Navigation – Plan du site
Cahier 1 2003
Thèses en cours

La menace peut-elle être « morale » ?

Considérations sur la dissuasion et la « guerre froide »
Francesco Rita

Résumés

Peut-on parler d’un cours d’action « moral » lorsqu’on propose une menace ? Pour répondre à cette question il faut tout d’abord définir ce que nous considérons comme « moral ». Il peut s’agir d’un respect absolu des certains principes (déontologisme) ou bien de la production des résultats « souhaitables » (conséquentialisme). Il est bien évident que la menace ne peut être justifiée moralement qu’à la suite d’une analyse axée sur les conséquences de l’action.
Cela établi, nous devons voir si, dans une situation dite « situation spéciale de dissuasion », la proposition de la menace produit des conséquences désirables. Pour cela il faut d’abord éclairer à la suite de quel principe de choix nous pouvons définir une action « rationnelle » dans une situation semblable. Et in fine, parmi les choix à dispositions, laquelle respecte le mieux les contraintes du susdit principe de choix rationnel.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le 11 septembre 2001, le regain d’intérêt qui s’amorçait pour toute une série de sujets qu’on croyait définitivement enterré avec la chute du mur de Berlin s’est accentué. Ces dernières semaines particulièrement, avec le « bras de fer » entre les plus grandes puissances mondiales au sein de l’Onu à l’égard d’une possible deuxième guerre du Golfe 1, on comprend très bien comment ce sentiment de dépassement de l’actualité des sujets stratégiques était injustifié.

2Ces questions stratégiques ont été au cœur d’un débat très important pendant la « guerre froide », quand le risque d’une guerre nucléaire était très fortement perçu et l’affrontement des deux superpuissances était « frontal ». Ce que je me propose de faire ici est de rendre compte des enjeux éthiques de ce débat et d’éclairer tout cela à travers la reconstruction des positions formulées par un philosophe américain : Gregory Kavka.

3Kavka a été parmi ceux qui ont, à la fois, mis en question la moralité de la poursuite d’une politique d’âpre confrontation entre les deux superpuissances, et qui, pourtant, ne trouvaient pas de raisons suffisamment solides pour pouvoir échapper à l’ordre de la « guerre froide ». La conception kavkienne de la force de dissuasion nucléaire est « paradoxale » par l’impossibilité d’accomplir un choix tout en gardant un haut niveau de moralité et tout en restant fidèle à ses propres convictions morales.

4Le contexte particulier de la guerre froide est analysé par Kavka comme faisant partie d’un ensemble de situations qu’il nomme « situations spéciale de dissuasion ». Il s’agit d’un ensemble de situations qui partagent les mêmes caractéristiques. Du moment où on définit un cadre dont on connaît les éléments moralement relevants, de possibles impressions insignifiantes risqueront moins de parasiter cette même analyse. Une situation spéciale de dissuasion, en particulier, nucléaire se vérifie lorsqu’il y a intention claire d’un acteur « A » d’attaquer un acteur « B » et que celui-ci, dès lors, est prêt à répondre à une telle attaque éventuelle pour tenter de l’en dissuader. Mais cette réponse, en forme de représailles, ne pourrait pas ne pas se résoudre en une action ouvertement immorale. Immorale car ne respectant pas les deux principes fondamentaux de la « théorie de la guerre juste 2 » : d’une part le « principe de proportionnalité », qui impose de déployer exclusivement les instruments de guerre requis par les objectifs militaires à atteindre (or, l’emploi massif des armes nucléaires ne peut être proportionnel à aucun objectif éventuel) ; et d’autre part le « principe de discrimination » qui impose, dans une opération de guerre, de distinguer entre combattants et non-combattants (or, une attaque nucléaire massive aurait des retombées sur l’ensemble des citoyens, même sur les générations futures 3).

5Les choix et les intentions des agents qui se trouvent dans une semblable situation, génèrent, selon Kavka, une série de paradoxes. Ces paradoxes se présentent parce que le sujet qui doit accomplir ces choix se trouverait dans l’impossibilité d’agir en respectant tous les principes moraux qu’il se sentirait en devoir d’observer dans une situation « normale ». Kavka parle de « principes au sens commun » afin de souligner que ces principes moraux, dont la validité est mise en discussion dans le cadre d’une « situation spéciale de dissuasion », continuent à bien avoir leur force dans un contexte différent.

