Navigation – Plan du site
Recensions

Bertrand Dejardin, Terreur et corruption. Essai sur l’incivilité chez Machiavel, Paris, L’Harmattan, « Ouverture philosophique », 2004, 318 pages.

Jean-François Bert

Entrées d’index

Recension :

Numéro 15
Haut de page

Texte intégral

1Terreur et corruption sont au centre de la lecture que Bertrand Déjardin nous propose de Ma­chiavel. L’auteur, en prenant cette perspective, ne tombe pas dans certaines facilités qui ont fait de Machiavel un pur « idéaliste » ou, au contraire, le penseur d’une pratique « révolutionnaire ». Ici le propos, toujours clair, montre un Machiavel plus préoccupé de comprendre les nouvelles pra­ti­ques politiques qui constituent l’Italie renaissante dans laquelle, finalement, l’acquisition et la con­servation du pouvoir répon­dent à une dimension qui dépasse la seule doctrine politique.

2C’est aussi à partir de ces deux notions que l’auteur nous de­mande de comprendre la critique que Machiavel oppose aux Mo­dernes ainsi que son désir de re­nouer avec certains motifs fonda­mentaux des Anciens. Le pro­blème récurrent chez Machia­vel, problème que Bertrand Dé­jardin souligne dans son ouvrage, est ce­lui de la vertu politique et des conditions qui sont à même de la rendre possible, puisque c’est sur ce questionnement sur l’« Antique Vertu » que repose la tentative de Machiavel : détermi­ner à la fois une norme de com­portement ra­dicalement nouvelle et une réno­vation profonde de la conscience moderne, qui se trouve écartelée entre les devoirs religieux et mo­raux d’une part, et les impératifs politiques d’autre part.

3Que ce soit dans Le Prince, écrit en 1513, au début de son exil après la chute de la République florentine, ou dans le De principa­tibus, Machiavel, selon l’auteur, tente de restaurer cette antique Virtu, seule capable de s’opposer à la corruption qu’il comprend soit comme appauvrissement des sujets au seul profit de l’État, soit comme conséquence de l’imposi­tion, par le Prince, d’une doctrine politique devenue néces­sité abso­lue (p. 7). Selon le Ma­chiavel du « Discours sur la première décade de Tite-Live », la corruption générale des Modernes n’est pas celle du seul Prince, mais bien celle de la Cité entière. La « cor­ruption », qui est synonyme de dissolution du lien social, – s’identifiant, en un sens, avec la naissance du privé –, se manifeste par la montée des inté­rêts privés et le goût de la richesse qui se traduisent, sur le plan mili­taire par exemple, par la profes­sionnalisation des armées. La lucidité de Machiavel est d’a­voir compris que si l’état de na­ture se définit par une inégalité flagrante entre les individus, « iné­galité des forces qui prévaut avec la violence qu’elle induit » (p. 75), la raison d’État moderne, elle aussi sup­pose l’inégalité, puisqu’elle n’échappe pas à la corruption. Pour l’homme politique, le seul moyen de s’en prémunir reste de tenir compte de la méchanceté de l’homme envers l’homme. Straté­giquement, rappelle l’auteur, Ma­chiavel veut sauver le rapport du Prince à ce sur quoi s’exerce sa domination, à savoir sa popula­tion ou son territoire. Comment faire pour stabiliser le pouvoir du Prince alors que l’État est fonda­mentalement instable et que les hommes ont une seule chose en commun : leur méchanceté ?

4L’intérêt de l’ouvrage réside aussi dans l’accent porté par l’au­teur sur un Machiavel qui entend créer la possibilité d’une repoliti­sation ou, en tout cas, d’une ten­tative nouvelle de don­ner au citoyen la possibilité d’agir sur les événements. L’exhortation finale du Prince à libérer l’Italie a com­me enjeu central la possibilité d’arrêter le cycle de la corruption et d’éviter la dislocation de l’État qui résulte, lui, d’un besoin natu­rel : vivre ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Bert, « Bertrand Dejardin, Terreur et corruption. Essai sur l’incivilité chez Machiavel, Paris, L’Harmattan, « Ouverture philosophique », 2004, 318 pages. », Le Portique [En ligne], 15 | 2005, mis en ligne le 11 mai 2005, consulté le 27 mars 2017. URL : http://leportique.revues.org/498

Haut de page

Auteur

Jean-François Bert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org