Navigation – Plan du site
Cahier 1 2003
Thèses en cours

L’engagement :

une valeur emblématique chez Camus et Mounier
Thierry Min

Résumés

Des politiques, des philosophes, des sociologues parlent d’une crise de l’engagement à long terme et des valeurs en France. Pourtant, au xxe siècle, deux hommes contemporains, Albert Camus et Emmanuel Mounier se sont engagés en paroles et en actes. Il ne s’agissait pas d’une simple réaction temporaire, mais bien d’une culture de l’engagement s’appuyant sur une éthique véritable et un respect de la personne humaine. Aussi envisageons-nous une étude comparée, sous la direction du professeur Yves Ledure, de la pensée des deux hommes sur une période de vingt-cinq années déterminées (1932-1957). Cette recherche nous offrira sans doute une meilleure compréhension de la société actuelle et elle s’intitulera vraisemblablement : « Albert Camus et d’Emmanuel Mounier : vers une éthique de l’engagement ? »

Haut de page

Texte intégral

1Le thème de l’engagement revient régulièrement dans la bouche de nos contemporains qui exprime la carence dont notre société semble être la victime. Nous pouvons citer un exemple relativement récent et significatif. Le ministre de l’Éducation nationale, Luc Ferry, en a fait l’un de ses leitmotive. Comment le prendre en compte ? Or, l’engagement demande disponibilité et durée, dans le sens de fidélité et de développement pour se mettre en place. Mais cela n’est pas le plus difficile. Le président de l’association des Amis d’Emmanuel Mounier, depuis 1998, Guy Coq, constate que nous avons largement perdu la culture de l’engagement. « Il ne suffit pas de rabâcher aux gens : engagez-vous. Il s’agit d’une culture, c’est-à-dire d’initier un travail sur soi-même. » En effet, de simples injonctions et du moralisme ne suffiront pas. Prenons l’exemple du politique. Celui-ci est atteint de plein fouet par le scepticisme et il n’est pas sûr que nombre de nos contemporains ne le réduisent pas à la morale.

2L’engagement, c’est l’action d’engager quelqu’un, de l’embaucher et il est souvent associé à un accord écrit ou verbal qui l’atteste. C’est aussi le fait de prendre parti et d’intervenir publiquement sur les problèmes sociaux, politiques de son époque. L’engagement est associé à la dimension du « respect », de « l’honneur ». Suite à cette définition, comment ne pas prêter attention aux sujets retenus dans deux publications récentes concernant deux auteurs du xxe siècle, Albert Camus et Emmanuel Mounier.

3À l’occasion de manifestations organisées à Grenoble en mars 2002 pour les soixante-dix ans de la revue Esprit, deux cents jeunes ont travaillé sous l’impulsion de leurs enseignants en philosophie sur ce thème de l’Engagement.

4Enfin, la publication à l’automne dernier d’un cahier Albert Camus, qui avait été violemment qualifié de « philosophe pour classes terminales » par Jean-Jacques Brochier, concerne les années Combat. C’est la voix passionnée d’un homme face à l’histoire, épris de justice, obstinément soucieux d’introduire la morale en politique et d’exiger le respect de la dignité humaine qui résonne avec acuité dans la conscience contemporaine.


Se laisser interpeller par l’événement

5L’œuvre d’Emmanuel Mounier comme celle de Camus sont de celles que l’on gagne à revisiter ou tout simplement à visiter. En effet, comme l’affirme François Chirpaz par exemple, Mounier n’était pas un penseur systématique et de ce fait, son œuvre ne se démarque pas dans l’histoire de la Pensée par l’invention d’un système, mais bien par la première place laissée à la personne. Son souci de cette dernière, thème central de sa recherche, lui confère une actualité incontestable. Sa préoccupation de comprendre son temps l’a conduit à s’interroger sur les ressorts de l’humanité et nous savons tous que le xxe siècle a été celui de bien des conquêtes dans l’espace le plus lointain (pensons au premier pas sur la lune), le plus petit (la mécanique quantique), le plus fragile (la recherche génétique). Or, il ne s’agit pas de confondre la morale comme une ligne continue qu’il est interdit de franchir et qui délimite un espace particulier, mais plutôt comme le chemin le plus « droit », entendez comment accomplir avec droiture, dignité et respect ce qu’il faut faire.