6Le premier paradoxe met, en effet, en discussion un principe qui peut être défini comme le « principe des intentions injustes ». Principe selon lequel il est mal non seulement d’accomplir des actions immorales, mais même d’avoir l’intention de tels actes. Il s’agit manifestement d’une règle de conduite généralement considérée valable dans les relations interindividuelles 4, cependant Kavka soutient que, dans certaines situations spéciales de dissuasion, le fait d’avoir l’intention d’accomplir des actes malfaisants peut ne pas être considéré comme forcément injuste. Il peut se trouver, en effet, des raisons pour soutenir qu’un sujet de mauvais caractère n’est pas, ipso facto, moralement condamnable. Apparaît ici une distinction entre l’agent et l’action. Autrement dit, entre une analyse « déontologique » centrée sur le caractère moral, donc sur l’agent, et une analyse « conséquentialiste » centrée sur la qualité et la nature des résultats, donc sur l’action.

7Ces deux formes de critère de jugement moral sont très importantes. Il s’agit d’établir ce que nous entendons quand nous qualifions une action comme « morale ». Les mots « déontologique » et « conséquentialiste » que je viens d’utiliser définissent deux différentes formes de moralité. La première considère « juste » une action axée sur la cohérence à un code de principes moraux : une moralité normative déontologique considère les devoirs moraux comme un respect absolu de certain principes. Les « conséquentialistes », en revanche, jugent « juste » une action qui produit les meilleurs résultats possibles.

8Il est bien évident que la production de conséquences souhaitées, en l’occurrence, peut être mieux poursuivie par le biais d’un manque de respect de certains principes de notre code moral. C’est pourquoi nous avons parlé de distinction entre « action » et « agent », une moralité déontologique donne, en fait, la priorité au « standard » moral de l’agent qui accomplit certains choix ; alors qu’une moralité conséquentialiste serait axée sur la production de bonnes conséquences. Ce qui compte est l’accomplissement de certaines actions, même indépendamment des qualités morales propres de l’acteur.

9La discussion kavkienne s’occupe justement de certains principes qui satisfont les exigences d’une moralité déontologique, mais qui pourraient ne pas être la voie la meilleure pour éviter le risque de guerre. Compte tenu du fait que à la fois les motivations déontologiques et conséquentialistes font partie du sens moral des citoyens des sociétés développées, et que les risques liés aux armes nucléaires sont très élevés, nous comprendrons facilement l’impasse dans laquelle on risque de se trouver au cas où nos principes moraux cessent de représenter des guides rationnels pour notre action. Kavka appelle bridge principles (« principes passerelle ») les principes moraux en discussion, parce qu’ils lient entre elles la moralité de l’agent et celle de l’action. Mais ces principes sont opposés : pourquoi l’exigence d’un haut niveau de moralité ne permettrait-elle pas de réduire la probabilité de faire le mal, et donc ne permettrait-elle pas d’être en accord avec les exigences d’une moralité centrée sur l’action ? En d’autre termes, pourquoi le fait d’être un agent « juste » ne permettrait-il pas de faire une action « juste » ?

10Répondre à cette question nous mène au second paradoxe dont parle Kavka. Il concerne le « principe du bien et du juste ». Kavka soutient qu’il n’est pas forcément vrai qu’être de bons sujets conduise nécessairement à l’accomplissement d’actions moralement justes. Il n’y a pas de coïncidence ni entre les actions justes et les intentions justes, (premier paradoxe : « principe des intentions injustes »), ni entre un sujet bon et une action juste (second paradoxe : « principe du bien et du juste »).

11Enfin, que doit faire un sujet qui aurait la responsabilité de la gestion d’un arsenal nucléaire ? Nous avons vu brièvement que le respect des « principes moraux au sens commun », pourrait représenter un problème en tant qu’il ne constituerait pas la voie la plus sûre pour réduire le risque de provoquer un désastre, c’est-à-dire de produire une guerre mondiale nucléaire. Cela veut dire que la conformité à un standard moral élevé pourrait représenter un problème parce que, si la menace d’accomplir une action immorale, comme des représailles, avait la capacité de dissuader l’ennemi d’attaquer, alors une telle intention affreuse devrait être le fait d’un agent juste. Or, l’intention de se livrer à une action mauvaise ne peut pas émaner d’un sujet ayant un sens moral élevé. S’il en était ainsi, et dans le cas où l’enjeu serait très important et où ne pas faire l’action que la « morale commune » réprouve causerait des dommages incalculables, alors l’intérêt porté au caractère moral du sujet devrait laisser place à une forme de priorité « utilitariste ». On utilise le mot « utilitariste » de façon générique sans entrer dans la polémique des différentes « éthiques utilitaristes », dans ce cas-ci on veut simplement souligner que, dans le cas où les conséquences d’une action ont une portée « extrêmement élevée », la considération des conséquences dépasse en priorité celle de l’exigence d’intégrité du sujet.

