Navigation – Plan du site
Cahier 3 2005
Sociologie, ethnologie

L’étude du public d’un établissement culturel ou la production d’événements et d’espace de discussion de la qualité culturelle d’un lieu

Sabrina Leyendecker

Résumés

Toute activité de qualification patrimoniale, culturelle, artistique d’un lieu mobilise aujourd’hui un certain nombre d’acteurs (Etat, villes, départements, associations locales et plus largement le public) et ce d’autant plus que la décentralisation a crée des systèmes de coopération contractuelle entre ces institutions. Aussi, pour comprendre les étapes, les moments qui président à la qualification culturelle d’un lieu, il est nécessaire de mettre au jour les interactions entre ces différents acteurs, interactions qui prennent souvent forme par et pour des « dispositifs d’expression réglée des pratiques sociales ». Nous nous proposons ici de montrer comment le public, et plus particulièrement une expertise sociologique des publics, est à même de constituer un instrument de mesure de la qualité d’un site.

Haut de page

Texte intégral

1Toute activité de qualification patrimoniale, culturelle, artistique d’un lieu mobilise aujourd’hui un certain nombre d’acteurs appartenant à des institutions différentes (Etat, villes, départements, associations locales et plus largement le public) et ce d’autant plus que la décentralisation a crée des systèmes de coopération contractuelle entre ces institutions1. Ce mouvement, initié en 1982, permet ainsi aux acteurs locaux de s’investir dans des activités de valorisation - voire de protection - de certains sites et établissements. Aussi, pour comprendre les étapes, les moments qui président à la qualification patrimoniale et/ ou culturelle d’un lieu, il est nécessaire de mettre au jour les interactions entre ces différents acteurs, interactions qui prennent souvent forme par et pour des « dispositifs d’expression réglée des pratiques sociales» 2. Nous nous proposons ici de montrer comment le public, et plus particulièrement une expertise sociologique des publics, est à même de constituer un instrument de mesure de la qualité d’un site. C’est bien la question de l’articulation d’une mesure des publics à la mesure de la qualité du lieu qui sera évoquée ici. Les réflexions qui suivent s’appuient sur l’expertise sociologique des publics de la Maison de Robert Schuman située à Scy-Chazelles en Moselle, expertise encore en cours. Ces réflexions constituent ici autant une analyse critique de la méthodologie employée - dans la mesure où sa description donne à voir les fondements de la mesure du public - que le lieu d’une interrogation sur les mesures du public à travers le dispositif mis en place.

1. L’expertise et la mesure

2La situation d’expertise de ce site se présente sous la forme d’une organisation tripartite, i.e un commanditaire (le Conseil Général de Moselle), un organisme à évaluer (le public du site de la Maison de Robert Schuman) et un expert3( l’auteure de ce texte). Cette définition très générale, offre néanmoins l’intérêt de prendre en compte tous les aspects de l’expertise et surtout, ce qui nous intéresse particulièrement ici de valoriser leur interaction. C’est dans la perspective de création d’une extension muséographique du lieu que la direction du site souhaitait effectuer une étude sociologique des publics. La Maison de Robert Schuman, construite à la fin XVIIIème, début XIXème, fut achetée par Robert Schuman en 1926. L’ancien ministre des affaires étrangères y est décédé en 1963, et quelques années plus tard, une association « Les amis de Robert Schuman » puis le Conseil Général de Moselle en 2000 ont pris successivement la direction de ce lieu pour conserver le site et le présenter au public.4 La Maison, qualifiée par ailleurs de « Maison Historique » - nous reviendrons sur ce terme par la suite - a été conservée et restaurée en l’état, telle qu’elle était entre 1961 et 1963, elle revêt ainsi un « caractère habité ». Ce lieu abrite des expositions temporaires et une exposition permanente. Des projections de film et des conférences autour de Robert Schuman ont lieu régulièrement. Des jardins (un jardin d’agrément et un jardin historique) sont également accessibles au public, les visites de ce dernier sont donc protéiformes.

3 La demande d’analyse du public émanant de la Maison de R. Schuman peut être envisagée ici comme le lieu de la problématisation d’une situation. Le terme de problématisation est ici emprunté à M. Callon5 pour qui problématiser consiste à formuler une ou plusieurs questions à résoudre et à identifier toute une série d’acteurs humains et non humains qui participent de cette situation problématique. De ce point de vue, l’équipe de direction formule la question suivante : « Quel est l’intérêt du public pour la Maison de R. Schuman ? » et une question sous-jacente « comment intéresser le public ? ». Le public est ainsi présenté comme une entité « volatile », sa morphologie, ses appétences culturelles sont méconnues. Par ailleurs, le site accepte plusieurs dénominations, il est tour à tour appelé :

4- « la Maison de Robert Schuman »6 : la Maison est ainsi appréhendée et valorisée par l’histoire personnelle (privée et publique) de l’homme politique.

