Navigation – Plan du site
Recensions

Philippe de Lara, L’Expérience du langage. Wittgenstein, philosophe de la subjectivité ; Le Rite et la Raison. Wittgenstein anthropologue. Chaque volume dans la collection « Philo » des éditions Ellipses, Paris, 2005.

Joëlle Strauser

Entrées d’index

Recension :

Numéro 16
Haut de page

Texte intégral

1Philippe de Lara compose une Philosophie anthropologique en plu­sieurs volumes. Les deux pre­miers paraissent en même temps et s’attachent à ces questions ma­jeures que constituent le langage et la croyance religieuse ou, plu­tôt, la pratique des rites.

2Le premier volume se cons­truit à partir de ce que Philippe de Lara nomme le « problème de Bonald » : celui-ci soutenait, à la fin du xviiie siècle, que « l’être pensant s’explique par l’être par­lant » au point qu’il faudrait entiè­rement subordonner la raison à la tradition, ce dont sa philosophie politique légitimiste, farouche­ment hostile à la Révolution fran­çaise, est une expression. Puis­qu’en effet, c’est de la tradition que chaque être humain, par le truchement du langage, hériterait les vérités à partir desquelles la raison peut s’exercer, voire se constituer, les Lumières, dont le rationalisme a fait fi de cette con­dition nécessaire, ont commis une fatale erreur en exaltant la raison individuelle ! Philippe de Lara voit dans ce « problème de Bo­nald » une structure profonde des sciences de l’homme, celle du conflit entre individualisme et ho­lisme, et cherche à clarifier les élé­ments et les enjeux de cette ques­tion qu’il désigne comme con­ceptuelle, et non pas empi­rique. Il choisit de partir de la question bien connue du « langage privé » pour montrer que Wittgenstein, loin d’adopter les positions socio­logistes, relativistes, voire beha­vioristes qu’on lui impute bien souvent à tort, cherche, comme toujours, à dénoncer toutes les il­lusions de la philosophie ou, plus simplement de la théorie. Phi­lippe de Lara forge le terme de « cartaviorime » pour réunir les deux grandes illusions (qu’on pourrait attribuer à Descartes comme figure emblématique et, à l’opposé, aux behavioristes) que Wittgenstein veut dissoudre : con­tre l’idée d’une intériorité fonda­trice, de la pensée comme langage intérieur de l’individu qui s’expri­merait ensuite dans une langue commune, il soutient qu’il n’y a pas de « langage de la pensée » ; contre l’idée opposée, behavio­riste et sociologiste, il ménage la place d’une enquête sur les états mentaux et les concepts qui les concernent. Autrement dit, s’il faut dissoudre le mythe de l’inté­riorité, il ne faut pas négliger le mythe de l’extériorité. En s’inté­ressant aux « faubourgs du lan­gage », on comprend que la mé­thode descriptive de la « présen­tation synoptique » (über­sichtliche Darstellung) permet d’ex­plorer les formes intermédiaires qui se dis­posent entre l’expri­ma­ble et le non exprimable (ce qui donne lieu à une réflexion très forte sur la question de la possibilité ou non de traduire) et de confirmer sans cesse qu’il nous faut dépasser le « dilemme du Cratyle » pour admettre que le langage n’a pas d’essence mais, aussi bien, que « penser est un concept très rami­fié ». C’est ensuite à partir des remarques de Wittgenstein sur la « règle » que les analyses de Phi­lippe de Lara explorent la fécon­dité de l’idée que c’est comme capacité qu’il faut considérer l’es­prit, de même que c’est comme activité qu’il faut considérer le langage. La démarche qu’il adop­te lui permet d’aborder la ques­tion de l’humanité de l’homme et de soutenir que la conception an­ti-métaphysique de Wittgens­tein « fournit une anthropologie philo­sophique beaucoup plus solide que les philosophies transcendan­tales du sujet » et de conclure sur la difficulté et la fécondité de la conception de la philosophie qu’il soutenait, à savoir qu’elle est une « activité thérapeutique », formule qu’on répète bien souvent sans prendre la mesure de ses consé­quences.

3Philippe de Lara soutient que « comprendre la grammaire philo­sophique, c’est comprendre qu’il ne s’agit pas d’une philosophie linguistique ou d’une critique du langage, mais d’une anthropolo­gie. » Ce que confirme le second volume, préfacé par Vincent Des­combes – auquel on empruntera quelques formules –, qui s’orga­nise autour du « problème de Frazer ». Problème de Frazer : il s’agit de la question que pose Fra­zer en 1890, dans Le Rameau d’or, quand il se demande pourquoi les gens peuvent persister « à accom­plir des rituels magiques alors qu’ils auraient dû s’apercevoir depuis longtemps que ces prati­ques n’avaient aucune espèce d’efficacité ». Philippe de Lara retrace la très longue discussion de cette question « depuis les ori­gines de l’anthropologie britan­nique jusqu’aux controverses des années 1960, en passant par les débats entre Durkheim, Lévy-Bruhl, Mauss et les maîtres d’Ox­ford, dont Radcliffe Brown, Evans-Pritchard, à propos de la “mentalité primitive” et de la na­ture des croyances religieuses ». À partir de l’opposition entre les partisans de « l’intellectualisme » – selon lesquels « toute croyance est l’abrégé d’une théorie » – et ceux du « symbolisme » – pour lesquels certaines croyances et pratiques ne sauraient relever d’une expli­cation en termes d’explication de la réalité ni de buts à atteindre, mais doivent se comprendre com­me « expressives » –, on peut mettre en perspective l’histoire de l’anthropologie et chercher à éva­luer l’importance de la pensée de Wittgenstein. Si son intérêt pour l’ethnologie est connu du fait des exemples d’ethnologie imaginaire qui parcourent son œuvre, et des Remarques sur le Rameau d’or de Frazer, il ne s’y limite pas et Witt­genstein, convaincu de l’impor­tance de l’ethnologie, est parfaite­ment conscient que ses recherches sont d’ordre anthropologique. En retraçant l’histoire des débats que l’étude des rites ont suscités au sein de la discipline, Philippe de Lara donne un précieux instru­ment pour l’histoire de l’ethnolo­gie (dont un des grands mérites est de rendre justice à Lévy-Bruhl), mais il permet aussi de mettre au jour le caractère essen­tiel de ce que Wittgenstein appelle « l’instinct rituel » de l’homme dont on sait qu’il affirme qu’« on pourrait presque dire [qu’il] est un animal cérémoniel ». Sans rendre compte ici de toutes les analyses, on retiendra que ce travail sou­li­gne l’importance des termes witt­gensteiniens, parmi lesquels l’idée de « l’histoire naturelle de l’hom­me » et la « présentation synopti­que » (übersichtliche Darstellung) qui permettent d’échapper à la vaine opposition entre un ratio­nalisme étriqué et un mysticisme effréné, pour se soucier aussi bien de la raison que du rituel.

4On attend donc les prochains volumes de cette série avec une certaine impatience.

5Un seul regret : la lecture de ces deux volumes bute contre trop de coquilles et fautes diverses que l’éditeur n’aurait pas dû négliger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Strauser, « Philippe de Lara, L’Expérience du langage. Wittgenstein, philosophe de la subjectivité ; Le Rite et la Raison. Wittgenstein anthropologue. Chaque volume dans la collection « Philo » des éditions Ellipses, Paris, 2005. », Le Portique [En ligne], 16 | 2005, mis en ligne le 17 janvier 2006, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://leportique.revues.org/744

Haut de page

Auteur

Joëlle Strauser

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org