Navigation – Plan du site
Cahier 2 2004
Jugement et fondements philosophiques de l'action

Cioran et la filiation nietzschéenne

Yann Porte

Résumés

D’origine roumaine mais résidant à Paris de 1937 à sa mort en 1995, Cioran a écrit des livres jugés pessimistes tels que De l’inconvénient d’être né ou Aveux et anathèmes. Comme Nietzsche, Cioran dépasse son nihilisme initial par la pratique de l’écriture fragmentaire mais d’une manière encore plus paradoxale. Pourquoi argumenter et démontrer quand il s’agit de ressentir l’inexprimable. Les aphorismes sont une volonté d’atteindre une pensée quintessenciée.

Haut de page

Texte intégral

1. Les ambivalences d’un dépassement paradoxal du nihilisme

1Qu’y a-t-il de commun entre Nietzsche, qui n’a cessé de célébrer frénétiquement la vie, et ce « mystique du pire » qu’est Cioran. Entre le philosophe dionysiaque et le laudateur de l’inconvénient d’être né ? Quel type de proximité peut-il bien exister entre le promeneur de Sils-Maria, habité par la nécessité de lancer un grand oui à l’existence et le noir penseur transylvain qui s’est employé à en saper les fondements par l’exercice d’un scepticisme destructeur durant toute la durée de la sienne ?

2Rien, semble-t-il. Rien, en apparence, qui puisse réunir ces deux-là tant ils paraissent, au premier abord, d’exacts antipodes. En apparence seulement, car ce n’est pas tant dans l’aboutissement de leurs visions du monde respectives que dans leurs cheminements spirituels que ces deux artistes de la pensée révèlent la parenté profonde qui les lie. En effet, le pessimisme radical et le désespoir hyperbolique de Cioran, encore plus noirs et subtils que ceux de Schopenhauer, sont, néanmoins, plus proches de Nietzsche qui n’a jamais eu une vision univoque mais profondément tragique de son grand acquiescement à l’existence.

3En dépit des nombreux parallèles, des convergences de vue, de la profondeur et de la subtilité de leurs vies intérieures, leurs pensées aboutissent, en effet, à des prises de position face à l’existence, diamétralement opposées. Mais le plus important n’est pas là. Il réside, paradoxalement, dans leurs manières de dire le monde. Ces deux styles de pensée entretiennent une proximité de ton aussi évidente à ressentir que difficile à définir précisément. Une chose est sûre, les styles fragmentaires de Nietzsche et de Cioran sont le reflet de leurs itinéraires spirituels tourmentés et de leurs passions communes pour une lucidité à l’exigence dévastatrice. À cela s’ajoute des tempéraments incisifs et deux éthiques fondées sur le pouvoir, paradoxalement unificateur, du principe de contradiction.

4Que le jeune Cioran cultive sa filiation avec Nietzsche alors qu’il travaille à devenir, d’aphorismes en fragments, ce que semble dénoncer son modèle, c’est-à-dire un nihiliste accompli, voilà qui a de quoi surprendre. C’est sans compter sur le goût prononcé du paradoxe qui habite Cioran mais aussi sur la profonde plasticité herméneutique et la polysémie – pour ne pas dire la protéiformité – de la pensée nietzschéenne. Cette dernière, en plaçant le principe de contradiction en son sein, fait de l’éclatement de l’unicité de la vérité, son fondement. De ce point de vue, la leçon nietzschéenne a été assimilée par Cioran. Et il n’aura de cesse de la porter jusqu’à sa tension la plus extrême et souvent, jusqu’à son point de rupture.

5Les deux « penseurs-stylistes » présentent également une convergence de « méthode de pensée » qui fait bien davantage que simplement transparaître dans leurs œuvres. Elle en est le véritable principe unificateur.