12S’il est vrai (comme on le croit habituellement) que la « morale au sens commun » est un mélange de motivations déontologiques et de motivations conséquentialistes, dans le cas où un choix concerne des risques d’une portée négative fort élevée, les considérations relatives aux conséquences de l’action doivent dépasser celles concernant le respect de son intégrité morale 5. Or, dans le champ de la force de dissuasion nucléaire le risque encouru est celui de la guerre nucléaire. Il est bien évident que cet événement recèle une quantité d’utilité négative de l’ordre du désastre.

13Pour ce motif, bien que Kavka ne puisse être considéré comme un « utilitariste de l’acte » (c’est-à-dire un théoricien qui s’engage à montrer le manque de fondement de n’importe quel principe moral devant la production de la plus grande quantité d’utilités possible rapportée à chaque acte 6), dans le cas de la dissuasion nucléaire, il soutient la priorité des considérations concernant l’action par rapport aux considérations concernant l’acteur. Nous sommes ainsi devant le troisième paradoxe. Devant le risque de guerre nucléaire ceux qui ont le pouvoir décisionnel doivent être prêts à envisager la réduction de leur propre niveau de moralité et se préparer à accomplir une action injuste ( c’est le troisième paradoxe ou en opposition avec le « principe de la conservation de la vertu »).

14Nous avons donc vu jusqu’ici que dans le cas de la force de dissuasion nucléaire, c’est-à-dire dans un contexte dans lequel on court le risque de produire un désastre pour l’humanité, on doit être prêt à abandonner ou à corrompre son propre sens moral si l’acceptation d’intentions injustes peut réellement réduire le risque de l’avènement d’un désastre. Pourquoi Kavka soutient-il cela ? Pourquoi Kavka soutient-il que le non-respect de certains des principes moraux communément admis puisse être un bon moyen pour éviter l’apparition d’un état de choses désastreux ?

15Imaginons une situation de dissuasion dans laquelle sont impliquées les armes nucléaires. Nous parlons ici d’une réalité telle qu’elle s’est présentée pendant la période historique dite de la « guerre froide ». De fait, la situation serait celle de deux protagonistes qui se menacent réciproquement. Chacun des deux perçoit la rivalité de l’autre ainsi que le fait qu’il est prêt à déclencher une attaque nucléaire.

16Dans ces circonstances il y a deux options. Soit maintenir son propre standard moral et refuser de menacer l’autre de représailles. Soit, se résoudre à présenter une telle menace. Dire que « les considérations relative à l’action doivent être prioritaires par rapport à celles qui concernent l’acteur », signifie soutenir que l’option de la menace réduit le risque de voir l’ennemi déclencher le premier l’attaque et, donc, qu’on ait besoin des représailles et, in fine, qu’on en arrive à la guerre totale. Kavka parvient à cette conclusion en suivant un raisonnement de «choix rationnel » : le fait qu’on menace de riposter au cas où on subirait une attaque, modifie la perception de la réalité de l’ennemi. Le calcul des coûts et des avantages à la base de ces choix est remis en cause par l’éventualité de subir des représailles.

17Ainsi une attaque de l’ennemi serait, pour celui-ci, plus rationnelle s’il était assuré de n’avoir aucune contre-attaque en retour. En revanche, du moment qu’il y a menace de représailles, les coûts initiaux de son calcul s’en trouvent augmentés jusqu’à annuler les bénéfices escomptés. Ainsi donc, la menace de représailles aurait dissuadé l’ennemi d’attaquer. Pour ce motif, Kavka soutient que la menace de riposte est un comportement utilitaristement justifié. Que son adoption réduit le risque de guerre et que doit être, par conséquent, considéré comme juste le procédé visant à corrompre le caractère moral de l’agent décideur.