5- « la Maison Robert Schuman » : le terme désigne alors à la fois une Maison que l’on visite et un lieu où l’Europe est expliquée, valorisée, ce qui signale l’appropriation du lieu par la politique du politique.

6- « la Maison lorraine de Robert Schuman », enfin, est une appellation peu usitée. Dans cette dernière acception, la Maison et son propriétaire sont présentés et valorisés par et pour leur ancrage local.

7Ces trois dénominations possibles du lieu qui sont utilisées de façons concomitantes, mais aussi parfois concurrentes, par l’équipe du site nous alertent immédiatement sur les problèmes de compréhension et d’appropriation que peuvent rencontrer les visiteurs, problèmes que l’enquête vise justement à préciser. En effet, si ces trois acceptions se confondent pendant la visite - car le guide évoque simultanément la vie privée de R. Schuman, les moments de la politique européenne, montre des photos de villes Lorraine et Luxembourgeoise, ou encore des objets typiquement lorrains -, il reste qu’elles intéressent diversement le public et c’est d’ailleurs cet intérêt différentiel que l’expertise est sommée de mettre en exergue.

8La tâche assignée à l’enquête du public par les commanditaires est alors double.

9D’une part, l’enquête doit être à même de définir les deux éléments équivoques suscités (le public et la Maison) ou tout du moins d’en donner une définition acceptable par ceux qui participent à la situation d’expertise ; le public et les commanditaires. Donner forme au public et informer de ses compétences sont autant de gageures de la situation d’expertise.

10D’autre part, elle doit rendre compte de la relation que le public entretient avec la Maison. Elle a ainsi pour objectif de rendre visible ce que la Maison de R. Schuman fait au public, la satisfaction, le plaisir que ceux-ci ont éprouvé lors de la visite et également ce que le public fait à la Maison de R. Schuman, i.e. quelle signification le public attribue au lieu. L’étude est ainsi sommée de montrer ce qui fonde la qualité du lieu pour le public et de mettre au jour les formes de l’expérience intellectuelle, culturelle et corporelle du lieu. Comment dès lors articuler la mesure des caractéristiques du public, du plaisir éprouvé et de la démarche qui préside à cette délectation ?

11L’expertise sociologique des publics a été menée à travers un dispositif d’administration de questionnaire aux visiteurs du lieu. Cette méthode fut choisie car aucune étude préalable n’ayant été effectuée sur le site, il convenait de procéder en premier lieu à une sociographie du public. La conception des questions se présente en fait comme la traduction des questions problématiques principales évoquées précédemment - qui est le public ? quel est l’intérêt du public pour le lieu ? - en un faisceau de questions portant sur les pratiques, opinions et (com)positions sociales du public. Le questionnaire est subdivisé en trois parties. Une première partie s’intéresse aux caractéristiques socioéconomiques du public (l’âge, le sexe, le lieu de naissance, de résidence, les PCS). La seconde partie porte sur les activités culturelles du public, son traitement permet ainsi de mettre en valeur des profils types d’individus construits sur des univers de pratiques culturelles ou encore des socio-styles7. Et enfin, une dernière partie vise à identifier l’objet de la visite et à mesurer la satisfaction des publics quant à la visite guidée de la Maison. Autant d’éléments, de critères d'appréciation des qualités du public, de ses capacités ou de ses moyens qui sont des unités de référence de la mesure du public. Les figures du public se révèlent par l’application de ces unités de mesure. Autant dire que le questionnaire « mesure » le public sous toutes ses formes ! Mais de quelles formes du public parlons-nous ? Le questionnaire, par la multiplicité des mesures qu’il autorise, conçoit le public comme une triade. Le public est tour à tour considéré comme citoyen, usager et consommateur8, en même temps qu’il représente simultanément toutes ces figures.

2. La mesure et les figures du public

12 Ces trois formes du public correspondent à leur mise en forme par une unité d’analyse particulière : PCS, usage du lieu, consommation culturelle sont autant de critères de classification et de diversification du public. D’une certaine manière, le public, tel qu’il est appréhendé par l’expertise ne préexiste pas à la situation d’expertise, il se construit en même temps qu’elle et elle produit ainsi des figures du public auquel elle attribue certaines particularités.

Le public citoyen

13Le public citoyen prend forme à travers une construction statistique et plus particulièrement à travers la mise au jour de sa composition par professions et catégories socioprofessionnelles, sa répartition par age et par sexe ainsi que sa distribution spatiale. Le public effectif des visiteurs du site est ainsi caractérisé par des variables indépendantes de son propre jugement de satisfaction, et sa composition comparée avec celle de « l’audience potentielle formée par l’ensemble des citoyens français ».9 La diversité sociale du public observé, si elle correspond avec celle du public national, permet alors de démontrer conjointement le caractère démocratique de la visite (qui intéresse également toutes les classes de citoyens), et la valeur de bien public du lieu (dont toutes les catégories de citoyens profitent également).