6Bien plus qu’un artifice rhétorique ou qu’une plus-value esthétique, le style assure la cohérence de l’ensemble et tient lieu de philosophie subjective. Le style, c’est pour eux, dans l’écriture comme dans les autres domaines de l’existence, la manière dont une individualité créatrice parvient à exprimer la façon qu’elle a de s’incarner dans l’existence. Pour Nietzsche comme pour Cioran, si opposés en apparence, le style serait donc, l’écriture et la pensée rendues indissociables par l’extériorisation d’une vision tragique de l’existence. Qu’on y adhère ou qu’on la rejette, qu’on la vénère ou qu’on l’exècre, la position face à celle-ci n’est finalement plus l’élément déterminant. Et cela, contrairement à ce que laisse d’abord entendre Nietzsche lorsqu’on le lit en restant à la surface de ses affirmations à la logique contradictoire. Le dépassement de cette opposition qui semble pourtant si insurmontable, montre à quel point Cioran rejoint Nietzsche de par sa manière de penser, par pointes et par fulgurances. Cela n’est d’ailleurs pas autre chose que le reflet d’une éthique qui s’accorde avec un tempérament porté à la subversion par une violence intérieure d’une intensité accrue par des déterminismes physiologiques où l’insomnie joue un rôle prépondérant. Cette fureur trouve une catharsis – d’autant plus efficace qu’elle se fait subtile – dans une écriture fragmentaire qui dépasse l’enjeu d’un simple dépassement abstrait du nihilisme.

7C’est dans ce cadre que la figure charismatique de Nietzsche n’a cessé de hanter Cioran qui a passé son adolescence à lire, avec frénésie et avidité, les œuvres de ce dernier. Il n’est pas exagéré de dire que cette relation passionnée et précoce avec l’œuvre du penseur de la mort de Dieu a été l’élément fondamental et décisif dans l’élaboration du style et, donc, de la vision du monde cioraniennes.

Jeune encore, on s’essaie à la philosophie, moins pour y chercher une vision qu’un stimulant ; on s’acharne sur les idées, on devine le délire qui les a produites, on rêve de l’imiter et de l’exagérer. L’adolescence se complaît à la jonglerie des altitudes ; dans un penseur, elle aime le saltimbanque ; dans Nietzsche, nous aimions Zarathoustra, ses poses, sa clownerie mystique, vraie foire des cimes...

Son idolâtrie de la force relève moins d’un snobisme évolutionniste que d’une tension intérieure qu’il a projetée au-dehors, d’une ivresse qui interprète le devenir, et l’accepte. Une image fausse de la vie et de l’histoire devait en résulter. Mais il fallait passer par là, par l’orgie philosophique, par le culte de la vitalité. Ceux qui s’y sont refusés ne connaîtront jamais le retombement, l’antipode et la grimace de ce culte ; ils resteront fermés aux sources de la déception 1.

8Ainsi, même si tout l’œuvre de Cioran ne semble pas faire autre chose que de décrire l’incapacité de la rationalité à réfuter un sentiment intense de vide et de lassitude, l’humour et la grâce y occupent le rôle déserté par la raison, celui de modérateur. Cela dit, au cœur de ce nihilisme désespéré semble gésir une jubilation intensément vécue. Ce qui s’explique par le pouvoir cathartique d’un style conçu comme une thérapie de l’âme qui surmonte son pessimisme foncier en le mettant en scène par l’écriture, en l’épuisant par la subtilité de la formulation.

9Pourtant, loin de ce genre de nihilisme négateur qui se revendique plus ou moins comme tel, Cioran, à la suite de Nietzsche, pointe le doigt vers une autre forme de nihilisme, celui présent dans les visions du monde issues d’un Système. Il s’agit là d’un type de nihilisme involontaire et qui s’ignore. En effet, le Système dans sa prétention à rendre cohérent l’ensemble de la réalité espère atteindre ainsi un absolu de vérité et ne fait, selon eux, que le fausser, le restreindre et le mutiler par le recours à des vérités dogmatiques. Seul le fragment est jugé apte par Nietzsche à rendre compte et à restituer intuitivement, par éclairs et coups de sonde, la complexité du monde dans son jaillissement.