18Reste à préciser dans ce discours la notion d’intention. Nous avons déjà dit que ce dont on a besoin c’est de communiquer, de faire savoir sa menace à répondre dans le cas où on serait menacé d’être attaqué. Pourrait alors se présenter un cas qui permettrait de ne pas tomber dans les rets du paradoxe dont parle Kavka, c’est-à-dire qui permettrait de ne pas se retrouver dans ce qu’on appelle « un cul-de-sac moral 7 », un choix fondé sur des principes dont la validité ne saurait être mise en discussion. Ce cas, c’est celui dans lequel la pure et simple exposition de la menace serait suffisante à dissuader l’ennemi d’attaquer 8. Ce cas-là représenterait la rationalité d’une action qui n’implique aucune corruption morale, ni aucune contradiction avec des principes moraux dont on ne met pas en discussion leur validité générale 9.

19Mais on peut supposer qu’un sujet révèle sa menace de riposte en cas d’attaque, avec pour objectif de réduire la probabilité de guerre, sachant en son for intérieur, qu’il ne ferait jamais aucune action si déplorable 10. Kavka réfute la rationalité d’un tel déroulement des faits. Notamment parce que l’enjeu est tellement immense qu’une politique de bluff ne donne guère de garanties d’efficacité suffisante d’élimination du risque de guerre.

20Il n’est pas improbable que l’ennemi ait envie de mettre à l’épreuve les intentions exprimées par l’adversaire d’accomplir un tel acte irrationnel. Qui bluffe s’expose au risque d’être découvert, ne serait-ce que parce que la logique de la politique, dans un tel cas, c’est celle de démasquer des bluffs éventuels. De toute façon le problème ne réside pas seulement dans la difficulté de dissimuler une intention réelle. Nous admettons que pour convaincre l’ennemi de sa propre détermination, un sujet arrive à accomplir des actions partiellement immorales, tout en voulant vraiment maintenir intact son degré de moralité. On peut mettre en discussion la faisabilité même d’un tel cours d’actions. Du moment qu’un sujet, même avec la seule « intention conditionnelle » à dissimuler ses propres intentions réelles 11, commence à accomplir des actions partiellement immorales, il ne pourrait pas éviter de réduire sa propre capacité, sa propre exigence de considérer comme absolus certains de ses principes moraux. Ce faisant, il se préparerait à ne plus avoir d’opposition morale à des actions immorales. Il se trouverait alors déjà bien dans le paradoxe. En faisant des actions immorales, il réduirait sa propre réticence à continuer à les faire, il serait dès lors sur la voie de sa propre corruption morale, le « principe de conservation de la vertu » serait donc déjà non observé et, en poursuivant dans cette voie, il arriverait aussi à réduire à court terme son propre standard moral, en opposition avec le « principe du bon et du juste », et puis à envisager de véritables intentions immorales pour atteindre des objectifs justes, en mettant en cause le « principe des intentions injustes ».

21C’est là un motif de plus pour considérer comme irréaliste et non fiable un cours d’actions axé sur la pure menace, celui qui en fait le choix se dupant lui-même en croyant pouvoir garder intact ses intentions profondes. Une situation spéciale de dissuasion est donc un cas dans lequel se présente un conflit entre différents principes moraux. Mais qu’entendons-nous par « donner la priorité aux considérations conséquentialistes » ? Kavka a soutenu, bien sûr, que la communication de la menace est à même de réduire la probabilité de créer une situation désastreuse. Mais comment pouvons-nous être absolument certains que ce soit la réalité ?

22Dans un essai intitulé Deterrence, Utility and Rational Choice 12 Kavka discute le problème de la force de dissuasion nucléaire sous le seul angle conséquentialiste, en analysant le problème du choix entre le désarmement unilatéral et la poursuite de la politique de menace de rétorsion, à la lumière d’une série de principes de « choix rationnel ». Ce sont des principes qui doivent établir la rationalité d’un choix tout en tenant en compte les conditions dans lesquelles le choix est accompli. Or, dans le cas où, à travers cette analyse de « théorie du choix », le désarmement unilatéral s’avère plus rationnel, alors on pourrait dire qu’il n’est pas vrai que la proposition de la menace de représailles réduise le risque de désastre et nous aurions démonté les éléments paradoxaux de la force de dissuasion nucléaire (c’était justement l’opposition entre différents principes moraux à conférer une charge paradoxale à un cours d’actions axé sur la menace : si mettre en avant la menace est une cause efficiente pour éviter la guerre, alors le principe moral qui méconnaît la légitimité de la menace ne serait pas respecté et naîtrait le paradoxe. Pourtant, si la politique de désarmement unilatéral est rationnelle à la lumière de l’analyse de « choix rationnel », alors la menace ne serait plus le cours d’actions le plus efficient pour réduire le risque de guerre et il n’y aurait aucune opposition entre les différents principes et, par suite, aucun paradoxe).