6En fait, Mounier se laisse interpeller par l’événement, entendez ce qui secoue la vie individuelle ou collective et nous conduit à jouer de notre liberté et de notre jugement.

7Aller au devant de l’événement n’est pas ce qui motive Mounier, mais un événement ne peut pas laisser indifférent. Il s’agit alors de réagir et la réaction se confond avec l’action. Celle-ci ne consiste pas à poser des gestes irréfléchis mais à prendre conscience de ce que l’on fait et pourquoi on le fait. Ainsi, nous pouvons penser par exemple à l’opposition au fascisme et au franquisme ou encore l’attention précoce aux problèmes coloniaux. En ce qui concerne ce dernier point, Esprit publie en 1933-34 des reportages d’André Viollis sur l’Indochine.

8Camus et Mounier ne se connaissaient pas directement. Néanmoins, Mounier s’intéressera très tôt à Camus comme en témoigne l’extrait de sa correspondance à Jacques Lefrancq le 21 novembre 1943 : “Il vient de paraître un gros Sartre, L’Être et le Néant, que l’on dit un événement comparable aux grands Bergson. Je l’attends. Feuilleté, tout ce que je peux dire c’est que les titres de chapitres sont de ceux que nous aimerions mettre à ce que nous pensons. Deux plus petites choses auxquelles il faut peut-être attacher une importance de signe de la montée d’un univers complet, fermé de l’athéisme, avec sa mystique aussi bien qu’avec ses bureaux : deux sortes de méditations religieuses athées : L’expérience intérieure de Georges Bataille (qui était assez lié avec notre phénoménologie avant guerre), et d’un jeune malade, en sana, Camus, une sorte de réflexion sur l’absurde. » 1

9Cette réflexion dont il est question est : Le Mythe de Sisyphe et Mounier comme ses collaborateurs à Esprit suivront avec attention le développement de la pensée camusienne.


À la source de l’engagement…

10L’objet de notre étude n’a pas pour but de rechercher en premier lieu si Camus et Mounier sont semblables. Certes, nous pouvons évoquer succinctement quelques passerelles biographiques. Tous deux sont originaires de milieu modeste et Mounier revendiquera son lien à la terre alors que Camus souffrira du déracinement. Tous deux seront heurtés par la misère et la dénonceront avec force : pensons au reportage de Camus sur la misère en Kabylie par exemple. Tous deux seront confrontés à la maladie, la leur ou celle de leurs proches comme Mounier à celle de sa fille... Tous deux s’engageront dans la Résistance... En fait, tous les deux se confronteront aux mêmes événements mondiaux par leurs actions et par leurs œuvres. Camus d’ailleurs s’enracine dans un courant de pensée agnostique alors que Mounier n’a jamais caché sa foi chrétienne. D’ailleurs, la foi suscite l’adhésion, et conduit à l’engagement.

11« Bien que je sache peu sur ces choses, j’ai l’impression que la foi est moins une paix qu’une espérance tragique », confie Camus dans Actuelles I, et rejoint l’acte, le saut de la foi de la Peste : « Il faut tout croire ou tout nier ». Cette conclusion apparaît après que Rieux a confessé sa « non-foi » : dans une discussion avec Tarrou, Rieux affirme : « Non, je suis dans la nuit et j’essaie d’y voir clair [...] ». De plus, « s’il croyait en un Dieu tout-puissant, il cesserait de guérir les hommes, lui laissant alors ce soin » et comment ne pas rapprocher cette réponse du médecin de ces mots de Marguerite Yourcenar dans L’Œuvre au noir : « Pendant combien de nuits, j’ai repoussé l’idée que Dieu n’est au-dessus de nous qu’un tyran et un monarque incapable et que l’athée qui le nie est la seule personne qui ne blasphème pas ». Nous retrouvons ici le thème de l’engagement, thèse chère à Camus. Il faut choisir entre le relatif et l’absolu. Camus opte pour le second car il n’y a pas de demi-mesure.