10De plus, l’écriture par fragments met en abyme le monde en apportant la démonstration qu’il n’est pas nécessairement en adéquation avec la perception qu’on en a, et qui, pourtant, contribue à le forger. Ce rapport d’inadéquation fonde le tragique qui se doit de ne plus échapper à une subjectivité désormais revendiquée. L’éclatement de la vérité que reflète l’écriture fragmentaire remet en perspective le problème du mal et le rapport aux certitudes posées en tant qu’absolu. Le style fragmentaire est fondamentalement celui du doute.

11La méthode généalogique, méthode éminemment nietzschéenne, est la plus appropriée pour s’interroger sur le double statut de philosophe et d’écrivain inhérent à Cioran comme à Nietzsche. Le philosophe est-il un sage, un savant ? Non, il est un physiologiste, un psychologue et un thérapeute qui s’aide à supporter les vérités qu’il révèle et construit afin de les dépasser plutôt que de les surmonter. Son art est le diagnostic et sa méthode la généalogie car le généalogiste dramatise et sculpte les idées ; il dégage les forces en présence dans chaque type d’existence, dans chaque affirmation. En effet, Nietzsche comme Cioran, en relativistes qu’ils sont, ne s’intéressent plus à la valeur de la vérité considérée en tant qu’absolu. C’est de cette charge dont est supposée être armée tout concept que Nietzsche prétend s’affranchir.

12La validité d’une vision du monde dépend désormais de sa fulguration, de sa capacité à générer de l’énergie, en un mot de sa puissance créatrice. Celle-ci est inséparable de la manière dont le penseur-écrivain la formule, c’est-à-dire de l’écriture, donc du style. La méthode nietzschéenne se fonde sur la puissance d’une subjectivité et se propose de faire une réinterprétation intime, artistique et stylisée du monde, de faire l’archéologie des idées et des perceptions qui le construisent. Tout penseur post-nietzschéen est donc contraint de prendre en considération cette nouvelle perspective qui fait du penseur un artiste et l’oblige à intégrer sa subjectivité à ses problématiques. D’où le primat de l’expérience et l’émergence d’une spiritualité matérialiste propre à Nietzsche. Cette émergence semble forger une nouvelle éthique faite de subversion et induite par l’éclatement de l’unicité de la vérité.

13Dans cette même perspective, Cioran, loin de considérer l’écriture fragmentaire comme un simple « exercice de style » littéraire ou philosophique voit en elle le seul moyen d’expression qui lui soit accessible et un principe de cohérence interne paradoxal qui, par la rupture qu’il induit, reconstitue l’unité perdue du sujet. C’est autour de cet enjeu de l’éclatement de la vérité et de l’émergence de la subjectivité comme principe axiologique et épistémologique qu’une grande partie de la pensée moderne et contemporaine gravite. C’est également à ce titre que l’écriture fragmentaire subjective se propose de subvertir toute pensée qui découle d’un système. Grâce au souffle si particulier de ce style, qui n’est rien d’autre que le reflet d’une vie spirituelle intense et tourmentée, Cioran atteint un niveau d’exigence peu commun associé à une éthique subversive radicale. À moins que le caractère subversif de ce discours ne se situe justement dans son morcellement et dans une expérience d’un nihilisme ontologique d’une rare intensité qui nie avec un souci obsessionnel de subtilité. Pour mettre en évidence cette caractéristique de la pensée cioranienne, il faut établir le rôle thérapeutique de l’expression littéraire dont la valeur ultime repose pour Cioran sur cet effet cathartique. La nécessité de la finesse stylistique se justifie alors par la complexité d’un vécu et la manière dont on l’appréhende. Le pessimisme et l’ironie étant les toiles de fonds principales de la pensée cioranienne, la nécessité de se purger de telles pensées et des passions qu’elles charrient par l’expression littéraire, élève la pratique de l’écriture à la hauteur d’une nécessité indispensable au maintien de l’équilibre psychique.