14Dans le cas du musée Robert Schuman, le traitement statistique de 376 questionnaires remplis par les visiteurs entre le 1er juillet et le 1er septembre 2005 révèle une diversité des publics patente tant par l’âge que par la profession exercée. Toutes les tranches d’âge sont représentées sur le site : 16% des visiteurs ont moins de 25 ans, 27% entre 25 et 45 ans, 33% entre 45 et 60 ans, enfin 24% sont âgés de plus de 60 ans. La sous représentation des moins de 25 ans s’explique par la période de passation du questionnaire10. Tous les groupes socioprofessionnels sont représentés : 23,5% de cadres et professions supérieures, 20,8% d’employés et d’ouvriers, 27,3% de retraités, 6,2% de professions intermédiaires, 12% d’étudiants, 4% de commerçants et artisans et enfin 6,2% de « sans emploi ». La diversité d’âge et de profession des publics sur le site contraste ainsi avec l’idée selon laquelle les établissements à faible fréquentation ont en général un public plus homogène que les grandes institutions11, i.e. les musées nationaux.

15Néanmoins, les PCS supérieures (Cadres supérieurs, Professions intellectuelles) sont surreprésentées. En effet, elles représentent 23,5% des visiteurs - alors qu’elles ne constituent que 8,1 % de la population active en Lorraine12 - et 47% des retraités appartenaient à cette catégorie. Les employés et ouvriers ne représentent que 20,8 % des visiteurs - alors qu’ils constituent 69,8 % de la population active en Lorraine - et 37,7% des retraités appartenaient à cette catégorie. La surreprésentation des PCS supérieures contredit ainsi l’image du musée « local » comme répondant à un goût plus « populaire » (au sens de caractéristique des classes populaires) que le musée national.

16La mesure des caractéristiques socio-économiques du public permet d’inscrire le public de la Maison de Robert Schuman et ses propriétés dans un réseau d’études sociologiques effectuées au sein de divers établissements culturels. L’utilisation du questionnaire comme outil standardisé d’étude de ce type d’établissements crée un espace de comparabilité des publics. « Standardiser c’est établir des critères qui permettent de décider que deux situations sont différentes ou similaires »13. Il permet d’une part de mettre en équivalence l’audience de la Maison avec l’audience de musées nationaux, et donc de rapprocher la maison de Robert Schuman d’un musée national car elle ne reflète pas un goût « populaire ». Et d’autre part, la mise au jour des propriétés de l’audience la transforme en véritable public au sens citoyen du terme et montre le rôle de démocratisation culturelle du site, ce qui plaide pour la reconnaissance administrative d’un lieu qui n’est pas encore légitimé (il n’est pas un musée, il ne possède pas de label). En effet, si toutes les catégories sociales sont représentées de manière quasi équivalente sur le site, la Maison intéresse tout le public, indépendamment de l’appartenance de classe. Le questionnaire positionne ainsi le site à la fois en tant que musée national et musée d’intérêt public.

17Tant qu’aucune étude n’a été réalisée, on ne peut revendiquer en effet la valeur démocratique du lieu. Le questionnaire permet de démontrer la diversité des publics qui elle-même atteste de l’intérêt du public pour le lieu, et finalement, de l’intérêt public du lieu. Le cas de la Maison de Robert Schuman nous confirme donc que la classification des publics que permet la standardisation de l’enquête est un enjeu autant scientifique que politique. En objectivant la distribution de la fréquentation du site selon les différentes catégories sociales du public, elle permet d’établir ainsi la consistance du site comme bien public. Parce que tous les citoyens (l’ensemble du public sans condition d’appartenance sociale) par leur présence ont plébiscité le lieu, le lieu est donc légitimé, il sert l’intérêt public !

Le public usager

18Le public des usagers du site apparaît à travers la mesure de la satisfaction exprimée sur le service proposé. « Cette mesure distingue au sein du public citoyen, des groupements d’individus qui se différencient les uns des autres par l’efficacité sociale du jugement qu’ils portent »14 sur le lieu. Mesurer la satisfaction du public exige de définir les objets de cette satisfaction, les supports particuliers que la direction de la Maison met et souhaite mettre en valeur, c'est-à-dire sa politique muséographique. Celle-ci s’inscrivant principalement dans la valorisation du caractère habité du lieu, des questions sur l’appréciation de l’ « ambiance », la décoration des pièces ont donc été posées. Si les biais de ce type de mesure de satisfaction sont bien connus15, il reste que, dans ce cas précis, la plupart des réponses données étaient des modalités extrêmes (tout à fait satisfait ou pas du tout satisfait) et que ces réponses étaient parfois accompagnées de commentaires les justifiant.

