Navigation – Plan du site
Carnet 1-2005

Motard(e) et migration(s)

Genre et migration comme axes interrogeant l’anthropologie des motards
François Oudin

Résumés

Les caractéristiques particulières de la pratique de la moto mènent à s’interroger quant à la place potentielle de la question du genre au sein d’une anthropologie des motards. L’écrasante majorité masculine des motards ainsi que l’engagement constant au sein des actions -et discours sur l’action- des questions de virilité et de maîtrise incitent à la réflexion. L’analyse en terme de genre doit-elle être écartée du fait d’une similitude de pratique au delà des clivages de sexe ? Doit-elle à l’inverse être abordée car n’apparaît pas dans les faits, d’où une absence qui fait sens ? Finalement engager cette démarche de réflexion consistera dans un premier temps à cerner comment cette différence est investie, dissimulée et sollicitée. Une seconde question est née de ce travail : le concept de migration peut-il permettre d’interroger la passion de la moto, afin d’aborder les notions de mouvement et d’espace ? Le travail du groupe permettra d’amorcer ces réflexions et de surpasser les interrogations en désignant des pistes de travail diverses et heuristiques.

Haut de page

Texte intégral

1La séance fut composée de deux temps : une présentation orale, suivie des remarques et réflexions des différents membres du groupe de travail en présence afin de générer un échange et un débat.

Présentation du travail en cours

2Il ne s’agit pas ici de décrire de façon exhaustive l’intervention effectuée mais de la définir de façon globale afin de percevoir ses orientations, son sens et de quelle manière la thématique concernée a pu susciter des réactions auprès de l’auditoire. Cette présentation s’est effectuée en deux temps : une évocation des grandes lignes du travail de thèse concerné, en fonction des questions soulevées par l’objet concerné, puis une approche présentant quelques réflexions, quelques pistes, ainsi que quelques interrogations quant au rapport entre l’objet de la thèse et les questions du genre et de la migration.

3L’objet du travail de thèse en cours ici évoqué est une pratique, plus encore une passion : celle de la moto. Ce « nouveau terrain » pose des problèmes spécifiques et soulève d’intéressantes questions quant à un certain ethnocentrisme de la recherche associée à cette thématique, c’est-à-dire les études sociologiques et ethnologiques américaines portant sur les clubs dits « d’outlaws » ainsi que l’approche de la sociologie du risque. Une certaine stigmatisation du groupe se révèle alors et mène à envisager une étude ethnographique du quotidien, de la banalité et de la complexité de cette pratique.

4Une logique particulière s’avère alors inhérente aux passionnés de moto. Elle articule de façon cohérente une perception de la latence du risque1 d’avec le développement d’une conscience du risque, modulant le rapport au corps de l’homme par l’utilisation d’un objet technique spécifique : la moto. L’évidente vulnérabilité du corps mène à l’instauration de valeurs particulières2 mais également à un accroissement du contact avec le domaine de l’extériorité3. Le risque est cependant omniprésent, ce que révèle le discours de l’aléa. Celui-ci est en effet latent et omnipuissant, il vient tempérer la rhétorique de la maîtrise propre aux motards4 en ne permettant à celle-ci que de diminuer sa probabilité.

5Cette logique semble alors affronter l’hédonisme du motard dans un paradoxe opposant schématiquement recherche de plaisir5 et recherche de sécurité6 et permet de dégager la différence fondamentale existant entre pratique de la moto et pratique extrême : cette dernière est en effet l’après, la logique issue du dépassement de la ligne de conduite du motard7.

6L’extrême est une logique du défi, logique s’éloignant de l’idéal de maîtrise comme évitement pour pénétrer dans celle de la maîtrise comme virtuosité métaphorique s’incarnant dans la survie8. Ainsi l’extrême ne peut en aucun cas être légitimement étudié comme représentatif de la passion de la moto, il n’en est que l’écart9.

7L’approche anthropologique de la pratique de la moto peut être enrichie par le biais de la thématique du genre, thématique à considérer au contact des motards pratiquants du fait de l’existence d’un stéréotype quant à la question du sexe, mais également de la prédominance du masculin au sein des pratiquants. La question soulevée, en mon sens, par la problématique du genre s’ancre au sein de la pratique de la moto dans la question de la virilité. Cette virilité s’avère liée à l’idée de force, renvoyant elle-même à la rhétorique de la maîtrise propre au monde la moto. La virilité s’avère incarnée dans la démonstration de maîtrise et ce quelque soit le sexe concerné.

