Navigation – Plan du site
Cahier 1 2003
Thèses en cours

Rupture et Altérité.

De l’interruption comme condition éthique
Nicolas Antenat

Résumés

À partir d’une relecture de l’œuvre philosophique de Levinas, l’enjeu de ce travail est de poser, à l’heure de la judiciarisation de celui-ci, les conditions de possibilités du rapport à autrui et du mode de pensée de ce rapport. Cette étude cherchera à montrer de manière critique comment l’éthique, le rapport éthique sourd non seulement de cette rupture qu’introduit autrui, de ce malentendu, de ce retard primordial qui rend le dialogue possible et nécessaire, mais également de cette capacité, pour l’esprit, d’interrompre le cours et le flux du vécu identitaire pour retrouver cette discontinuité du temps, cette diachronie qui permet que la relation à l’autre s’accomplisse plutôt qu’elle ne se domine. Cette interruption (dont les modalités seront déclinées : conceptuelle, artistique, etc.), sans sortir du champ de la philosophie, permet néanmoins de passer de ce que l’on peut appeler une philosophie de la « violence » à une philosophie de la « caresse ».

Haut de page

Texte intégral

1Les objectifs du projet de recherche sont à la fois simples et ambitieux : à partir d’une relecture et d’une ré-interprétation de l’œuvre du philosophe E. Levinas, il s’agit de remonter aux conditions du geste éthique et de fournir une réflexion construite et fondée capable de donner des éléments propres et nouveaux pour penser les problèmes éthiques contemporains.

2Nous sommes, en effet, aujourd’hui sommés de répondre à deux appels sérieux : celui d’autrui qui, toujours, nous interpelle et qui, par cette interpellation, se trouve d’emblée cause du geste éthique, et celui d’une responsabilité sérieuse que nous intime le surgissement de nouveaux problèmes, de nouvelles problématiques, surgissement lié, pour le stigmatiser, à l’écart (l’éthique se joue toujours dans un écart, une distance) entre le progrès des connaissances et des techniques dans de nombreux domaines (médecine, biologie, agronomie, etc.) et la pauvreté des concepts, l’absence de valeurs déterminantes quant à l’application de ces connaissances et techniques. Le relativisme des valeurs, la promotion de valeurs vides et circulaires (la communication, la concurrence, la compétitivité, etc.) ajoutés à la judiciarisation des rapports (suivant le modèle anglo-saxon) exigent une réévaluation des modalités d’être pour autrui. Aujourd’hui, la science et la technologie, les dangers de la dérive judiciaire, contribuent à induire, à des plans aussi diversifiés que ceux de la communication, de l’échange économique, de la sexualité, de la biogénétique, de l’acharnement thérapeutique, etc., une série de styles inédits qui lance un défi aux modèles de la morale classique, aux canons du droit et aux règlements reconnus qui cherchent à gommer ou à enchâsser tout type d’extériorité. Les rapport entre les hommes, dans lesquels la place de l’autre est toujours en jeu, prennent aujourd’hui, devant la multiplication des risques et des informations contradictoires, la voie de la codification, de la réglementation. La confiance et l’engagement pour autrui cèdent la place aux contrats, aux codes de déontologie, aux règlements, aux interdits, aux sanctions, mises en examen, etc. Les interdits, s’ils sont nécessaires dans la pratique, sont de plus en plus rabattus au niveau des codes par une société qui, tout en s’adonnant au culte du spectacle et des délices du narcissisme, prône paradoxalement et de manière caricaturale les notions de bien et de mal. On dresse des clôtures, on érige des garde-fous, qui ont pour effet paradoxal d’entretenir le symptôme, de canaliser la maladie ou le délire, de reconduire les situations de paralysie, d’impuissance ou d’échec. Il est donc nécessaire, à la suite d’autres réflexions engagées, de fournir un travail de réflexion et d’information pouvant consolider et nourrir les différents débats en cours ou émergent dans les Comités d’éthique, qu’ils soient nationaux, régionaux, locaux, publics ou privés, et qui sont le lieu d’une réflexion générale sur des questions située dans les zones grises où la morale commune ne parvient plus à fournir de réponse immédiate et claire. L’enjeu est bien de proposer des expériences, des interrogations, des perspectives ; tracer des pistes pour que d’autres les élargissent et se les approprient. Multiplier les perspectives, apprendre à regarder, à porter son attention et donc à penser autrement, déstabiliser les certitudes immédiates pour vivre plus lucidement les bouleversements que nous traversons et qui nous mettent en demeure d’être à la hauteur de ce qui nous arrive. Tel est, en effet, le sens de la pratique philosophique qui ne complique les problèmes que pour élucider un sens, pour comprendre et ne pas se contenter d’expliquer.