12Il est bon de se souvenir à présent du travail de Camus sur Plotin et Saint Augustin. En effet, son mémoire pour son diplôme d’études supérieures s’intitule : Métaphysique chrétienne et néoplatonisme (1936). À cette occasion, il étudie les Évangiles d’un manière rigoureuse et se plonge dans les écrits de ce grand maître de l’Afrique du Nord. Dans l’édition de La Pléiade, René Quilliot termine ainsi son commentaire sur le mémoire de Camus : « [...] le diplôme s’achève sur un double mouvement : sympathie pour le Christianisme, considéré comme un refus de la paresse du cœur et de la sévérité socratique, comme une sorte d’héroïsme spirituel et d’exaltation permanente de l’engagement, mais aussi défiance devant ce qu’il appelle le providentialisme chrétien qui lui semble déboucher nécessairement sur une philosophie de l’histoire » 2.

13De son travail sur l’évêque d’Hippone, il conservera une grande admiration, pour ne pas dire une grande vénération pour ce docteur de l’Église. À ce sujet, à Monseigneur Duval, archevêque d’Alger, Camus écrira : « Je ne me permettrai pas de juger ce que saint Augustin fut comme docteur, mais l’homme et l’artiste sont parmi les plus grands et nous n’avons pas de peine à le saluer comme notre maître » 3.

14Certains s’accordent pour penser qu’il faut avoir foi pour s’engager. Ce que nous venons de dire ne s’oppose ni à l’athéisme, ni à l’agnosticisme. En effet, la générosité humaine, la fidélité à des valeurs ne sont pas des privilèges chrétiens. Néanmoins, Paul VI reconnaît que l’on ne peut les dissocier fondamentalement : « Les athées, nous les voyons aussi parfois mus par de nobles sentiments, dégoûtés de la médiocrité et de l’égoïsme de tant de milieux sociaux contemporains, et empruntant fort à propos à notre Évangile des formes et un langage de solidarité et de compassion humaine : ne serons-nous pas un jour capables de reconduire à leurs vraies sources, qui sont chrétiennes, ces expressions de valeurs morales ? » 4 Néanmoins, ils appartiennent tous deux à des courants de pensée différents. Mounier milite pour un « optimisme tragique » ; Camus, « pessimiste », se révolte contre l’absurde.

L’engagement comme témoignage

15Être témoin n’est en aucun cas pour Camus, comme pour Mounier d’ailleurs, assister au spectacle du monde sans rien dire, et encore moins se contenter d’applaudir. Mais jusqu’où s’engager. Que choisir ? Camus fixera une limite en distinguant ce « Que choisir ? » d’un « Qui choisir ? » Ainsi, solidaire d’un pays, il n’hésitera pourtant pas à dire, au moment du conflit en Algérie, que sa mère passait avant la justice d’une cause nationale. Camus conservait cependant une échelle de valeurs enracinées dans son cœur. Pour lui, ses proches passaient avant son prochain. Parfois, cette sentence a été très mal perçue. Certes, il n’est peut-être pas donné à tout le monde d’aimer sa mère à ce point, mais là n’est pas le propos de Camus. Pour lui, il ne s’agissait pas de départager sa mère de la Justice, mais de donner la primauté à l’amour sur la foi. C’est pourquoi, même s’il croit à la justice, il défend sa mère avant la justice confie-t-il suite à une intervention agressive lors de la Conférence de Stockholm en 1957 à l’occasion du Prix Nobel de Littérature.

16Ainsi, Camus ne tolérera jamais l’infidélité à une cause juste, ni même le silence coupable : « Vous acceptez de faire silence sur une terreur pour mieux combattre une autre. Nous sommes quelques-uns qui ne voulons faire silence sur rien », affirmera-t-il dans Pourquoi l’Espagne ? et de la place prise par Franco.

