Navigation – Plan du site
Dossier

Introduction

Joëlle Strauser

Texte intégral

1 « On est saisi d’impuissance face à cette page et de­mie », écrit George Steiner dans les premières lignes d’un passage de la « Note sur Le Procès de Kafka » 1 qu’il consacre à « la Légende » 2, avant d’ajouter, un peu plus loin, « il semble qu’il y ait autant de façons de lire Devant la loi qu’il est de manières de conduire et d’imaginer sa vie. Cha­cune est partielle ; chacune sollicite une autre tentative. » Et, selon Jacob Rogozinski, dans le Don de la Loi, si on se voit ainsi « frappé d’impuissance », c’est que « la densité limpide [de ce texte] défie tout commentaire » 3.

2Si ce numéro s’ouvre sur la nouvelle 4 de Kafka, c’est bien qu’on ne saurait trouver texte plus fort pour évoquer le caractère énigmatique de la question de la Loi.

3Certes, il semble s’agir ici de la seule loi éthique, d’une loi fon­damentale et fondatrice dont la quête peut paraître vaine à cer­tains, qu’ils soient juristes, épistémologues, ou philosophes. Mais Kafka pourrait bien, avec cette « légende » en particulier, constituer une référence, explicite ou non, à peu près impossible à esquiver pour notre temps, comme le rappellent fortement les contributions de François Ost et de Jacob Rogozinski.

4Nous voulions, en sollicitant des auteurs d’horizons divers et de spécialités différentes, tenter d’explorer, sans visée présomptueuse d’exhaustivité, la notion de loi : chercher à clarifier différents con­cepts ou conceptions de la loi qui ont cours, selon la diversité des élaborations théoriques et des champs dans lesquels elle prend un sens. Mais nous souhaitions aussi envisager certains des usages qu’on fait de la loi et des lois, certaines des conditions dans les­quelles elles se constituent ou se modifient, s’appliquent ou non, s’accordent ou se contredisent. Notre objectif était de réunir quelques éléments pour une anthropologie de la loi, dans toutes ses acceptions, voire dans tous ses états.

5Très divers par leurs objets et leurs perspectives, les entretiens et les articles qui suivent ne cessent pourtant de se croiser et d’offrir au lecteur des points de rencontre. Peut-être se tisse-t-il ici, à partir de la réflexion que ces interventions suscitent, l’amorce d’une syn­thèse encore à venir, dans le cas où elle serait possible.

6Si nous laissons d’abord la parole à François Ost, ce n’est pas seulement du fait de son double statut de philosophe et juriste, mais pour l’intérêt essentiel que présente une pensée qui cherche à explorer l’intrication du narratif et du prescriptif, intrication telle que même l’article de Michel Puech, consacré à l’étude critique du statut de la loi dans la théorie de la connaissance, mentionne expli­citement le récit. Apparemment isolé au milieu de textes orientés plutôt vers l’éthique, le juridique, le politique ou le social, cet ar­ticle renvoie pourtant à la question d’une déflation de la loi qu’évoquent aussi bien Christian Godin que Hugues Rabault. L’un philosophe, l’autre juriste, ils traitent aussi de l’inflation légi­slative, corrélative de la déflation contemporaine de la loi. En examinant les contradictions du statut de la loi, Christian Godin en dénonce l’actuelle dépolitisation, du fait – et au bénéfice – de la psychologisation et de la moralisation. Question qui n’est pas ab­sente de l’analyse que Hugues Rabault consacre, lui, à l’herméneu­tique juridique – laquelle renvoie aussi, par ailleurs, à la question du narratif – et qui le mène à envisager que la loi pourrait n’être bientôt plus qu’un paramètre contingent au sein d’une « in­génierie casuistique ».

7Rien d’étonnant à constater que le chapitre des usages de la loi, que traite Philippe Hamman à propos des combats que mènent les travailleurs transfrontaliers pour défendre leurs intérêts, pose, lui aussi, la question de l’articulation de la particularité, voire des par­ticularismes, à l’universalité supposée de la loi. Il évoque aussi, et peut-être surtout, l’aspect essentiel de l’émergence de nouvelles « instances de régulation » dans la vie politique et sociale au sein d’un ordre législatif européen encore en voie de constitution. Et, là encore, il est impossible de séparer l’analyse de la narration.