3Cette disposition d’accueil qu’est l’éthique paraît, contrairement à la morale qui impose des lois et des modèles, accuser un écart : celui que nous révèlent à la fois une interrogation sur la qualité de l’action et une détermination du style qui préside à sa réalisation. « Quand nous agissons nous ne sommes jamais seuls », disait Arendt. L’éthique, dont il s’agit bien ici, avant tout, de penser les conditions, se retient de baliser un parcours, de dire ce qu’il faut faire, voire comment il faut le faire. Dans une société qui privilégie sans conteste la priorité des droits (notamment le droit à) sur les devoirs, le bien individuel sur le bien commun, l’éthique intervient comme principe correcteur de la morale, elle n’intervient qu’à l’occasion de conflits qui la sollicitent ou qu’elle provoque elle-même. Or ces conflits et malentendus, ces ruptures sont conditions de notre relation à l’Autre. Dans toutes les disciplines, les champs d’action (philosophiques, médicaux, sociaux, scientifiques, etc.) sont mis en avant comme des limites infranchissables (et non comme des frontières que l’on peut frôler voire dépasser), sans pour autant être déterminées, les notions de respect, de dignité, de responsabilité. Or, il se cache bien derrière ces notions de respect, de dignité, de responsabilité, de soin, un écart, une distance allant parfois jusqu’à l’incompréhension dans laquelle se tient autrui. Cette recherche et réflexion de fond s’appuyant sur une mise en perspective des théories classiques et contemporaine quant à la place et au statut de l’autre, effectuées, il incombe de l’articuler aux problématiques générales et particulières de la pratique où le rapport à l’autre, outre sa complexité propre, est enchâssé dans d’autres rapports prégnants et de déliaison. Aussi, à partir d’expériences et d’observations faites « sur le terrain », il est possible d’établir des ponts, des liens avec les pratiques des domaines médical, sanitaire et social ou encore celui de l’entreprise où, là aussi, l’urgence de la réflexion et de la réorientation se fait sentir. En une époque de relativisme éthique et culturel, voire de scepticisme moral, la conjonction de points de vue différents, tant philosophiques que scientifiques, sociaux, médicaux, etc., apparaît comme une impérieuse nécessité à travers un discours qui ne se veut pas d’abord de science mais de sens.

4Il s’agit donc de mener une réflexion capable de dynamiser, d’alimenter ou de créer des instances plurielles où la parole philosophique rencontre celle du juriste, du psychologue, du sociologue, de l’ethnologue, de l’historien, des soignants et des médecins pour éclairer certaines questions d’éthique qui portent encore sur la nature des relations que nous souhaitons entretenir les uns avec les autres.

5C’est, en effet, à la question : qu’est-ce que l’homme ?, que nous renvoie l’examen de cas-limites comme nous pouvons en rencontrer de manière paradigmatique et urgente dans l’action médicale par exemple. Les bases de l’humanisme tel qu’il est encore pensé aujourd’hui sont insuffisantes, elles doivent être ré-interrogées pour être ré-interprétées et déplacées. Les différentes directions que nous dégagerons pourront dessiner non seulement les retombées pratiques de l’éthique, mais encore les grands axes prioritaires de toute éducation.