23Kavka propose une analyse de l’alternative : désarmer ou continuer la politique de menace dans un contexte de situation spéciale de dissuasion. Il prend en compte deux principes appelés « principe de l’utilité attendue » et « maximin » (principe du maximum minimorum). Il refuse le premier parce qu’il demande la possibilité d’un calcul d’ensemble de la grandeur de l’utilité produite par chaque acte particulier et de la probabilité avec laquelle les options à notre disposition mènent aux résultats espérés. Or, dans une situation spéciale de dissuasion on n’aurait pas assez d’éléments pour pouvoir donner une connotation scientifique à un calcul semblable et on serait, par conséquent, à la botte des impressions individuelles.

24Pour ce qui concerne le maximin, un principe de choix qui considère rationnel l’action qui a le meilleur des pires aboutissements, Kavka soutient qu’il ne s’agit pas d’un principe rationnel dans le cas de la dissuasion nucléaire parce qu’il ne prend aucunement en compte la probabilité avec laquelle les événements s’avèrent et repose sur la seule portée des événements négatifs 13.

25Pour toutes ces raisons, Kavka propose un nouveau principe de choix rationnel. Un principe qui ne demande pas l’exactitude des calculs nécessaires à une correcte application du « principe de l’utilité attendue », et un principe qui soit lié plus à la probabilité que les événements se vérifient qu’à leur portée. Dans un contexte de dissuasion nucléaire la portée des événements négatifs n’a que peu d’importance par rapport à la probabilité de leur réalisation parce que, dans tous les cas, l’événement négatif consiste en l’emploi des armes nucléaires. La potentialité destructrice de ces engins est telle que plutôt que de se concentrer sur la prévention de tel ou tel événement négatif, il est rationnel de viser à éviter tous les cas qui impliqueraient l’usage des engins nucléaires. Pour Kavka il est donc rationnel de choisir le cours d’actions qui réduit la probabilité de réalisation du pire aboutissement plutôt que le cours d’actions qui aurait le « meilleur des pires résultats ». Ceci est justement la définition du « principe de l’annulation du désastre » que Kavka propose comme guide rationnel dans une situation spéciale de dissuasion.

26Une fois établi le principe de choix qu’il est rationnel de suivre dans la réalité de la guerre froide, il ne reste qu’à voir quelle politique de gestion des arsenaux nucléaires peuvent en respecter le mieux les contraintes. Durant la guerre froide, les politique alternatives à la menace étaient : le désarmement unilatéral, l’institution d’un gouvernement mondial et le déploiement d’une défense stratégique. Kavka ne voit pas de raisons suffisantes pour abandonner l’ordre dérivant des menaces croisées entre les deux superpuissances. N’importe quelle autre forme de relations, si mise en œuvre dans le contexte de manque absolu de confiance qui caractérisait alors les relations internationales, aurait fini par augmenter le risque d’une guerre nucléaire plutôt que le réduire.

27C’est pourquoi Kavka considérait moral et rationnel le maintien du statu quo, au moins à courte échéance. Mais son refus des alternatives politiques à la dissuasion provenait du fait qu’elles ne produisaient pas de conditions définitives satisfaisantes. Il continuait en effet à soutenir la nécessité d’un ordre mondial qui ne fût pas constamment au bord de la guerre nucléaire. Le fait de croire que les politiques envisagées à court terme fussent moins satisfaisantes que le statu quo ne signifiait pas qu’il fallait s’abstenir de rechercher un ordre plus rationnel. Le vrai problème de toutes les alternatives politiques à la dissuasion nucléaire était qu’entre les deux superpuissances, il n’existait pas une autre possibilité d’équilibre que l’équilibre précaire découlant des menaces croisées appelé communément « équilibre de la terreur ». Il aurait fallu reconstruire les relations entre les deux superpuissances de manière à modifier positivement la perception de l’une par rapport à l’autre, relativement à la confiance et au respect mutuels. Cela demandait l’acceptation d’un long processus d’accords et de contrôles mutuels, ces choix auraient inauguré une nouvelle forme de relation qui aurait pu constituer la base, à plus ou moins long terme, d’une politique de désarmement nucléaire généralisé 14.