8Cette logique asexuée heurte certaines évidences : nombre de pratiquants par sexe, nombre d’accidents par sexe, image associée au motard/à la motarde, etc. et ainsi s’impose une question fondamentale dont aucune des alternatives ne me satisfait pleinement : la division sexuelle a-t-elle un sens au sein de cette pratique particulière ? Cette interrogation est à l’évidence double : d’un côté la question du genre a-t-elle ici une raison d’être et de l’autre la question du genre ne risque-t-elle pas d’être dissimulée10 ? La réalité de terrain présente donc un modèle unique à partir duquel quelques variations fines semblent possibles pour marquer la différence de genre. La rupture quant à cette question n’aurait donc pas lieu d’être et la méthode de la recherche quant à cette thématique devra alors s’orienter vers la réflexion sur les moyens de niveler la différence sexuelle en même temps que sur les moyens de la suggérer avec finesse et discrétion.

9Une seconde thématique est susceptible d’enrichir le propos. Il s’agit de la question des migrations, abordée ici à travers les caractéristiques et la symbolique propres au voyage à moto. Apparaît en effet à l’évocation de cette thématique quelques explications techniques ou pratiques relevant d’une même logique éthique. Celle-ci se définie par la possibilité de l’arrêt inopiné et par le doute, aussi bien quant aux haltes qu’à une hypothétique destination11. Le sort du motard se compose alors d’errance et de découverte, l’une permettant l’autre. La moto permet alors un nouveau rapport au voyage, un réenchantement de la notion de déplacement en instituant un moyen12 en tant que fin : l’important est le mouvement, la création métaphorique d’un espace non défini géographiquement et pourtant investi par le biais du voyage à moto.

Réactions et échanges au sein du groupe de travail

10A la suite de quelques remarques générales de vocabulaire et quant à la thématique ont été abordés plus longuement les thématiques du genre et de la migration.

11Une première nécessité évoquée par quelques participants est de définir précisément la catégorie de personne sur laquelle porte l’étude concernée. Les avis concernant cette nécessité étaient alors partagés et ont pu donner lieu à un échange au sein du groupe. Sa conclusion est la nécessité de cerner l’objet visé selon les préceptes et la méthode inhérents à la discipline pratiquée. Dans le cas présent l’objectif de travail étant d’effectuer une anthropologie des motards, au sens de la recherche du commun, il ne s’avère pas nécessaire de définir précisément la population visée, à la manière des sociologues. Le cadre est d’hors est déjà précisé : il s’agit de porter son attention sur la pratique, la passion, de la moto de route dans sa quotidienneté et dans sa banalité, dès lors qu’elle se voit associée à un surcroît de sens, de signification, ce qui est, somme toute, toujours le cas.

12Une remarque plus générale a été adressée à l’attention de la forme de l’exposé, concernant un point précis de vocabulaire employé lors de l’exposé. La notion « d’équilibre instable » a en effet été évoquée comme fondamentalement symbolique de la pratique de la moto et de l’imaginaire du risque associé à la réalité de la latence de la chute. A donc été précisé le caractère répétitif de cette expression, tout équilibre se révélant, par définition, instable. Ce rappel met à jour une évidence : le chercheur ne doit pas renoncer à la sensibilité littéraire afin de décrire une pratique et doit préciser l’emploi de termes pouvant susciter un doute. L’exemple ici concerné n’avait que pour objectif de symboliser une représentation propre au groupe et une caractéristique technique de l’objet moto à laquelle elle renvoie : son architecture à deux roues. Ainsi la notion « d’équilibre instable » semble peu propice et devrait céder la place à celles d’équilibre, d’instabilité et de possibilité de chute.