2. Nietzsche vu par Cioran ou les avatars d’un cas-limite de généalogie critique et stylistique

14Nul besoin pour Cioran, tant la filiation spirituelle et stylistique paraît évidente, de consacrer dans ses Exercices d’admiration 2 un chapitre à Nietzsche. Pour dire sa dette spirituelle et sa profonde affinité avec la pensée et le style de ce dernier, Cioran s’est toujours contenté de brefs hommages teintés de critiques acerbes mais prégnantes. En fait, cette attitude s’explique, encore une fois, par la proximité de tempérament des deux penseurs. Celle-ci s’exprime dans leurs pratiques d’une « contre-philosophie » subversive qui se veut plus authentique que la philosophie systématique qu’ils jugent « récupérée » par des institutions sociales sclérosées.

15L’attitude réactive de Cioran vis-à-vis de Nietzsche est dominée par l’ambivalence. Celle-ci est faite de rejet et de fascination entre deux tempéraments – plus encore qu’entre deux pensées – trop forts pour ne pas se mesurer l’un à l’autre. À cela s’ajoute leurs goûts communs pour le style fragmentaire dont ils font l’organe d’expression privilégié de cette crise de la conscience et de la culture qu’est le nihilisme. De fait, ils nourrissent la volonté de hausser la pratique du fragment non pas à la hauteur du Système mais comme dépassement de celui-ci.

16Cette rencontre spirituelle établit une relation aussi passionnelle qu’intellectuelle vis-à-vis de Nietzsche. Ce qui n’enlève rien au fait que le penseur roumain soit un commentateur acéré de ce dernier. Cette imprégnation intime de la perception cioranienne par celle de Nietzsche oriente définitivement sa manière de penser et son choix d’écrire par fragments.

17L’aura qu’a contribué, de manière décisive, à donner Nietzsche à la forme fragmentaire et aphoristique a été la révélation originelle de sa « vocation d’écrivain ». Celle-ci est fondée sur la nécessité d’extérioriser une vision du monde insoutenable par la médiation thérapeutique de l’écrit. De ce fait, Cioran, à l’instar de Nietzsche, s’inscrit dans une sensibilité qui éprouve un sentiment tragique de l’écriture où la mélancolie est liée à l’acte démiurgique.

18Cela dit, une fois parvenu à la maturité, sans totalement renier celui qui fût « l’enchanteur de [sa] jeunesse », Cioran se livre à une critique que l’on peut qualifier de « postnietzschéenne », dans le sens où elle vise, dans un premier temps, à débarrasser la pensée nietzschéenne de toute pesanteur inhérente à son arsenal conceptuel et à son lyrisme. Ce qui semble un comble face à celui qui s’était voulu le chantre de la légèreté dans l’art de penser. Sans réellement vider la pensée de Nietzsche de son contenu, formé des concepts de surhomme, l’übermensch opposé à l’untermensch, de volonté de puissance et d’éternel retour du même – pour ne citer que les plus connus – Cioran procède à une sorte de déconceptualisation des grands « moments » nietzschéens. On constate souvent, chez Cioran, la nécessité, de faire le point sur sa relation face à celui qui fascina son adolescence. Mais cette fascination se fit sous le signe du malentendu, orientée vers une lecture « fascisante ». C’est, en effet, à travers ce prisme herméneutique dévoyé, que le jeune penseur transylvain eût accès au vitalisme nietzschéen. Inséparable de ses errements de jeunesse, la figure de Nietzsche hantera le « repenti » jusqu’à sa mort, même s’il avoue ne plus le lire depuis des décennies dans ses derniers entretiens. À sa décharge, on peut encore accorder à Cioran qu’il a abordé l’œuvre de Nietzsche à travers l’édition détournée et falsifiée de la Volonté de puissance établie par la sœur du philosophe, acquise aux idées hitlériennes. Mais le plus indiqué est encore d’écouter ce que Cioran lui-même a à dire sur celui qui l’a si longtemps obsédé :

