Navigation – Plan du site
Le [parlement des philosophes]

Compte rendu du colloque sur « les lumières médiévales »

Compte-rendu

Ce colloque organisé par Gérard Bensussan (professeur de philoso­phie à l’Université de Strasbourg), Jacob Rogozinski (professeur de philosophie à l’Université de Strasbourg) et Joseph Cohen (direc­teur de programme au Collège International de Philosophie) sous la responsabilité de Géraldine Roux (ATER en philosophie à l’Université de Strasbourg), s’est tenu du 10 au 14 mai 2005 à l’Aubette sous l’égide du [parlement des philosophes].

Le colloque s’est ouvert le 10 mai au soir avec la conférence de Jean-Luc Nancy sur « l’invu des lumières modernes », mettant en perspective les Lu­mières (de quelle « lumière » parle-t-on ? Qu’entendre par « lumière de la raison » ?) face à ce que l’on nomme les « lumières médiévales » comme point aveugle et par là même dynamique invue et insue de ces mêmes Lu­mières. Cette conférence inaugurale, par une lecture libre de textes allant de Maïmonide à Heidegger, a ouvert le colloque à des questions qui n’ont cessé de le parcourir : le rapport entre Logos et Révélation, la question de la poli­tique, celle de l’éducation, qui ont été les thèmes de chaque journée visant à approfondir une question particulière, mettant en dialogue des spécialistes médiévistes étudiant tel ou tel aspect des trois monothéismes, comme dans un dialogue à plusieurs voix. C’est ainsi que la première journée, dont le thème principal était le rapport entre Logos et Révélation, a posé le pro­blème de l’indicible (Comment dire l’indicible ? Le langage religieux, ten­tant d’exprimer ce qui le déborde de toutes parts, ne doit-il pas être relayé par une autre approche, la voie négative, lui donnant sens par tout un tra­vail de « déboîtement » et de fêlure ?) à travers des conférences de chercheurs en philosophie aussi bien qu’en études religieuses, notamment celles de chercheurs du département d’études hébraïques et juive de l’Université de Strasbourg : Géraldine Roux posant la question maïmonidienne de la croyance rationnelle, Joseph Elkouby éclaircissant le « dialogue » entre Maïmonide et le Maharal de Prague autour de la prière, Souheil Sayoud réfléchissant sur l’antirationalisme d’Ibn Taymiya et Alain Durel nous faisant découvrir Grégoire de Nysse. À la suite de ces interrogations se tint une table ronde visant à pointer une question centrale chez un auteur majeur de cette période : la question du langage religieux et du dire sacré chez Maître Eckhart avec pour intervenants Marie-Anne Vannier, Wolf­gang Wackernagel, Benoît Beyer de Ryke, tous membres de l’Équipe de Recherche sur les Mystiques Rhénans à Metz. Enfin la journée s’acheva sur un débat autour de la question « les Juifs et l’Europe » où les quatre intervenants David Banon, Gérard Bensussan, Jacob Rogozinski et Jean-Michel Salanskis se demandèrent si l’adresse et l’envoi lancés par les Juifs à l’Europe, à sa civilisation, à ses valeurs, entre désir et refus, ne visent pas son impossible « essence ».

C’est sur le même principe que les trois autres journées se sont dérou­lées : chaque question, chaque thème a été étudié et approfondi, non pas à partir de tel ou tel monothéisme, de telle ou telle croyance, mais à partir de la confrontation de ces croyances ou de recherches spécifiques, mêlant les voix de philosophes, de religieux, de sociologues et de psychanalystes, comme cela a été le cas le 12 mai au soir – avec un débat entre un socio­logue, Hamadi Redissi, et un professeur d’histoire de la pensée islamiste, Abdelmajid Charfi, autour de la question de la politique de l’Islam – ; ou le 13 mai au soir avec un débat sur la psychanalyse invitant François Bal­mès, Fethi Benslama, Gérard Haddad, Alain Didier Weill à s’interroger sur le rapport tout en tensions entre psychanalyse et religion. Ces débats, voulant ouvrir le colloque à un public plus large que les journées – plus spécialisées même si elles étaient ouvertes à tout public, notamment avec leurs tables rondes – permettaient de requestionner les problèmes posés le long des journées sous un jour différent.

C’est ainsi que la deuxième journée a été consacrée à la question de l’éducation par la loi, se demandant, à partir de l’étude de textes d’Avicenne (Meryem Sebti), d’Al Fârâbî (Meryem Sebti), de Maïmonide (David Banon), de Maître Eckhart (Benoît Beyer de Ryke) et de Hallaj (Jad Hatem), comment penser le rapport entre lois humaines et Loi sacrée, ce qui mena à un débat où Joseph Elkouby, le Grand Rabbin Gutman et Jad Hatem se sont interrogés sur la tension entre mystique et dialectique, principalement chez Nahmanide, Hallaj et Maître Eckhart.