8Et quand Filippa Chatzistavrou analyse ici le « soft law » – le « droit mou » – ou les « normes douces », lesquelles se développent précisément du fait des difficultés, voire de l’inadaptation ou de l’inexistence des instruments juridiques contraignants, c’est encore la question de la particularité qui est envisagée.

9Mais une question plus délicate encore surgit sous la plume de Gilles-Olivier Silvagni, qui réfléchit, en psychanalyste, sur l’actuel projet de loi relatif aux droits des malades, en faisant valoir le ca­ractère essentiel de la singularité des situations et des sujets, singu­larité qui prend plus d’importance encore quand il s’agit de la si difficile question de l’euthanasie (encore un point de rencontre avec Christian Godin), singularité que la médecine française, soumise aussi bien à l’évolution des techniques qu’aux intentions des législateurs, ne saurait pourtant oublier sans faillir à ses propres valeurs et à sa propre tradition.

10Que Kafka s’impose à notre temps comme référence obligée ne saurait nous faire négliger Kant, penseur de la loi par excellence, dans son statut théorique comme dans son sens pour la pratique. Sans omettre pour autant le rôle essentiel de bien des penseurs an­térieurs ou de certains de ses quasi contemporains, on doit recon­naître que c’est en grande partie à Kant, penseur de l’universalité, de la nécessité mais aussi – surtout ? – de la liberté et de son éven­tuelle réalisation dans l’histoire, que nous devons la conception, aujourd’hui en déclin, mais naguère dominante, de la loi.

11Michel Puech s’oppose à un catéchisme épistémologique d’ins­piration plus ou moins kantienne, pour proposer une autre concep­tion, « philosophiquement acceptable », de la loi dans la théorie de la connaissance. Robert Theis, lui, étudie rigoureuse­ment les di­vers énoncés de l’impératif catégorique et rappelle à ceux qui au­raient tendance à l’oublier et à laisser ainsi, sans li­mites, le champ ouvert aux techniques, matérielles ou non, dans des pratiques ou­blieuses de leur finalité ultime, qu’on ne saurait envisager la loi hors de la perspective de ce que Kant appelait « règne des fins ». Enfin, c’est au Kant préoccupé du jugement, de l’éthique et du su­blime et à leur dimension politique que s’est atta­ché Jacob Rogo­zinski à un moment du parcours philosophique qu’il évoque ici, dans un entretien suscité par l’étude qu’il a consa­crée au « don de la Loi ».

12On ne saurait conclure une telle présentation, sommaire par né­cessité (au double sens de l’adjectif et du substantif), sinon en re­merciant les auteurs, pour leurs précieuses contributions et les voies qu’ils ouvrent à la réflexion, et les lecteurs, pour l’intérêt et l’exigence qu’ils ne manqueront pas de mettre en œuvre.

13Février 2005

Haut de page

Notes

1. In George Steiner, De la Bible à Kafka, traduction française 2002, Hachette Littératures.
2. Selon Michaël Löwy, Kafka désigne ce récit tantôt comme « histoire » (dans le Procès), tantôt comme « légende » (dans son Journal), tantôt comme « pa­rabole ». Michaël Löwy, « “Devant la loi” : le judaïsme subversif de Franz Kafka », Raisons Politiques, n° 8, novembre 2002, La pensée Juive (vol. 2).
3. Jacob Rogozinski, Le Don de la loi, Collège international de philosophie, 1999, p. 2.
4. Cette « page et demie » apparaît à la fin du roman, dans la cathédrale, lors de l’entretien de Joseph K. avec le prêtre, et elle donne lieu à un subtil exercice de commentaire de type « talmudique ». Mais elle a aussi été publiée du vivant de Kafka, en 1919, dans le recueil Un médecin de campagne. C’est cette version qui figure ici, dans la traduction qu’en propose B. Lortholary, dans le volume Dans la colonie pénitentiaire et autres nouvelles, Paris, Gallimard, collection GF, n° 564.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Strauser, « Introduction », Le Portique [En ligne], 15 | 2005, mis en ligne le 17 juin 2005, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://leportique.revues.org/494

Haut de page

Auteur

Joëlle Strauser

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org