Nous avions cru avec Nietzsche à la pérennité des transes ; grâce à la maturité de notre cynisme nous sommes allés plus loin que lui. L’idée de surhomme ne nous paraît plus qu’une élucubration ; elle nous semblait aussi exacte qu’une donnée d’expérience. Ainsi l’enchanteur de notre jeunesse s’efface. Mais qui de lui – s’il fut plusieurs – demeure encore ? C’est l’expert en déchéances, le psychologue, psychologue agressif, point seulement observateur comme les moralistes. Il scrute en ennemi et il se crée des ennemis. Mais ses ennemis il les tire de soi, comme les vices qu’il dénonce. S’acharne-t-il contre les faibles ? Il fait de l’introspection ; et quand il attaque la décadence, il décrit son état. Toutes ses haines se portent indirectement contre lui-même. Ses défaillances, il les proclame et les érige en idéal ; s’il s’exècre, le christianisme ou le socialisme en pâtit. Son diagnostic du nihilisme est irréfutable : c’est qu’il est lui-même nihiliste, et qu’il l’avoue. Pamphlétaire amoureux de ses adversaires, il n’aurait pu se supporter s’il n’avait combattu avec soi, contre soi, s’il n’avait placé ses misères ailleurs, dans les autres : il s’est vengé sur eux de ce qu’il était. Ayant pratiqué la psychologie en héros, il propose aux passionnés d’Inextricable une diversité d’impasses. Nous mesurons sa fécondité aux possibilités qu’il nous offre de le renier continuellement sans l’épuiser. Esprit nomade il s’entend à varier ses déséquilibres. Sur toutes choses, il a soutenu le pour et le contre : c’est là le procédé de ceux qui s’adonnent à la spéculation faute de pouvoir écrire des tragédies, de s’éparpiller en de multiples destins. – Toujours est-il qu’en étalant ses hystéries, Nietzsche nous a débarrassés de la pudeur des nôtres ; ses misères nous furent salutaires. Il a ouvert l’âge des « complexes » 3.

19Dans Sous le signe de Saturne 4, Susan Sontag soulignait déjà l’empreinte nietzschéenne omniprésente, souvent en négatif, à l’œuvre dans la vision du monde cioranienne. De plus, on ne peut soupçonner Susan Sontag de faire preuve de complaisance ou d’entretenir des affinités avec la manière de penser le monde de celui qui se dépeint comme un « érudit sardonique », « une vipère élégiaque », « un barbare sous cloche » ou « un courtisan du vide 5 ». De fait, les liens qui unissent Cioran à Nietzsche sont nombreux, complexes, et surtout évolutifs parce que protéiformes et polymorphes. Susan Sontag met en évidence dans l’extrait suivant la nature profonde de ces liens à travers les convergences thématiques qui se retrouvent dans leurs œuvres respectives et qui découlent de deux psychologies complexes mais proches dans le sens où elles ont des modalités de fonctionnement conditionnées par des éthiques dont le fondement est la suprématie de l’ambivalence de tout phénomène :

[...] l’acharnement à vivre une vie spirituelle ambitieuse, le projet de devenir maître de soi, la récurrence des thèmes antithétiques : force-faiblesse, santé-maladie, l’ironie grinçante, l’ambivalence à l’égard de la vocation poétique, l’attrait de la conscience religieuse, l’hostilité envers l’Histoire et les formes diverses de la modernité 6.

20Si l’on traduit la relation qui unit Cioran à « l’éveilleur de sa pensée » en termes de genèse spirituelle plutôt que dans une perspective sociologique de pénétration du champ littéraire, il apparaît que, sans renier l’attrait que l’enseignement de Nietzsche a eu sur lui, Cioran affirme l’avoir dépassé en bien des points. Dés lors, il s’agit pour Cioran d’affirmer en quoi sa pensée, bien que basée sur les même thèmes, concernée par les mêmes problématiques et servie par un style très proche, est plus subtile et désenchantée que celle de son précurseur qui, pour lui, reste un maître à penser, à vivre et surtout à douter.