19Par ailleurs, la politique des publics, c’est à dire la manière dont le public lui-même était défini par la direction de la Maison, a été également soumise à évaluation. Des questions ont ainsi été posées sur la qualité de l’accueil et des initiatives créées en faveur du public, notamment  les spectacles culturels que la Maison initiait à ce moment. La mesure de la satisfaction des usagers est le lieu de l’épreuve de la qualité professionnelle de la gestion du site et de l’adéquation entre les caractéristiques locales de l’usage du site et les initiatives proposées. C’est ainsi que la pertinence de certains spectacles de danse contemporaine a été remise en cause par les usagers au nom d’une attente de spectacle portant plutôt sur la danse classique et au nom d’un usage exclusivement muséal du lieu (privilégiant les visites de la maison et des expositions). L’insatisfaction caractérisée par la faible présence du public sur le site lors de ces représentations et par les commentaires dépréciatifs qui figuraient dans le questionnaire a ainsi enjoint la Maison de (re)penser la cohérence de l’offre culturelle inscrite dans la politique de développement du site. Le public somme ainsi la direction de réfléchir autant à la cohérence du type de produits culturels présentés sur le site (classique vs contemporain) qu’à leur articulation aux usages du lieu (usage muséal vs usage culturel). Ceci explique en partie les raisons pour lesquelles les animations initiées sur le site ne seront sans doute pas reconduites la saison suivante (ou le seront en nombre moins important), la Maison de Robert Schuman n’ayant pas vocation « à être la Maison de la Culture de Scy-Chazelles 16».

20Le questionnaire se lit, dans cette deuxième approche du public, comme un instrument de problématisation de la situation proposée par la direction aux visiteurs. La problématisation, selon M.Callon17, est une manière de mettre en forme une question qui identifie un ensemble d’entités et qui s’attache à démontrer que ces dernières sont concernées, qu’elles ont intérêt à cette question18. Elles sont, par là même, reliées dans une perspective qui est propre à celui qui pose la question. Aussi, la constitution et la passation du questionnaire servent non seulement à définir les identités qui posent problème à la direction de la Maison de R. Schuman - la Maison, le visiteur, la visite mais également à faire éprouver au visiteur la démarche de valorisation du site initiée par la direction, c'est-à-dire la manière dont elle entend intéresser toutes les entités concernées par cette valorisation. Si la plupart des administrés répondent explicitement aux questions i.e. ils valident ou non les services proposés, certains se positionnent explicitement par rapport à ce projet culturel engagé par la direction et porté implicitement par le questionnaire. C’est le cas de cet homme qui inscrit dans une rubrique réservée aux commentaires :

« Le questionnaire est long et semble initier une dispersion et une diversité préjudiciable au caractère et au charme du lieu »

21Les réponses ne valident donc pas seulement la qualité des services fournis (muséographiques et publics) mais également leur cohérence.

22Le questionnaire est, dans ce cas, un moyen de reconnaître et de faire reconnaître la professionnalité du service. La mesure de la satisfaction que l’usager éprouve sur le site apporte, en tant que geste, une preuve de la qualité professionnelle du service, c'est-à-dire de l’existence et de la mise en œuvre d’une véritable gestion muséographique et d’une politique des publics. De même que la diversité observable de tous les citoyens qui visitent le lieu traduit l’intérêt public du lieu, la mesure de la satisfaction procurée par les services garantit le caractère satisfaisant du service (de ce qui est proposé et de ceux qui le proposent).

Le public consommateur

23Le public consommateur prend forme à travers la manière dont les visiteurs participent physiquement à la construction de l’offre culturelle, ce qui représente pour eux une dépense financière, entraîne des coûts (déplacement, prix d’entrée, etc.). Leur conduite suppose donc un calcul et exprime une préférence. Cette mesure prend donc en compte les pratiques culturelles des visiteurs et les choix qu’ils opèrent. Elle porte d’une part sur les comportements de consommation culturelle des visiteurs et des choix qu’ils opèrent entre les offres culturelles disponibles localement. La mesure qui rend visible ce public le constitue donc en tant qu’acteur confronté à un marché culturel, à un marché local des loisirs. L’analyse du public consommateur inscrit alors l’établissement dans un réseau d’offres culturelles concurrentes en même temps qu’elle le positionne quantitativement et qualitativement par rapport à ces offres. La multiplicité des offres sur le territoire peut être autant une source de rivalité culturelle et commerciale - des pratiques, des initiatives innovantes concurrencent la visite du site - qu’une ressource disponible  - de nouvelles pratiques peuvent être intégrées au site et augmenter ainsi son attractivité ou encore le site peut être intégré dans un circuit touristique. La prise en compte de cette logique du choix au sein d’une offre culturelle permet donc aux gestionnaires d’élaborer une « offre culturelle de choix », un produit intéressant comparativement à ce qu’offre le marché culturel local.