6C’est pourquoi ce projet partira d’une relecture interprétative et critique de l’œuvre de Levinas, œuvre dont l’enjeu essentiel est d’affirmer le primat de l’éthique sur l’ontologie, de nous proposer non des lois ou des règles morale mais l’essence du rapport éthique. Or ce rapport éthique est conditionné par un certain nombre de ruptures et d’interruptions qu’il faut dès lors penser et prolonger.

7Ruptures historiques et philosophiques tout d’abord puisque la philosophie de Levinas se présente, en toute révérence, comme contestation des conséquences de la phénoménologie de Husserl considérée (il s’agira de l’examiner dans le détail) comme une philosophie idéaliste qui pousse à l’extrême le primat de l’ego transcendantal. Rupture avec la conceptualité husserlienne (et ce qu’elle implique), la pensée de Levinas, nous le montrerons, procède à une singulière interruption, un suspens ou une époché de la phénoménologie elle-même. Il y a chez Levinas un appel et un rappel, un dégrisement, la volonté de rompre avec une philosophie du savoir sans pour autant négliger l’exigence jamais assez satisfaite de lucidité et de rationalité. Il y a bien dans cette pensée, dans cette phénoménologie de l’imphénoménologisable, une contestation et une rupture de l’idée traditionnelle d’après laquelle le lieu naturel et l’origine même de la philosophie se trouveraient « dans le psychisme humain entendu comme savoir allant jusqu’à la conscience de soi ». Rupture avec une conception réductionniste de l’intelligibilité qui consisterait en l’intégration de l’Autre au Même, c’est-à-dire à la totalité. En effet, dans le domaine théorique du savoir (toujours corrélatif à l’être selon Levinas), n’est intelligible que ce qui se ramène à l’intériorité de la conscience dans le mode privilégié du présent. Husserl semble explicite sur ce point (mais cela demande examen) notamment au § 15 des Méditations cartésiennes : « Cette attitude (la réduction phénoménologique) me fait voir que l’ensemble du monde et tout ce qui est en général n’est pour moi que quelque chose qui « vaut » pour moi, c’est-à-dire n’existe pour moi que comme cogitatum de mes cogitationes variables et liées entre elles dans cette variation même », et au § 41 : « Vouloir saisir l’univers de l’être vrai comme quelque chose qui se trouve en dehors de l’univers de la conscience… est absurde. Ils appartiennent essentiellement l’un à l’autre ». Mais en analysant le psychisme avant qu’il ne se reconnaisse ou ne s’avoue expérience, on peut se demander, avec Levinas, « si le contenu du vécu humain n’est pas à même de rompre avec le formel du purement théorétique : comme si l’épreuve de l’humain dépassait les limites de l’expérience où le savoir déjà thématise ce qu’il égal, comme si les nécessités formelles du logos étaient brisées par le concret d’un contenu psychique exceptionnel, qui se refuse à la synthèse ». À travers la rupture avec Husserl, c’est l’idéal de totalisation qui est visé, totalisation dont l’idéal porte à ne rien laisser au dehors. Interruption donc de la totalité qui témoigne de l’ouverture de la pensée à une dimension de l’esprit qui ne relève pas du savoir, interruption de la totalité qui semble revêtir une double portée : d’abord négative en ce sens qu’elle se présente comme le refus d’une métaphysique qui vise à enfermer dans un système tout élément d’extériorité, puis positive en ce sens qu’elle peut permettre une autre métaphysique définie comme le rapport à l’extériorité. Interruption de la colonisation de l’Autre et redéfinition de l’identité comme aptitude à se séparer de la totalité, à rompre avec une pensée qui pense à sa mesure, irruption du prochain qui demeure rupture dia-chronique, résistance du temps à la synthèse de la simultanéité, interruption donc d’une pensée pensant « à satiété », toujours à son échelle, interruption qui permet de passer d’une pensée de… (philosophie de la violence) à une pensée pour… (philosophie de la caresse). Ainsi la phénoménologie de la vie proposée par Levinas paraît sous-tendue par le projet de faire apparaître « le surgissement du moi », la subjectivité, comme une rupture de la totalité. Il s’agira donc de montrer que cette interruption n’annonce pas le reconstitution d’un autre ordre plus complexe ou plus riche et n’apparaît pas comme un moment nécessaire et transitoire mais bien comme une condition dont l’implication majeur est la possibilité pour l’individu de refuser le concept. L’interruption apparaîtrait comme le mode d’individuation du sujet humain à proprement parler. Le rapport éthique est bien la situation où la totalité se brise.