21Dans ce but, il cultive une pensée subjective qui cherche à affirmer la primauté de la négation sur la grande affirmation vitaliste nietzschéenne car elle lui semble contre-intuitive. C’est finalement sur les conclusions, sur la finalité que les deux spiritualités – nietzschéenne et cioranienne – se dissocient le plus nettement. Pourtant, même cette dissociation fondamentale apparaît comme résultant de la profonde ambivalence de ces deux pensées à la fois complémentaires et contradictoires. Dans cet extrait, Cioran se livre à une critique radicale, agrémentée d’arguments peu communs, iconoclastes, de la pensée de Nietzsche :

À un étudiant qui voulait savoir où j’en étais par rapport à l’auteur de Zarathoustra, je répondis que j’avais cessé de le pratiquer depuis longtemps. Pourquoi me demanda-t-il. – Parce que je le trouve trop naïf...

Je lui reproche ses emballements et jusqu’à ses ferveurs. Il n’a démoli des idoles que pour les remplacer par d’autres. Un faux iconoclaste, avec des côtés d’adolescent, et je ne sais quelle virginité, quelle innocence inhérentes à sa carrière de solitaire. Il n’a observé les hommes que de loin. Les aurait-il regardés de près, jamais il n’eût pu concevoir ni prôner le surhomme, vision farfelue, risible, sinon grotesque, chimère ou lubie qui ne pouvait surgir que dans l’esprit de quelqu’un qui n’avait pas eu le temps de connaître le détachement, le long dégoût serein.

22Ce sentiment d’avoir « dépassé » Nietzsche par le renoncement à la conceptualisation et au lyrisme est un signe de maturité pour Cioran. D’autre part, c’est sur ce double renoncement que s’opèrent un renouvellement et une continuation iconoclastes de la pensée nietzschéenne. Par le biais d’une critique existentielle et subtile d’une pensée déjà ô combien subtile et complexe en elle-même.

23Toute la difficulté de Cioran, c’est justement que Nietzsche a formulé la quasi-totalité de sa vision des choses. Comment, dès lors, se positionner par rapport à « l’éveilleur de sa pensée » alors qu’il semble avoir tout dit et bien dit ? À tel point que cette philosophie paraissait, à juste titre, comme inégalable au jeune Cioran.

24D’où cette nécessité de se concentrer sur l’art du bien dire, du trait incisif et définitif qui garantit l’originalité d’une considération, même banale ou convenue, par la force et l’habileté de sa formulation. Mais Cioran ne se contente pas d’égrener des lieux communs car il ressent l’impérieuse nécessité de commencer à penser là où Nietzsche s’arrête. Cette méthode le confronte en permanence à l’aporie et à l’insoluble. Face à eux, il joue la carte de la surenchère et du « délire de réflexion ». Cette manière particulière de penser exige une grande maîtrise de l’art subtil de la rhétorique. Comment se mesurer à une telle pensée, aussi aboutie, aussi authentiquement géniale sinon en en cherchant méticuleusement les failles dans une quête abyssale de dépassement ?

25Cette critique radicale est néanmoins toujours puissamment fondée tout en restant très intuitive. Le fait qu’elle soit formulée par Cioran dès le début de sa « conversion » démontre que le passage de sa langue maternelle au français fût une épreuve de totale remise en question résultant d’une grave crise intérieure. Celle-ci contribua à le faire expier la partie la plus sombre de ses prises de position nationalistes. Il attribuera ces dernières au climat d’aveuglement collectif et d’intoxication idéologique généralisé de l’époque autant qu’à une fuite en avant, à un véritable élan vers le pire. Cherchant à oublier ses démons intérieurs, il se jeta dans les bras de l’idéologie fasciste roumaine dont il se fit l’ardent thuriféraire entre 1932 et 1941. Cette période d’engagement idéologique allait conditionner toute la suite de sa vie après la lente et douloureuse prise de conscience de sa complicité dans la propagation d’une idéologie criminelle. Sa destinée allait se réorienter radicalement vers un travail d’expiation intériorisée, parfois inconscient en dépit de sa lucidité, souvent condamné au non-dit.