24Par ailleurs, la figure du public consommateur prend forme à travers l’évaluation qu’autorise le questionnaire des manières dont le public s’approprie le site. Le questionnaire recense l’investissement, et donc les formes d’intéressement personnel du public consommateur - en filigrane c’est l’identification du site par le public qui apparaît - et la démarche qu’il opère effectivement sur le site. Le questionnaire permet donc d’objectiver une sensibilité que l’observation ethnographique permet à l’enquêteur d’enregistrer en se mêlant aux visiteurs et en regardant ce qu’ils regardent. La visite se justifie manifestement d’abord pour les visiteurs par le plaisir de découvrir le mode de vie de R. Schuman, d’une célébrité politique, ensuite par l’intérêt de connaître et comprendre, à travers cette vie, les péripéties de l’histoire de la construction européenne19. Il semble que la magie du lieu, ce qui fait que l’expérience a une valeur pour un public de consommateur, que l’expérience donc est une marchandise qui vaut son prix, est caractérisée par la “Maison du grand homme” en tant que forme culturelle, dispositif qui fait communiquer la mémoire domestique et locale (que nous partageons tous) et l’inspiration historique et politique. Le caractère habité de la Maison permet de toucher, i.e. de ressentir physiquement, la présence du personnage historique et d’articuler cette présence à une histoire régionale et nationale.

25Ce dispositif confère à la Maison une double valeur de mémoire, au sens d’A. Riegl20. La Maison se présente comme le lieu d’une mémoire historique, elle témoigne d’un homme et de son époque, notamment à travers sa restauration conforme à la forme et au style qu’elle revêtait entre 1961 et 1963. Aux dires des visiteurs, la « simplicité » de R. Schuman et de l’époque qu’il incarne transparaît dans le caractère même de la Maison. La Maison revêt les qualités de son propriétaire et les atteste à son tour. Elle possède également une valeur d’ancienneté, elle met en évidence « le temps passé » et indique la lente disparition de l’homme politique et de son époque. Elle est la monstration d’une époque et d’un homme et la démonstration matérialisée de ce (et ceux) qui sépare(nt), techniquement, socialement et politiquement deux époques, notamment par les objets qui y sont présentés : télévision, poste radio au son TSF… C’est d’ailleurs cette double valeur, reconnue par le public, valorisée par la politique muséographique - et recensée par le questionnaire21- qui construit la qualité du site et l’algorithme de connaissance du lieu, c'est-à-dire, une démarche, une suite d’opérations physiques et intellectuelles à laquelle se livre le public sur le site et qui confère du sens à leur visite.

26En effet, le guide lors des visites retrace l’histoire du personnage et en souligne ses qualités et c’est à travers l’évocation d’une histoire individuelle -voire individualisée- par le point de vue de Robert Schuman que se forme le regard du visiteur sur la Maison et sur l’Histoire. Aussi, la Maison de Robert Schuman ne se com-prend qu’à travers l’histoire, la « micro-histoire » et par ce biais, permet aux visiteurs d’accéder à l’Histoire et ses rouages22. La démarche d’appropriation de la Maison procède alors de l’histoire vers l’Histoire et institue la Maison comme Maison historique (d’une histoire) et Maison Historique (de l’Histoire)23. La valeur d’ancienneté que possède la Maison permet de situer son époque historique (donnée par la valeur historique) comme passée - voire dépassée - et permet aux visiteurs de mesurer l’écart entre deux époques. Par la même, elle initie une réflexion sur ces temps historiques. L’articulation de ces deux valeurs est ainsi le moyen - voire la pierre angulaire - de l’initiation d’une réflexion, d’une discussion sur la construction européenne et le/la politique en général.

27C’est d’ailleurs ce que confirment plusieurs remarques spontanées figurant dans les questionnaires :

« Ce qui est intéressant est d’être confronté à la simplicité dans laquelle a vécu cet homme. Cette ascèse de vie est source d’interpellation dans le monde actuel ! »

« Nous avons beaucoup apprécié la visite toute imprégnée de la personnalité et de la simplicité du père de l’Europe dont pourrait s’inspirer nos dirigeants »

28On le voit, la mesure de la consommation que fait le public du lieu permet de situer non seulement l’offre du site par rapport au marché culturel en Région mais permet de mettre au jour la consommation que le public fait du site. S’il mesure l’adéquation entre les objectifs pédagogiques des commanditaires, le questionnaire permet également de mettre en scène la démarche intellectuelle du public et la plus-value intellectuelle que cette consommation sur le site autorise. La montée en généralité à laquelle se livre le public sur le site (de l’histoire à l’Histoire) est convertie en capacité du lieu à produire cette généralisation.