La troisième journée fut consacrée à la question de la politique et notamment à la recherche d’un État idéal avec des interventions de David Brezis, sur un certain « dogmatisme » maïmonidien, de Corine Pelluchon, sur Leo Strauss lecteur de Maïmonide, et Georges Khairallah, sur la cité idéale d’Al Fârâbî. Après une courte pause, suivit un débat autour de la déconstruction du christianisme, dialogue philosophique et religieux, la philosophie interrogeant, voire mettant à la question le religieux et vice-versa (!) à travers une discussion serrée entre Jean-Luc Nancy autour de son dernier livre La Déclosion, Gérard Bensussan et le frère Camille de Belloy de l’ordre des Dominicains.

Enfin, la dernière journée, sous le signe de la rencontre des trois mono­théismes, alterna conférences et concert : des interventions sur « Les Juifs dans les mentalités chrétiennes au xiiie siècle », par Carole Wenner, et sur les « lumières » carolingiennes à travers l’étude de « l’iconoclasme de Claude de Turin », par le pasteur Annie Noblesse-Rocher, furent suivies par un concert mêlant des textes philosophiques médiévaux et des chants arabes, andalous et sépharades, point d’orgue mais aussi d’ouverture, grâce au talent de jeunes musiciens et chanteurs du Conservatoire de Strasbourg, de ce colloque qui s’acheva sur une conférence inédite de Rémi Brague.

Liste des intervenants

Albertini Francesca (enseignante à la „Hochschule für jüdische Stu­dien“ de Heidelberg)

Balmès François (psychanalyste, Paris)

Banon David  (professeur au département d’études hébraïques et juives à l’Université Marc Bloch de Strasbourg)

Benslama Fethi (psychanalyste, Paris)

Bensussan Gérard (professeur de philosophie à l’Université Marc Bloch de Strasbourg)

Beyer de Ryke Benoît (assistant à l’Université Libre de Bruxelles, membre de l’Equipe de Recherche sur les Mystiques Rhénans à Metz, attaché au Centre Interdisciplinaire d’Etude des Religions et de la Laïcité)

Brague Rémi (professeur de philosophie à Paris I Sorbonne)

Brezis David (chercheur au CNRS)

Charfi Abdelmajid (professeur émérite d’histoire de la pensée islamique à l’Université de Tunis)

Cohen Joseph (directeur de programme au Collège International de Philosophie)

Didier Weill Alain (psychanalyste, Paris)

Elkouby Joseph (professeur au département d’études hébraïques et juives à l’Université Marc Bloch de Strasbourg)

Gutman René (Grand Rabbin, Strasbourg)

Haddad Gérard (psychanalyste, Paris)

Hatem Jad (professeur de philosophie à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth)

Khairallah Georges (Maître de Conférences au département d’Études Arabes à l’Université Marc Bloch de Strasbourg)

Nancy Jean-Luc (professeur émérite de philosophie à l’Université Marc Bloch de Strasbourg)

Noblesse-Rocher Annie (maître de conférences à la faculté de théologie protestante de Strasbourg et pasteur)

Pelluchon Corine (enseignante, Paris)

Redissi Hamadi (professeur de science politique à l’Université de Tu­nis)

Rogozinski Jacob (professeur de philosophie à l’Université Marc Bloch de Strasbourg)

Roux Géraldine (ATER à l’Université marc Bloch de Strasbourg)

Salanskis Jean-Michel (Professeur de philosophie à Paris X-Nanterre)

Sayoud Souheil  (étudiant à l’Université Marc Bloch de Strasbourg)

Sebti Meryem (chargée de recherche au CNRS, Paris)

Vannier Marie-Anne (professeur à l’université de Metz et directrice de l’Équipe de recherche sur les mystiques rhénans)

Wackernagel Wolfgang (Genève)

Wenner Carole (doctorante au département d’études hébraïques et juives de l’UMB de Strasbourg)

Activités prévues

– À partir du 10 novembre 2005 : groupe de lecture sur Nietzsche autour de son texte de jeunesse « Sur l’avenir de nos établissements d’ensei­gnement », organisé par Julien Maret (étudiant à l’Université Marc Bloch de Strasbourg), Andrea Potesta (Allocataire-moniteur à l’Université Marc Bloch) ; Géraldine Roux (ATER à l’Université Marc Bloch) et Michel Vanni (enseignant à Lausanne).

– Du 14 au 18 février 2006 : Colloque international « Éthique, poli­tique, philosophie, Emmanuel Levinas dans le siècle à venir » en partena­riat avec l’Université de Fribourg et l’Université de Strasbourg.

– Mai 2006 : Journée d’études sur la mondialisation.

– Juin 2006 : Journée d’études sur Debord organisée par Jacob Rogo­zinski avec Bernard Stiegler, Sam Weber et d’autres chercheurs.

Courant 2005-2006, des journées d’études seront organisées sur Blan­chot et Rosenzweig. Pour tout renseignement complémentaire (notamment sur les dates des journées), vous pouvez consulter le site du parlement des philosophes : www.parlement-des-philosophes.org ou nous contacter à l’adresse postmaster@parlement-des-philosophes.org

  • Revues.org