26L’année 1937 voit son installation en France après l’obtention d’une bourse de l’institut français de Bucarest. Mais il lui faut dix ans avant qu’il ne renonce au roumain. Cet exil parisien – autant géographique qu’intérieur – l’oblige à endosser le statut d’apatride après avoir épousé la cause d’un nationalisme radical. Les raisons en sont multiples. Le constat moralement difficile de se retrouver dans le camp des vaincus – la Roumanie a été l’alliée de l’Allemagne nazie depuis le début du second conflit mondial. Mais aussi et surtout, la prise de conscience d’avoir mis son talent au service d’une cause absolument criminelle reste l’élément déterminant du « retrait » cioranien.

27Cela dit, Cioran qui reproche sa « naïveté » à Nietzsche, n’a pas été, quant à lui, un naïf intégral. C’est, en effet, en connaissance de cause et au nom de la « barbarie régénératrice », sensée surmonter la décadence supposée d’un monde en crise, qu’il se lance dans un nationalisme frénétique. Cet engagement se fait sans avoir bien pressenti les conséquences concrètes et criminelles qui devaient en découler.

28Revenant sur ce qu’il nomme la « naïveté » de Nietzsche, Cioran lui reproche son manque d’expérience, de pratique dans les relations humaines et sa vision intuitive mais pas assez concrète :

29Cette analyse psychologique de la personnalité de Nietzsche révèle le regard paradoxal que Cioran porte sur cette pensée. Elle montre que son interprétation a été pervertie par les lectures fascistes, dominantes à l’époque et à quel point les prises de position de jeunesse de Cioran ont été conditionnées par elles. Ce non-dit qui plane au dessus de la critique cioranienne de Nietzsche contribue à expliquer pourquoi le Cioran d’après la métamorphose existentielle de 1947 – le passage du roumain au français – a renoncé au nietzschéisme dévoyé de sa jeunesse sans pour autant oublier tout ce qu’il doit à Nietzsche.

30Cela dit, on ressent bien à quel point Cioran est hanté par le spectre de ce Nietzsche dont la pensée a pu se laisser détourner, du fait de son antidémocratisme et de son goût immodéré pour la force. Goût que Cioran interprète comme un aveu de faiblesse. Cette discrète autocritique idéologique a lieu après sa renaissance spirituelle et expiatoire dans la peau d’un écrivain d’expression française. Elle découle du besoin de réaffirmer qu’il est revenu d’un nietzschéisme finalement trop naïf et excessif dans sa volonté de cultiver un idéal matérialiste et de reconfigurer toute l’axiologie de la civilisation occidentale.

31Concluons enfin cet article en affirmant que Cioran reste sans doute le cas le plus étonnant, le plus paradoxal et le plus spectaculaire de « post-nietzschéisme ». Ce qui n’est pas rien si l’on songe à quel point cette filiation prolifique ne manque pas de « cas-limites ».

Haut de page

Notes

1. Syllogismes de l’amertume, Paris, Gallimard, 1952, p. 44.
2. Exercices d’admiration, Paris, Gallimard, 1986.
3. Ibid., p. 44-46.
4. Susan Sontag, Sous le signe de Saturne, « Penser contre soi : réflexions sur Cioran », Paris, Seuil, 1985.
5. Syllogismes de l’amertume, Paris, Gallimard, 1952, p. 118.
6. Bruno Cessole, « De l’admiration aux anathèmes », Le Magazine Littéraire n° 327, Paris, décembre 1994, p. 59 s. Il cite et commente la position de Susan Sontag.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Porte, « Cioran et la filiation nietzschéenne », Le Portique [En ligne], Archives des Cahiers de la recherche, Cahier 2 2004, mis en ligne le 15 avril 2005, consulté le 23 juin 2017. URL : http://leportique.revues.org/467

Haut de page

Auteur

Yann Porte

Yann Porte est doctorant. La thèse qu’il mène porte sur l’écriture fragmentaire cioranienne conçue comme dépassement du nihilisme. Il publie ici son premier article. Le jeu des écarts et des correspondances entre les pensées de Nietzsche et de Cioran ne cessent de le requérir.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org