au lieu même de son auto-fondation, la raison est auto­prescriptive, et c’est là en définitive la « clef de voûte » (expression que Kant emploie, comme on sait, pour la liberté) de sa rationalité même. Le concept de la raison s’adjoint comme concept le com­mandement de se réaliser – étant entendu que ce qui est à réaliser n’est pas donné (n’est pas intuitionnable). La raison se commande d’être ce qu’elle doit être : liberté créatrice d’un monde.

19Elle se commande ainsi d’être en quelque sorte l’équivalent ou le substitut du Dieu créateur : l’impératif catégorique figure à ce compte la résolution de tous les problèmes liés avant Kant à l’idée de Dieu et de la liberté ou nécessité de son acte créateur. La raison s’oblige à sa liberté et se libère pour son obligation. Le paradoxe est qu’une telle formule montre bien à quel point les embarras du Dieu de la métaphysique étaient liés à son anthropomorphisme et à la contradiction en lui de la liberté et la nécessité : contradiction qui se dissout dans la raison kantienne. Mais il en résulte aussi que cette raison n’est pas anthropomorphique, en l’occurrence n’est pas psychologique, ni sociale, et enfin n’est pas humaine. Ou bien : l’humain en elle n’est pas donné, mais autoprescrit.

4

20Ce qui est ainsi prescrit revient donc, sur un mode encore une fois d’extraction chrétienne, à ne pas être de ce monde. Cela com­mande d’ouvrir en ce monde un autre monde. La raison doit s’ou­vrir en ce monde comme un autre monde et comme l’autre du monde – en général, comme l’autre du donné.

21Toutes les ambiguïtés, les ambivalences, les contradictions et les apories de l’« autre (du) monde » à partir de Kant sont ici en germe : le sens de l’histoire et de sa fin, l’utopie, la transformation du monde, le messianisme comme avènement ou bien comme ina­vènement d’un « Messie », l’errance d’un destin, la précipitation d’un entraînement, la délivrance dans l’instant et de l’instant…

22L’impératif catégorique commande simultanément un présent, une histoire et une éternité. C’est le nouage de ces trois instances qui nous reste encore à penser, et à penser comme la praxis d’une raison qui ne se contente pas d’être ce qu’elle peut être : qui ne se contente pas de tout ce que nous désignons à l’ordinaire comme « rationnel » et comme « raisonnable ».

23La destitution de l’étant suprême a pour conséquence directe et nécessaire l’obligation de créer un monde. On remarquera au pas­sage que cette destitution – la ruine de l’argument ontologique – n’a pu s’opérer qu’en défaisant le lien de nécessité entre la catégo­rie et l’existence (l’idée de l’être parfait n’inclut pas son effectivité). À cet égard, l’impératif catégorique peut apparaître comme la resti­tution jussive de cette nécessité auparavant entendue comme lo­gique et ontologique.

24Une formidable ambiguïté trouve ici sa possibilité : ce régime qu’on peut dire ontologique de l’impératif (en définitive, le catégo­rique engendre ici l’ontologique) peut faire passer l’être tout entier dans le devoir-être. Avec le devoir-être en position de « subs­tance », si l’on peut dire, on entre dans le règne du « sujet » tel que Hegel, précisément, va le substituer à la substance. C’est-à-dire que le devoir-être engage le rapport à soi d’une volonté ou d’un désir, d’un projet ou d’un programme, d’une intention ou d’une attente – en général d’une tension finalisée par une représentation de son propre accomplissement. Tous les pièges signalés à l’instant de l’« histoire », de la « destination », de l’« avènement » sont ici prêts à fonctionner.

25Mais si ces pièges sont évités, et s’il reste exclu que l’être su­prême passe de l’être au devoir-être, alors il s’en suit bien plutôt que le « suprême » n’est plus un prédicat de l’être mais que l’impé­ratif devient sa consistance propre, si l’on peut dire. Rien n’est plus haut que le commandement : non pas le « commander », mais l’« être-commandé ». Non pas le sujet-maître, mais le sujet assujetti à cette réceptivité de l’ordre.

26Il reçoit l’ordre – il se reçoit en tant que l’ordre – de faire un monde. Mais il ne s’agit pas (et c’est ce que doit comprendre le sujet) de venir occuper la place de l’étant démiurgique, puisque c’est précisément cette place qui vient d’être vidée. Il s’agit de se tenir en ce vide et à lui – c’est-à-dire de rejouer à nouveaux frais ce que « ex nihilo » veut dire. Que rien ouvre un monde et s’ouvre dans le monde, que le sens du monde écarte toute vérité donnée et délie toute signification liée. Que je reçoive, que nous recevions l’ordre de nous tenir dans cette ouverture. C’est impératif, en effet.

*
* *

27En terminant cette préface, j’exprime toute ma gratitude à Fulvio Palese qui a entrepris et mené à bien la traduction et l’édition de ce volume. Je sais quel travail soigneux il y a consacré, à la fois en philosophe et en ami.

28Jean-Luc Nancy, mars 2005

Haut de page

Notes

1. On pourrait introduire ici la question délicate dans ce contexte des formes pures de l’intuition. Mais cela exigerait un tout autre développement.
2. Voir Fondements de la métaphysique des mœurs, 2e section, Ak. IV, p. 421.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Nancy, « Préface à l’édition italienne de L’Impératif catégorique », Le Portique [En ligne], 18 | 2006, mis en ligne le 15 juin 2009, consulté le 25 mai 2017. URL : http://leportique.revues.org/831

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Nancy

Jean-Luc Nancy, philosophe, professeur à l’Université de Stras­bourg, auteur de nombreux ouvrages dont les plus récents sont : L’Expérience de la liberté (1988), Une pensée finie (1990), Le Sens du monde (1993), Les Muses (1994), Être singulier pluriel (1996), aux Éditions Galilée, Hegel, l’inquiétude du négatif, Hachette, 1997 et aux éditions Galilée : Le Regard du portrait, 2000, L’Intrus, 2000, La Communauté affrontée, 2001, À l’écoute, 2002, La Création du monde ou la Mondialisation, 2002, Au fond des images, 2003, Fortino Samano (Les débordements du poème), 2004 (avec Virginie Lalucq), La Communauté désœuvrée, 2004, « Loth et ses filles de Simon Vouet », [catalogue de l’exposition Éclairages sur un chef-d’oeuvre. Loth et ses filles, Musée des beaux-arts de Strasbourg, 2005, La Naissance des seins, suivi de Péan pour Aphrodite, 2006, La Déclosion (déconstruction du christianisme, 1), 2006.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org