13Cette chute est liée, selon l’exposé, à la question de la mort. Selon ce même exposé le motard se verrait face aux morts et non à la mort13, il rejetterait le concept de mort pour porter son attention sur la réalité effective de celle-ci à travers l’accident et le décès constaté chez les pratiquants, au même sens que l’évocation de la possibilité de l’accident et du décès se fait de façon générale chez les pratiquants motards. Pour le groupe de travail cette approche gagnerait certainement a être enrichie par le biais des études portant sur la mort acceptée et sublimée, notamment dans le cadre de la militance dans des mouvements clandestins. Une homologie structurelle intéressante se dessine en effet entre cette dernière réalité et celle du risque à moto : dans les deux cas sont évoqués la réalité d’un risque que l’on doit surpasser par et pour les valeurs propres au groupe. Si le risque en question n’est certainement pas le même dans ces deux cas très différents certaines redondances au niveau des représentations pourraient émerger. En ce sens il peut alors s’avérer intéressant de consulter ces études.

14L’attention pourrait également se porter sur la thématique de la création artistique, de l’œuvre d’art. Il semble en effet que la conduite de la moto, comme l’œuvre d’art, soit du domaine de l’unique au sens ou chaque acte de conduite ne peut être renouvelé à l’identique, tout comme la création artistique. La conduite serai alors une création. Cette piste fait sens pour l’intervenant car la question de l’objet moto comme objet d’art a pu être soulevée à diverses reprises lors de son travail de terrain. Une nouvelle dimension de la qualification artistique de l’objet technique moto verrai alors le jour à travers son utilisation, son usage, élément générant du sens et permettant, sans doute, à l’idée de l’objet moto comme objet d’art de s’exprimer par la pratique, dans des faits que l’ethnologue pourrait constater.

15Reste que la majeure partie du débat s’est axée sur les thématiques fédérant ce groupe de travail. L’approche de la question de la migration à travers celle du voyage à moto s’est avérée prépondérante. Pour ce faire le débat s’est décalé par rapport au sujet évoqué dans l’exposé pour aborder la nécessité de la définition de la pratique singulière qui a pu y être évoquée. Ainsi l’attention de l’intervenant a été attirée sur la question du voyage tel que le conçoivent les nomades14. La question de la mobilité15 a donc lieu d’être placée au centre de la perspective, notamment à travers l’approche de F. Péron évoquant la séparation entre un « homme-lieu » et des « homme(s)-décentré(s) ». Le voyageur motard constitue-t-il alors un « homme-lieu » ou un « homme-décentré » ? Semblant décentré par la recherche de l’errance, il peut également s’avérer lié à un lieu par la probabilité quasi-absolue du retour. Ainsi le voyageur motard relèverait-il d’un imaginaire lui attribuant par une pratique les caractéristiques de « l’homme-décentré » bien qu’il ai conscience que cette caractérisation ne peut être que labile, temporaire, tout comme le voyage à moto l’est finalement. Cette question de la mobilité doit donc s’assortir d’une réflexion sur la notion de territorialité, notamment en parallèle à la création d’un nouvel espace évoqué lors de l’exposé16. Un élément nouveau pour l’intervenant qu’ont pu évoquer les personnes présentes était la réalité d’un circuit nomade. Les nomades poursuivent en effet un cheminement, ils répètent un circuit, ce qui ne semble pas être une généralité dans le cas des motards mais bien plus une particularité d’une frange des motards dont le circuit ne peut, en tout état de cause, être perçu de façon rigide comme cela peut être fait dans le cas du nomadisme. Le fait que les motards voyageurs évoquent et valorisent l’errance mène alors à s’interroger quant à leur possible qualification en tant que vagabonds17.

16Au-delà de cette question de la migration a pu être évoqué une thématique posant problème : celle du genre. Peut-on en effet évoquer une différence sexuelle au sein de la pratique de la moto ? Le doit-on ? Ces questions ont été reprises par de nombreux participants pour qui cette question reste importante dans le cadre de la pratique considérée. Certaines évidences présentées lors de l’exposé ont alors été de nouveau évoquées pour préciser deux nécessitées, non unanimement partagées : ne pas aborder cette question car elle n’est pas centrale dans la thèse concernée et l’aborder car certaines caractéristiques inhérentes au groupe de motards ne peuvent être éludées, étant signifiantes. Cette seconde alternative a trouvé un écho bien que la première ai également été envisagée par l’intervenant. L’approche gagnerait alors à aborder cette thématique en décalant le point de vue, élément amorcé en développant un travail non sur la question du genre mais sur celle de la virilité. Cependant la réalité de la distribution par sexe au sein du groupe des motards ne peut être ignorée. Les hommes sont en effet sur-représentés et les femmes sont le plus souvent présentes à titre de passagères. Une question intéressante se profile alors : celle de la possible acceptation d’une logique masculine18. Comment, dans ce cas, celle-ci serait elle instrumentalisée ? Dans quel but ? Autant de nouvelles questions permettant de poursuivre l’exposé et de proposer des méthodes et des directions de recherche afin que les questions présentées lors de l’exposé préliminaire à la discussion puissent être valorisées et éclairées à l’aide de l’expérience et des connaissances des divers intervenants.