8Le premier moment de ce travail consistera donc à développer dans l’œuvre de Levinas l’importance de la valeur d’inadéquation, de l’interruption comme dualité dia-chronique non-synthétisable pour reprendre son vocabulaire. Penser, au-delà du phénomène et de l’être, une épiphanie de l’Autre irréductible à toute mesure exige un bouleversement absolu des catégories par lesquelles le moi se connaît. Rencontrer l’Autre, rapport éthique, exige du moi de se laisser totalement dépayser. Dès lors la philosophie ne peut être sauvée que par l’incessant bouleversement de l’isolement absolu de chaque chose. Elle doit se résoudre au geste qui blesse la clôture du même sur lui-même. Le projet levinassien, dont l’analyse devrait nous conduire vers une philosophie « de la caresse », est d’affirmer, comme le dit Ricœur, l’antériorité de l’éthique au train de l’être et de son essence, éthique qui consiste justement à accorder une priorité de l’Autre sur notre crispation à être, sur notre égoïsme ontologique.

9L’enjeu éthique est de parvenir à dessiner, esquisser les limites toujours fluctuantes d’un espace dans lequel autrui puisse troubler, rompre notre quant à soi toujours empreint de raison théorique, de soif identitaire, de Même. Si l’altérité, comme il s’agira de le montrer, se présente souvent comme une entrave à la raison théorique, l’éthique comme optique est une perspective d’intelligibilité qui ne coïncide pas forcément avec la priorité de l’évidence rationnelle sans pour autant sombrer dans l’irrationnel. Ainsi il faut monter que l’éthique peut s’approcher selon différents plans : un plan d’immanence fait justement de ruptures, ruptures avec les conceptions du monde, les systèmes de valeurs, de droits et de devoirs et un plan dans lequel peut se jouer la transcendance, le rapport à l’altérité qui, pour qu’il puisse s’accomplir et non se dominer, requiert un certain nombre d’interruptions (celle de la recherche identitaire, celle des rythmes propres de la conscience…).

10L’éthique, si l’on veut, comme l’a fait Levinas notamment, lui donner un sens premier, sourd de cette interruption qu’introduit autrui, de ce malentendu primordial qui rend le dialogue possible et nécessaire, cet espace sans catégorie. « Il faut que les catégories manquent pour qu’autrui ne soit pas manqué » (Levinas). Savoir s’interrompre, s’effacer pour que l’autre prenne sa place. Interrompre le cours et le flux du vécu, retrouver cette discontinuité du temps, seul mode de la relation à l’autre, que nous enfouissons sous la croûte du « continuum » d’une histoire sans histoire. Il est nécessaire d’user du recours ultime que nous ménage le paradoxe qui dénie et défie l’opinion commune, le confort des évidences, la certitude d’une foi prisonnière des scories du savoir. Rompre, ramer à contre-courant des conditions habituelles, risquer l’aventure de l’autre sans préjuger de l’échec même garanti, telle est la praxis éthique que nous chercherons à faire émerger et que nous étudierons.

11Cette attitude induit des ruptures.

12Rupture avec le monde du concept, prise et emprise, concept entendu comme fixation et durcissement de la pensée. La réduction qu’il opère, tellement pratique lorsque l’on veut régir le rapport à l’autre, vise un « être ensemble » qui repose sur une entente. Né pour éviter les malentendus, il est toujours représentable, communicable, explicable, cumulable, assimilable. Le concept résulte de l’impuissance originaire de la pensée à supporter un monde qui serait, parce qu’humain, devenir contradictoire, informe et informulable, monde où l’autre est toujours autre, toujours en excès sur la pensée qui le vise.

