Navigation – Plan du site
Poésie, art et dialogues entre cultures

La grande tâche de la poésie

Michel Deguy

Résumés

 Commentaire du livre de Philippe Lacoue-Labarthe, La Politique du poème, Paris, Galilée, 2002

 « La grande tâche de la poésie ». Comprendre ce qu’aura été le grand Romantisme européen, ces deux siècles d’un âge immense de la poésie (Dichtung) est une tâche difficile, né­cessaire à notre orientation après le romantisme, autrement dit après les révolutions. Heidegger croyait pouvoir écrire, reprenant le grand motif ro­mantique de la relation privilégiée, « essentielle », du poète et de son peuple (Volk), que « Hölderlin n’est pas encore devenu puissance dans l’Histoire de notre peuple. » Comment prendre acte du (c’est-à-dire penser le) décès de cette croyance ?
Deux formules d’Adorno proposent deux « paramètres » pour appréhender l’« obscurité » de nos temps, susceptibles de nous aider dans la (ré)orien­tation (Kant) de la pensée. L’une parle de « vaine tentative » (de la mu­sique), l’autre de « prière démythifiée ». Michel Deguy pour frayer du sublime et de la transcendance contemporains cherche à les faire parler davantage. Le sublime affecte la transcendance moderne ; la « sublima­tion », dans la suite, peut-être, de l’élévation baudelairienne, est tâche quotidienne. Profaner, c’est déposer – et ainsi garder auprès. Profaner, pour une transcendance active. Grandes tâches de la poésie ?

Haut de page

Texte intégral

Commentaire du livre de Philippe Lacoue-Labarthe, La Politique du poème, Paris, Galilée, 2002

1À la page 120 de son livre La Politique du poème, Philippe Lacoue-Labarthe cite Heidegger disant de Hölderlin qu’« il n’est pas encore devenu puissance dans l’Histoire de notre peuple ».

2Si c’est ça l’affaire, où en sommes-nous, « nous », « nous autres Français » ? La dernière fois que quelque chose de tel a eu lieu, le « devenir puissance d’un poème/poète dans l’Histoire du peuple », ça s’est appelé Victor Hugo. L’âge de ce devenir-puissance fut donc clos en 1885, il y a quelque 120 ans. La légende du siècle, Victor Hugo, qui a lui seul était le vers, disait Mallarmé, et l’accusateur du régime impérial, puis le sénateur de la République, tenant la politique du poème et le poème de la politique, cette légende se refermait. De médiation entre le peuple et la poésie, de « demi-dieu », il n’y eut plus. Le devenir « action restreinte » avec Mallarmé sépare « l’Histoire de notre peuple » d’une possibilité pour que le poème, et le nom d’un Poète, « devienne puissance ».

3Or, que la différence passant à l’in-différence se soit encore détériorée jusqu’à la catastrophe de l’abandon hostile (que vient sceller et non réparer l’acculturation sociale culturelle de la poésie, je n’en prends à témoin que ce seul fait, précisément « incontes­table » : le nom propre de la plus récente phase du Dichten, autre­ment dit de la dernière fois où l’art et les arts, le Poème, a pris figure de puissance dans l’Histoire, bref : le surréalisme, tentative d’insurrection nationale, internationale et cosmopolitique, voici qu’en quelques décennies son nom propre, en régime d’épithète (« c’est surréaliste ! ») en est venu partout, pour tous, je veux dire médiatiquement, populairement, à signifier le faux sens, ou le non-sens, le contresens ou le n’importe quoi de la stupidité.

4Que si donc l’avenir du xxie siècle est le surmontement du nationalisme, l’arrachement des peuples à l’ethnie, à la « purifica­tion ethnique », donc à contresens de ce que fut la poésie comme chant d’identification « nationale », alors on peut douter que la poésie, privée de tout devenir puissance, puisse jouer un rôle dans ce devenir, dans cette phase de l’anthropomorphose... (« le dieu qui peut nous sauver », ou par vicariance son demi-dieu, ne semble plus « pouvoir prendre la figure du Poète »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Deguy, « La grande tâche de la poésie », Le Portique [En ligne], 18 | 2006, mis en ligne le 15 juin 2009, consulté le 25 mai 2017. URL : http://leportique.revues.org/826

Haut de page

Auteur

Michel Deguy

Michel Deguy est universitaire, écrivain et poète. Il est directeur de la revue Po&sie (Belin, 27e année) et membre des Temps modernes. Il est le président de Conseil d’administration du Collège Interna­tional de Philosophie. Son œuvre poétique est édité principalement chez Gallimard (3 volumes, coll. Poésie/Gallimard) et au Seuil.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org