Haut de page

Notes

1 Perception incarnée par la notion d’équilibre inhérente aux caractéristiques techniques même de la moto. Elle s’incarne notamment dans le caractère emblématique de la notion de chute.
2 Dont la solidarité motarde est la principale ainsi que la plus aisément perceptible, du fait de sa symbolisation à travers une technique du corps spécifique : le salut motard.
3 C’est-à-dire à la fois l’environnement, le monde, et autrui en tant que semblable participant d’une même logique par le biais d’une pratique commune.
4 Maîtrise comme idéal, la réalité de terrain révélant une bipolarisation suivant la réalité de la maîtrise –qui ne peut être que proche de l’idéal- ou son absence –s’incarnant dans l’idée d’humilité- au cœur de la pratique.
5 S’incarnant dans la recherche de rapidité, dont la vitesse n’est qu’une incarnation parmi d’autres.
6 La maîtrise comme prudence face à l’aléa.
7 S’incarnant dans l’emblématique passage de la notion d’excès de vitesse à celle de vitesse excessive, cette dernière seule étant condamnable selon le motard.
8 Survie pensée comme alternative à la mort au sein du « suicide aléatoire » qu’évoque Louis Vincent Thomas dans son Anthropologie de la mort.
9 Ecart confondu d’avec la ligne de conduite du motard pour cause d’homologie structurelle incarnée dans la présence de la rhétorique de l’aléa dans ces deux logiques relevant de pratiques distinctes.
10 Notamment par l’importance de la solidarité au sein du groupe, solidarité ne pouvant bien entendu être réalisée sans un principe de tolérance donc de nivellement des différences.
11 On retrouve ici encore la logique de l’aléa sous-tendant la pratique de la moto et, ainsi, étant partie prenante de la conception du voyage à moto. Ainsi toute prévision –et bien plus toute maîtrise- s’avère impossible.
12 La moto comme moyen de transport.
13 Pour cette question voir P. Baudry et L.V. Thomas, notamment Anthropologie de la mort.
14 A travers quelques suggestions d’ouvrages : La planète nomade (Rémi Knafou) ou encore L’identité nomade (B. Fernandez).
15 Un démographe et géographe a également été évoqué à propos de cette question de la mobilité, il s’agit de D. Courgeau.
16 A alors été évoqué l’ouvrage Intelligence des banlieues ainsi que Territoires circulatoires (Tarrius).
17 Pour cela in semble intéressant de se pencher sur l’ouvrage de François Portet intitulé Vagabonds, Errants, comme a pu le suggérer un participant.
18 Serai-ce celle de la maîtrise ?
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Oudin, « Motard(e) et migration(s) », Le Portique [En ligne], Archives des Carnets du Genre, Carnet 1-2005, mis en ligne le 10 novembre 2005, consulté le 23 août 2017. URL : http://leportique.revues.org/715

Haut de page

Auteur

François Oudin

François Oudin est doctorant en ethnologie à l’université Paul Verlaine de Metz, il prépare actuellement dans une optique socio-anthropologique une thèse intitulée « la passion de la moto comme figure du risque et de l’incivilité ? ». Il a notamment publié à ce propos « Les motards comme figure du risque et de l’incivilité. » in Les cahiers de recherche 2, Editions du Portique, Strasbourg, 2005 ainsi qu’une contribution intitulée « Corps et moto » in « Dictionnaire du corps », ouvrage collectif (direction : Bernard Andrieu), L’harmattan, Paris, 2006 (sous presse)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org