29Ces trois figures du public ne prennent forme et ne s’unissent que pour et par les questionnaires administrés. Les publics ainsi caractérisés donnent forme au public de la Maison de R. Schuman. Si le questionnaire distingue ces trois figures, son traitement statistique ne permet pas de penser le visiteur comme revêtant tour à tour une de ces figures parce qu’il crée une figure du public qui associe présence sur le site et expérience (consommation et usage) du site. Le questionnaire tend à créer un public homogène détenteur de toutes ces qualités qui se surajoutent et, par la même, masque le caractère aléatoire et transitoire de certaines d’entre elles. Le public n’est pas à tout moment consommateur sur le site, ni usager, « il y a des moments où on est alternativement public et non-public »24.  La constitution d’un public homogène et son essentialisation est une des critiques qui peut être adressée à ce dispositif. L’appréhension des moments où le public revêt ces figures n’est possible qu’à travers une analyse plus qualitative à laquelle nous avons par ailleurs procédé. Aussi, ces trois formes de l’analyse du public se combinent-elles pour conférer, de façon pérenne les qualités de ces trois figures au public. Elles constituent ainsi une identité solide du public et, en retour, de l’établissement étudié.

3. Qualification du lieu et construction d’un espace public de discussion

30L’analyse de l’opération de mesure des publics de la Maison de Robert Schuman nous permet d’éclairer le sens et la fonction de ce type d’enquête.

311) L’expertise sociologique du public d’un site est un instrument de qualification culturelle de ce site, puisqu’elle permet de transformer les caractéristiques du public en autant de qualités du site. Les mesures du public évoquées précédemment assignent des qualités au public : l’usager satisfait ou non, le citoyen usant de ses droits ou non, le consommateur sélectif ou omnibus. Ces qualités du public deviennent autant de qualités du lieu dès lors que le questionnaire atteste de l’adhésion du public au lieu.

32Il ne s’agit pas d’une opération magique, puisque le questionnaire est une activité de médiation25 culturelle par laquelle l’expert fait reconnaître l’existence conjointe de la Maison et du public qui la visite dans un espace public, i.e. à l’ensemble des acteurs ayant accès à l’expertise : institutionnels, consommateurs, usagers de produits culturels et in fine au public national (à travers la publication des résultats par exemple). Le questionnaire établit ainsi une relation de sympathie entre l’espace public et l’objet (la Maison) par l’intermédiaire du public local des visiteurs. La qualité culturelle du lieu est fondée par la vérification de cette relation physique du public au lieu. Au regard de la définition de la qualité que nous livre le Littré, comme étant « une manière d’être des corps en vertu de laquelle ils font sur nos sens une impression particulière qui nous donne une idée de figure, de couleur »26, la qualité se fonde, en effet, sur le corps à corps où elle s’éprouve. Aussi le site possède les qualités du public et le public revêt les qualités du lieu. Le public témoigne de l’accessibilité du lieu qu’il s’approprie, de sa compétence culturelle et de l’efficacité culturelle du lieu, de sa sensibilité à des valeurs de domesticité comme à des valeurs d’historicité et ainsi de la valeur domestique et historique du lieu. Le questionnaire et son traitement permettent ainsi de transformer un corps à corps en une réalité sensible, un fait consistant dans l’alliance robuste d’un public et d’un objet, un fait dont la réalité touche (au sens d’impressionne) le public national.     

332) L’expertise sociologique des publics permet ensuite aux commanditaires de transformer une série de faits en énoncés si ce n’est certains, tout du moins acceptables et acceptés par ses protagonistes. En effet, l’expertise s’appuie bien évidemment sur la standardisation du dispositif et dans la mesure où cette étude s’inscrit dans un réseau d’expertises similaires, elle constitue un événement par les particularités qu’elle relève. La mise au jour de la diversité sociale du public est un fait dans le sens où elle s’appuie sur des techniques d’enquête largement éprouvées par ailleurs, et elle devient un événement lorsque ce fait n’est pas ordinaire.

 « L’événement désigne ce qui arrive et ce qui est différent. La recherche scientifique peut donc s’analyser comme une entreprise de production contrôlée d’événements. Une telle perspective implique la construction d’un espace public où la (re) production de l’événement peut être observée, décrite, comparée à d’autres occurrences »27.

34Cette publicisation de l’événement autorise du même coup la discussion. La diversité du public provient-elle de ses appétences propres ou de l’intérêt public du lieu ? La démarche intellectuelle à laquelle le public se livre sur le lieu est-elle gage des compétences du public ou de la pertinence de la politique muséographique et pédagogique mise en place ? L’expertise sociologique, en effet, ne constitue pas seulement un moyen de production d’événements, elle contribue également à produire un espace public, un espace de discussion de l’événement et de la différence entre la production de faits et d’événements, un espace utile au public et à sa participation à l’expertise.

