Navigation – Plan du site
Recensions

Robert Scholtus, Petit christianisme d’insolence, Bayard, « Christus », 2004.

Lamia Tamalt

Entrées d’index

Recension :

Numéro 15
Haut de page

Texte intégral

1C’est à travers les convo­ca­tions, entre autres, de Péguy, Carlos Fuentes, Pietro Citati, Enrique Vila Matas, Kierkegaard, Toussaint que naît une conversa­tion poétique qui s’inscrit à l’école de l’élégance et de la désinvolture hussarde que revendique pleine­ment l’auteur. C’est avec impati­ence que l’on goûte les mots sa­voureux de l’Exilé de la moderni­té, de ce résident intemporel. Il faut se laisser saisir, afin d’enten­dre l’inouï de la Parole, que nos paroles ont étouffée. De nos dis­cours habitués, Robert Scholtus nous donne à réentendre la signifi­cation originelle de l’insolence qui, étrangement, nous rappelle nos désertions et absences sur l’es­sentiel du monde. Un échange qui nous fait habiter le monde où l’ab­sence devient présence et où la présence se révèle dans son au­thenticité, en tant que rapport à l’autre et donc à Dieu. Plus que des penseurs ou des pensées, c’est cette étrange saveur de l’inouï in­temporel que vient nous dire ou redire le Petit christianisme d’in­solence. Chaque ligne nous ren­voie à nous même. Sous forme de con­fessions, dominant le refus pa­thé­tique facile, la subtile écriture du regard de l’auteur entaille les âmes simples, et de ses éclats, troublent les résignés de la beauté Christique. Au fil des pages, l’on côtoie ou l’on élit résidence. L’on visite un chemin épuré, à suivre avec Robert Scholtus vers « cette vérité humble, encore toute blan­chie de la poussière des chemins qu’il a fallu parcourir, une vérité portant les stigmates de la mort par où nous est donnée la vie , une vérité secrète qui prend le vi­sage « d’une légèreté éthique et d’une disponibilité mélanco­li­que ». C’est aussi une convocation de notre temps, d’une amitié créa­trice, d’une présence sur la ligne de front, d’où l’on combat l’esprit de finitude, la fausse innocence, la morale de défaite et de résigna­tion. Où l’étendard suffisamment intempestif pour être rareté, où celui qui vit la force de l’Esprit et de la beauté des commencements dans une « pudeur extrême » nous fait partager « cette Église, qui sous le voile noir de deuil laisse apparaître un visage de jeune fille souriant d’un sourire d’étonne­ment ». Le christianisme dont par­le Robert Scholtus, est préservé du raidissement et de l’orgueil. Il n’est pas fait  d’arrangements et de compromissions, mais il est vivant, christique ou mystique. Dans n’importe lequel de ces cas, il s’agit d’un christianisme d’inso­lence, « c’est-à-dire un christia­nisme qui manque d’habitude, un christianisme trop jeune pour se laisser intimider par le temps péremptoire de l’idéologie reli­gi­euse et paralyser sous le poids de ses archives. Car quelque chose est en train de se passer ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lamia Tamalt, « Robert Scholtus, Petit christianisme d’insolence, Bayard, « Christus », 2004. », Le Portique [En ligne], 15 | 2005, mis en ligne le 10 mai 2005, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://leportique.revues.org/502

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org