13Rupture avec le dogmatisme de la raison qui menace la distance et le caractère singulier d’autrui et donc de l’action et mise en place d’une philosophie du non qui permet le recul et la prise de conscience du caractère relatif de toutes les interprétations et significations.

14Le « concept » d’interruption nous apparaît central dans l’œuvre de l’auteur. Partout présent, il se décline selon différent modes que nous dégagerons. Rupture qu’introduit bien entendu (c’est un thème rebattu) le visage d’autrui (il fait « brèche »), rupture et interruption de la représentation en général (contre Kant et Hegel). Interruption comme condition du rapport éthique qui induit de part sa nature même une séparation quasi radicale avec la sphère esthétique emprunte de représentation et de désintéressement. L’art est arrêt du temps, le lieu où, selon Levinas, plus rien ne peut advenir, survenir. Rupture nécessaire avec le monde de l’image qui semble interdire toute initiative et nous entraîner dans une dépossession de soi. « Essentiellement dégagé, l’art constitue, dans un monde de l’initiative et de la responsabilité, une dimension d’évasion » (in La Réalité et son Ombre, 1948). Il s’agira donc d’étudier de manière critique la nature et les raisons de cette rupture avec la sphère de l’art exigée par Levinas. « L’élément propre de l’art est l’obscurité, l’art est l’événement même de l’obscurcissement, une tombée de la nuit, un envahissement de l’ombre : le monde à achever est remplacé par l’achèvement essentiel de son ombre » (ibid.). Nous montrerons pourquoi et comment l’art n’est pas à même de nous communiquer l’expérience de l’altérité.

15Interruption du rapport à l’espace donc (image, concept) pour privilégier le rapport au temps (comme condition de l’espace social).

16Interruption du rapport symétrique de la responsabilité sur lequel se fonde la justice pour laisser place, dans le rapport asymétrique, à l’équité telle qu’Aristote la définit déjà dans Éthique à Nicomaque V, 14 : « … (celui) qui a tendance à prendre moins que son dû, bien qu’il ait la loi de son côté, celui-là est un homme équitable ».

17Interruption, défaillance du sujet dans la rencontre du féminin, interruption du saisir et du savoir dans la volupté. Phénoménologie de l’Éros où l’Éros est entendu comme rupture, non plus le théâtre éphémère où s’efface la discontinuité entre les individus mais bien le moment où s’ouvre un abîme vertigineux.

18L’ensemble de ces ruptures, ici évoquées de manière non problématique, nous conduisent non pas à proprement parler hors du champ de la philosophie mais bien à une philosophie de la caresse dont l’enjeu est d’interrompre le dogmatisme de la raison et de laisser place à une « sagesse de l’incertitude », à une éthique capable d’inédit.

19L’éthique est l’expérience de la division qui structure le sujet ; celle qui se passe entre le réel et le langage, entre le savoir et le non-savoir. C’est de l’événement de la relation que vient le sens. L’autre rompt, il est l’irruption d’une signification que ne mesure pas mon désir mais que voudrait pourtant enclore le savoir, la pensée. La relation est la fin, le principe et le médium de l’éthique. L’éthique se fonde et se constitue sur l’épreuve de cette interruption et de ce renversement, en vertu desquels le sujet peut retrouver les repères qu’il cherche, en renonçant à ceux qu’il a jusqu’ici pris pour des références absolues. La condition éthique est celle de tout sujet touché par l’autre qui le fait s’étonner de lui même et en exige la responsabilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Antenat, « Rupture et Altérité. », Le Portique [En ligne], Archives des Cahiers de la recherche, Cahier 1 2003, mis en ligne le 17 mars 2005, consulté le 25 mars 2017. URL : http://leportique.revues.org/378

Haut de page

Auteur

Nicolas Antenat

Nicolas Antenat, professeur de philosophie, travaille, dans une approche phénoménologique, sur les rapports entre éthique et esthétique et s’intéresse à la problématique de l’interruption.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org