28Un peu ce qui semblait s’amorcer avec l’« ère Gorbatchev » où même la perception entre les deux superpuissances avait changé en faveur d’une position collaborative. Mais l’URSS n’a pas résisté trop longtemps à la nouvelle ère de « transparence ». C’est peut-être dommage. On pourrait se demander si le but d’une réduction substantielle des arsenaux nucléaires des deux superpuissances n’aurait pas atteint un niveau bien plus élevé que celui qu’on a pu atteindre. Tout cela avec plus d’avantages et par rapport au nombre d’armes nucléaires présentes dans le monde, et aussi vis-à-vis de la maîtrise des arsenaux ex-soviétiques, aujourd’hui apparemment hors de contrôle.

29Ce n’est pas mon intention de m’occuper d’autres choses que de la reconstruction de la position kavkienne dans le débat sur la force de dissuasion nucléaire. Néanmoins, ce n’est pas difficile de voir que cette interprétation paradoxale de la moralité de la menace peut s’appliquer à d’autres événements que celui qui a déclenché ce débat.

30Ce n’est pas la place pour s’occuper de ces événements et pourtant, en guise de conclusion, je voudrais retourner pour un instant à la possibilité que la menace puisse être « morale ». On a déjà dit que dans les cas où l’on peut produire des résultats désastreux, on a des raisons suffisantes pour proposer une menace. À savoir que dans une situation où nous visons à dissuader quelqu’un d’une action non souhaitée, il peut y avoir des raisons valides pour menacer du recours à la force. Mais au moment où on forme l’intention de riposter, on entre aussi dans un processus d’auto-corruption qui nous conduira à réduire notre propre capacité de distinguer le bien du mal. Il est bien évident que, bien qu’on ait des raisons pour menacer de représailles avec le seul but d’éviter la guerre, ce même processus de corruption nous amènera aussi à perdre la capacité de voir la guerre comme une chose fort négative et donc, lorsque nous acceptons le mal mineur (la menace) pour obtenir le bien majeur (la paix), nous sommes, en même temps, en train de nous rapprocher du mal majeur (la guerre).

31Voilà le paradoxe dont parle Kavka. S’il est juste de proposer la menace, afin d’éviter le conflit, cette même proposition nous rend moins capables de résister à la guerre : comme quelqu’un qui déploie son armée tout en visant à dissuader l’ennemi de l’attaquer et, in fine, c’est lui-même qui décide de déclencher la première attaque !