35La qualification du lieu et du public du site pour être pérenne nécessite, en effet, d’être approuvée par l’ensemble des protagonistes de l’expertise. Aussi l’adoption des mesures mises en place à travers le questionnaire et l’adhésion des protagonistes de l’expertise au fonctionnement du dispositif lui-même sont autant de conditions de création d’un espace public de diffusion de l’expertise en cours, et par là même, de la qualité du lieu. Cet espace est d’autant plus vaste que les mesures utilisées sont standardisées, c’est à dire inscrites dans l’espace national. L’espace de production d’événement et de discussion des qualités du lieu est ici permis par l’utilisation d’une mesure standardisée des publics.

363) La création d’un espace de discussion des qualités du lieu est en outre possible grâce à la matérialité même du questionnaire. Le dispositif d’auto administration des questionnaires mis en place - l’ensemble des moyens humains et non humains nécessaires à l’administration du questionnaire - autorise, en effet, la participation à l’expertise d’acteurs non prévus par le commanditaire, ce qui constitue autant une ressource qu’un point d’achoppement à l’expertise et à la qualification du lieu. Le dispositif d’auto administration conçu pour cette étude inclut la participation - tout du moins physique - des agents du patrimoine. Ceux-ci remettent les billets d’entrée ainsi que des brochures explicatives - concernant la Maison et les jardins - et les questionnaires aux visiteurs. Le questionnaire ici apparaît comme un objet qui circule au sein d’un réseau qu’il délimite, il est un agencement interactif non seulement entre les visiteurs, la direction, les agents du patrimoine et l’expert mais intéresse également un ensemble d’acteurs extérieurs au site. Le C.E.R.S (Centre Européen Robert Schuman) s’est ainsi saisi de l’étude du public scolaire. Ce dispositif inter-esse, i.e. relie par sa matérialité des acteurs et objets et crée ainsi un espace public de discussion de la qualification du site qui subsume le seul public de la Maison de R. Schuman. Le questionnaire étant un objet constamment présent et visible sur le site, il autorise de nombreux acteurs à se saisir de la question de la qualification du lieu.

37De ce fait, ces acteurs sont amenés à discuter le dispositif et, par là même, la problématisation qu’il contient. Aussi, d’une certaine manière, ils sont légitimés à participer à la qualification du site, ils discutent les mesures du public, et du même coup la position du site au sein d’un vaste réseau d’offres culturelles. Plus le dispositif d’auto administration compte d’acteurs, plus l’espace public s’enrichit et s’élargit et l’expertise se diffuse. Lorsque le front de la recherche28 s’est enfin déplacé, c'est-à-dire quand les acteurs sont toujours plus nombreux et divers à faire fonctionner le dispositif, il se produit une véritable auto alimentation de l’expertise. Cet agencement sociotechnique complexe, s’il rend malaisée car il crée un espace de critique du dispositif permet, par l’intégration et la discussion des logiques de qualification du lieu de chacun, de créer les conditions d’une qualification du lieu qui subsume la situation de l’expertise.

Conclusion

38L’expertise sociologique est productrice de faits et d’événements qui n’existent que par et pour le dispositif mis en place. La qualification du public et du site est autorisée par l’inscription scientifique de l’expertise dans un réseau d’études déjà réalisées et par son inscription politique, dans un espace public de discussion. En même temps que l’expertise produit des acteurs qui s’intéressent à l’étude, elle leur permet d’éprouver et de mesurer la justesse du dispositif. Aussi l’analyse du processus de qualification d’un site ne peut faire l’économie de l’étude de la diversité des mesures utilisées par l’expert, de leur articulation et enfin de leur transmission. Plus particulièrement, c’est la question des critères de la valeur « publique » d’une action - qui constitue, dans une culture républicaine, un enjeu majeur -  qui nécessite ici d’être questionnée. Il s’avère du même coup nécessaire de repenser l’instrument d’analyse sociologique qu’est le questionnaire en tant qu’instrument de mesure de la qualité culturelle du public - et pas uniquement du lieu visité ou de l’objet consommé -, et en tant qu’instrument de publicisation de cette qualité.

