Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Daniel Rohart, Education et Ethique (perspective rogérienne).Témoignage d’un professeur d’espagnol, Lyon, Association Voies-Livres, 2005.

Guy AVANZINI

Entrées d’index

Recension :

e-portique 1
Haut de page

Texte intégral

1Quoique distincts et publiés de Juin 1992 à mai 2005, ces six brefs fascicules publiés par l’Association Voies-Livres et dont chacun a sa spécificité, manifestent une profonde unité et constituent, en quelque manière, la présentation synthétique d’un traité de pédagogie. Fort d’une trentaine d’années d’enseignement de la langue espagnole au lycée, l’auteur expose avec talent et clarté une philosophie de l’éducation. Aussi bien, c’est la conviction du besoin et même de l’urgence de celle-ci qui anime tout son propos.

2Celui-ci consiste, en définitive, à rechercher comment, aujourd’hui, adolescents et corps enseignant – chacun ayant ses problèmes et ses fragilités – peuvent se trouver, s’entendre et se comprendre en vue de la démarche d’apprentissage qui finalise leur rencontre dans l’établissement. Se plaçant dans la dynamique de la pensée de Carl Rogers – dont au demeurant le cahier n° 60 est la traduction du texte et dont il expose la pensée en sachant ne pas la réduire à une conception caricaturale de la « non- directivité » -  Jean-Daniel Rohart montre avec force et conviction que cette jonction du professeur et des élèves suppose, voire exige, de la part du premier, l’adhésion à une éthique personnaliste.

3Beaucoup plus que de technique, c’est de morale, « de morale sans moralisme », que l’institution scolaire a soif. Car c’est elle qui seule permet d’induire et de gérer sainement la relation éducative, sans laquelle qualité il n’y aurait ni apprentissage intellectuel ni développement personnel. C’est la misère de la relation qui est à la fois une cause et un indice de la crise de l’école et, au-delà, de l’entreprise éducative. Et sans doute est-ce pourquoi ses réformes successives induisent des effets pervers, plus qu’elles n’atteignent leurs objectifs. C’est pourquoi l’auteur est fondé à dénoncer les illusions et la vanité d’une formation professionnelle du corps enseignant que l’on ne sait, en définitive, à quoi former, en vue de quelles finalités. Tout se passe comme si l’on en parlait d’autant plus qu’on sait moins le faire.

4S’inscrivant ainsi dans le mouvement global de redécouverte des valeurs, Jean-Daniel Rohart développe avec clarté et concision des thèmes que notre société devra bien se résoudre à prendre en compte, même si cela requiert l’abandon de certaines chimères.

Haut de page

Bibliographie

Six fascicules

Quid de la Non-Directivité rogérienne ? Contribution à une nouvelle éthique de l’action enseignante, Lyon, Voies-Livres, 1992

De l’inévitable morale des enseignants, Lyon, Voies-Livres, 1992

Ethique (et esthétique) de l’enseignement des langues, Lyon, Voies-Livres, 1995

L’élève au Centre des Apprentissages texte de Carl Rogers. Traduit de l’espagnol par Jean-Daniel Rohart.  Lyon, Voies-Livres, 1996

Action éducative et Ethique (Carl ROGERS, Carl Gustav Jung et l’éducation). Lyon, Voies-Livres, 1997

L’attitude « rogérienne » en classe. Contribution à la gestion de la crise de l’école. Lyon, Voies-Livres, 2005

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy AVANZINI, « Jean-Daniel Rohart, Education et Ethique (perspective rogérienne).Témoignage d’un professeur d’espagnol, Lyon, Association Voies-Livres, 2005. », Le Portique [En ligne], 1-2005 | Varia, mis en ligne le 16 mai 2005, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://leportique.revues.org/531

Haut de page

Auteur

Guy AVANZINI

Professeur émérite Université Lumière Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org