Haut de page

Notes

1. Au moment où j’écris on ne connaît pas le résultat de la confrontation au sein de l’ONU.
2. Pour une analyse des théories de la « guerre juste » : J. B. Elshtain (ed.), Just War Theory, Oxford, Basil Blackwell, 1992 ; R. L. Holmes, On War and Morality, Princeton, Princeton University Press, 1989 ; J. T. Johnson, Just War Tradition and the Restraint of War, Princeton University Press, Princeton 1981 ; J. T. Johnson, Can Modern War Be Just ?, New Haven, Yale University Press, 1984 ; M. Walzer, Just and Unjust Wars, New York, Basic Books, 1992 ; N. Bobbio, « Il conflitto termonucleare e le tradizionali giustificazioni della guerra », Il terzo assente, Torino, Ed. Sonda, 1989.
3. On ne suit pas ici le débat entre MAD (Mutual Assured Distruction : Destruction Massive Assurée) et NUTS (Nuclear Utilisation Target Selection : Utilisation ciblée des armes nucléaires) – notez que le deux mots anglais (« mad » et « nut ») signifient « fou », cela donne bien la mesure de la folie de la même possibilité d’une utilisation de l’arsenal nucléaire – c’est-à-dire du débat autour d’une utilisation massive ou limitée des arsenaux nucléaires. Néanmoins, dans les scénarios envisagés par l’Organisation Mondiale de la Santé, on ne peut pas avoir de guerre nucléaire, même limitée sans qu’un nombre très élevé de civils soient touchés. Pour ces débats voir P. A. Woodward, « The “game” of nuclear strategy : Kavka on strategic defence », Ethics n° 99, 1989 ; G. Kavka, « Sweethearth of SDI : A response to Woodward », Ethics n° 99, 1989 ; C. M. Santoro, « Il sistema di guerra. Teoria e strategia del bipolarismo », Il Mulino n° 294, luglio-agosto 1984, p. 622-659 ; A. Cassese, Violenza e diritto nell’era nucleare, Bari, Laterza, 1986, surtout le chapitre 3.
4. G. Kavka, Moral Paradoxes…, op. cit., p. 19 et suivantes.
5. Dans un cas de ce genre-ci Kavka parle de « priorité utilitariste », c’est-à-dire de la priorité à donner aux considérations utilitaristes vis-à-vis des considérations déontologiques : G. Kavka, Moral Paradoxes…, op. cit., p. 18.
6. Pour une discussion sur l’importance à donner aux considérations utilitaristes dans le cadre de la dissuasion nucléaire : G. Kavka, Moral paradoxes…, op. cit., p. 18 et suivantes. Pour une confrontation entre positions déontologiques et différentes positions utilitaristes sur la guerre : Th. Nagel, « War and Massacre » ; R. B. Brand, « Utilitarianism and the rules of war » ; R. M. Hare, « Rules of war and moral thinking », tous publiés dans Philosophy and Public Affairs, n° 1, Winter 1972. Pour une discussion plus générale sur l’éthique utilitariste : J. J. C. Smart, B. A. O. Williams, Utilitarianism : for and against, Cambridge, Cambridge University Press, 1973.
7. Selon l’expression formulée par Thomas Nagel dans War and massacre (œuvre citée), notamment à partir de page 143, à savoir une situation dans laquelle un sujet aurait du mal à accomplir son choix parce que, quoiqu’il choisisse de faire, il ne pourrait pas se passer de violer un ou plusieurs principes moraux dont il ne met pas en discussion la validité générale.
8. David Hœkema, « The moral status of nuclear deterrent threats », Social Philosophy and Policy, autumn 1985, p. 93-117. Il critique le manque de confiance de Kavka pour une politique de seul bluff. Mais il est facile de voir comment son raisonnement pour mettre en discussion la positionne kavkienne tombe tout droit dans les rets des « paradoxes kavkiens ».
9. Si l’on exclu le fait de faire croire une chose non vraie. Cf. J. Mc Mahan, « Deterrence and deontology », Ethics n° 95, April 1985, p. 517-536.
10. Il y a plusieurs observateurs, d’école déontologique, à soutenir une telle position. Pour un exemple G. Dworkin, « Nuclear Intentions », Ethics n° 95, April 1985, p. 445-460 ; A. Kenny, The Logic of Deterrence, University of Chicago Press, 1985 ; J. Mc Mahan, Deterrence and deontology, op. cit. ; D. Lackey, « Immoral risks : a deontological critique to nuclear deterrence », Social Philosophy and Policy n° 3, Autumn 1985, p. 154-175.
11. C’est-à-dire une intention à accomplir une action qui n’est pas motivée par la volonté de l’acteur à faire cette action mais par les conséquences que la formation de cette intention produirait dans le contexte où l’acteur se trouve.
12. G. Kavka, « Deterrence, Utility and rational choice », Theory and Decision n° 12, Mars 1980, p. 44-60.
13. D’autres analystes ont exprimé des doutes sur la rationalité du maximin comme principe de choix rationnel : cf. S. Hargreaves Heap, M. Hollis, B. Lyons, R. Sudgen et A. Weale, The Theory of Choice. A Critical Guide, Cambridge, Massachusetts, Blackwell Publisher, 1992.
14. Pour l’importance de la « perception » en l’absence de la figure du « tiers » en politique et notamment dans les relations internationales : N. Bobbio, Il terzo assente, op. cit., p. 31-69 ; N. Bobbio, « Democrazia e sistema internazionale », Il futuro della democrazia, Torino, Einaudi,1984 e Il terzo assente, op. cit.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesco Rita, « La menace peut-elle être « morale » ? », Le Portique [En ligne], Archives des Cahiers de la recherche, Cahier 1 2003, mis en ligne le 17 mars 2005, consulté le 29 avril 2017. URL : http://leportique.revues.org/372

Haut de page

Auteur

Francesco Rita

Diplômé à l’Université « La Sapienza » de Rome avec un mémoire portant sur l’éthique de la dissuasion nucléaire. Actuellement inscrit en doctorat de philosophie à l’Université de Metz, je travaille à un discours éthique sur les relations internationales. Le titre de ma thèse étant : De la dissuasion à la globalisation : une analyse morale des relations internationales.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org