Haut de page

Notes

1 Les institutions ne se limitent pas, ici, à une définition officielle, mais sont considérées comme « des entreprises collectives »  où les individus peuvent s’organiser pour mettre en place une action. Sur ce point Cf Hughes E. le regard sociologique. ED. E.H.E.S.S, Paris, 1996, pp137-165.
2 Trépos J.-Y, « L'expertise comme équipement politique de la société civile » in Questions de communication,  Presses Universitaires de Nancy, Nancy, n°2, 2002, pp 7-19.
3 TREPOS J-Y. Sociologie de l’expertise, PUF, Coll. Que sais-je, Paris, 1996, 127p.
4 En 1968, la Maison est achetée par le département de la Moselle. Elle est louée par bail emphytéotique d’une durée de 40 ans à l’association des Amis de Robert Schuman
5 Callon M, « Eléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc » in L’année Sociologique, n°36, 1986
6 C’est d’ailleurs la dénomination officielle du site mais la pluralité de qualification proposée par les acteurs du lieu autorise à évoquer ici l’équivocité du lieu.
7 Donnat O, Octobre S (sous la dir.de). « Les catégories socioprofessionnelles : un outil encore efficace dans l’analyse des disparités culturelles » in Les publics des équipements culturels. Méthode et résultats d’enquêtes. Travaux du séminaire Pratiques culturelles et publics de la culture. 1999-2000, disponible sur http://www.culture.gouv.fr/dep/fr/semin.htm#.
8 Nous reprenons ici les figures d’identification du public développées par J.-M. Leveratto in La mesure de l’art. Sociologie de la qualité artistique, La Dispute, Paris, 2000, 413 p.
9 Leveratto J.-M., op. cit., p232.
10 Si les groupes scolaires effectuent des visites pendant et hors la période d’ouverture, leur fréquentation est plus faible durant les vacances scolaires. Aussi leur fréquentation augmente considérablement lorsque nous analysons l’activité annuelle du lieu.
11 Donnat O, Octobre S, «  les publics des équipements culturels. Méthodes et résultats d’enquête » Travaux du séminaire Pratiques culturelles et publics de la culture, 1999-2000, p51. Disponible sur http://www.culture.gouv.fr/dep/fr/semin.htm#.
12 Ces données sont relatives à la population active de Lorraine de 2001. Cf. Chiffres clés- Edition 2004, Les cahiers lorrains, juin 2004. Nous nous référons ici à la population active de Lorraine car environ 80% du public de la Maison de Robert Schuman réside en Lorraine.
13 Callon M., 2003, «Quel espace public pour la démocratie technique ?», in Cefai D., Paquier D. (ed.), Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses Universitaires de France, p.197-221.
14 Leveratto J.-M., op. cit., p 240.
15 Ce type d’enquête doit effectivement poser la question de la force de conviction des répondants. Or, dans ce cas précis, il ne s’agit pas de conviction politique mais de l’évaluation sommaire du plaisir éprouvé lors de la visite. A travers ces questions de satisfaction, rien n’est déduit sur le principe de jugement des répondants. Sur ce point, cf Gaxie Daniel  «Au-delà des apparences…Sur quelques problèmes de mesure des opinions » Les Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 81-82, 1990, pp 97-112.
16 Citation d’un informateur.
17 Callon M. "Eléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc" in L’Année Sociologique, Vol.36, 1986.
18 Cet intéressement des administrés à la question de la qualification du site se traduit dans une remarque liminaire au questionnaire : «Ce questionnaire a été rédigé pour mieux connaître le public de la maison de Robert Schuman. Il nous permettra ainsi d'améliorer la qualité des visites et de réfléchir, avec vous, sur la possibilité d'une extension muséographique de la maison. ». 
19 Au premier rang des attentes du public sur la visite du site est citée la connaissance du mode de vie de R. Schuman (58% des citations de premier rang), au deuxième rang figure la connaissance de la construction européenne (35% des citations de second rang).
20 Riegl .A.(trad BOULETJ.) Le culte moderne des monuments ; sa nature, son origine. Paris, Ecole d’archi Paris V, 1984.
21 Notamment à travers l’analyse des commentaires spontanés figurant dans une rubrique libre du questionnaire.
22 L’acception du lieu comme Maison Lorraine est très marginale, néanmoins, la reconnaissance du site par le local voir le micro local se révèle être un tremplin à la connaissance européenne.
23 C’est d’ailleurs la dénomination de la Maison que publicise la direction de la « Maison Historique de R. Schuman ».
24 Azam M. « La pluralité des rapports à l’art : être plus ou moins public » in Ancel P., Pessin A. (sous la dir. de.) Les non-publics. Les arts en réception, Paris, L’Harmattan, p 71.
25 Sur cette notion cf Latour B. Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique. Paris, La Découverte, 1997
26 Définition du Littré.
27 Callon M., op. cit.
28 Latour B, « Portrait de Gaston Lagaffe en philosophie des techniques » in La clé de Berlin, Paris, La Découverte, 1993.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabrina Leyendecker, « L’étude du public d’un établissement culturel ou la production d’événements et d’espace de discussion de la qualité culturelle d’un lieu », Le Portique [En ligne], Archives des Cahiers de la recherche, Cahier 3 2005, mis en ligne le 15 avril 2006, consulté le 21 août 2017. URL : http://leportique.revues.org/747

Haut de page

Auteur

Sabrina Leyendecker

Sabrina Leyendecker est actuellement allocataire de recherche à l’université Paul Verlaine de Metz. Elle effectue un travail de thèse sous la direction de J.-M. Leveratto sur les expertises et dispositifs patrimoniaux en France et au Luxembourg. Elle s’est également intéressée aux relations entre les politiques culturelles et les sciences sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org