17Camus savait que la position de la vérité n’est pas confortable et il aurait sans doute fait sien ces propos du Cardinal Ratzinger : « Vérité et témoignage, témoignage et martyre sont en ce monde étroitement liés. [...] C’est dans la mesure où l’homme s’engage dans la passion de la vérité qu’il devient un homme. Et dans la mesure où il tient à lui-même, où il se retire dans la sécurité du mensonge, il se perd » 5. Cette passion de la vérité, de la justice, chevillée au cœur de Camus le conduisait à prendre parti contre ses « amis » s’il estimait qu’ils n’étaient plus dans le droit chemin. Ainsi, dans Combat, il n’hésitera pas à remettre « l’église au milieu du village » et à contester une condamnation massive de l’action de l’Église lors de la guerre de 1939-1945 par une partie de la Presse : « Combat est aujourd’hui avec l’Église. [...] Les incroyants que nous sommes n’ont de haine que pour la haine [...]. Ils continueront à refuser de rejoindre ceux qui hurlent et injurient, pour demeurer seulement avec ceux, quels qu’ils soient, qui témoignent » 6. Nous retrouvons l’importance de l’engagement, du témoignage, et le respect des convictions de chacun, mais avant tout une fidélité à la Vérité.

L’engagement, un combat avec d’autres

18Cette foi, peut tout simplement être l’expression de la confiance, celle donnée à ceux qui nous entourent. L’importance, non pas d’avoir des relations, mais d’être en relation, voici un trait qui est souvent souligné chez Camus par les critiques. Le poète Paul Valéry affirme qu’« un homme seul est en mauvaise compagnie » et Camus le défie d’être ainsi heureux. Le contact humain est un besoin constant chez l’auteur ; ceci est exprimé par le besoin de « chaleur humaine » du docteur Rieux dans La Peste ou encore lorsqu’il relève l’importance de la confiance dans La Mort heureuse : « une confiance lui renaît de pouvoir enfin faire confiance » 7. Cette confiance est le ciment qui scelle le groupe des combattants de La Peste, Les Justes, ou encore Clamence dans La Chute à son interlocuteur privilégié. Camus ne recherche pas l’admiration. Camus ne recherche pas l’admiration. Le but de sa vie est d’être soi-même en vérité dans son engagement et dans sa fidélité aux siens.

L’engagement : une réponse à un appel de l’histoire ?

19Ces deux hommes dressent un diagnostic du monde dans lequel ils vivent, non pas pour le condamner, mais pour éclairer la conscience de leurs concitoyens.

20Ces deux hommes sont en prise avec l’Histoire. Mounier aura le souci de penser dans l’Histoire dans laquelle nous sommes pris. Camus demeurera comme en témoigne la seconde partie de L’Homme révolté intitulée « La révolte historique ». avec la préconisation de l’engagement dans la Révolution. La Révolution est l’insertion de l’idée dans l’expérience historique avec la tentative de modeler l’acte sur une idée (comme le dit Camus).

21Pourtant, un engagement n’est en rien un embrigadement.

22« Nous ne nous engagerons jamais que dans des combats discutables sur des causes imparfaites. Refuser pour autant l’engagement c’est refuser la condition humaine. » affirme Mounier dans Le Personnalisme. Concrètement, Camus adhérera par exemple en 1934 au Parti Communiste, mais pour trois ans seulement. Nous aurons l’occasion de revenir sur la réflexion que suscitera cet engagement. En permanence, et non pas par un souci d’indépendance, la recherche et le questionnement... ou pour reprendre une catégorie morale, la volonté d’éclairer sa conscience demeure le ferment de l’engagement.

23Spontanément, nous ne pouvons pas évoquer le thème de l’engagement et l’œuvre de Camus sans faire référence à La Peste. Fruit d’une réflexion et d’une lente rédaction pendant la Seconde Guerre mondiale, le roman paraît en 1947 et s’enracine dans une époque que l’on peut déterminer à partir de l’indice laissé par l’auteur. En effet, c’est le début d’une date qu’il nous laisse en mentionnant simplement les trois premiers chiffres : « Les curieux événements qui font le sujet de cette chronique se sont produits en 194., à Oran. De l’avis général, ils n’y étaient pas à leur place, sortant un peu de l’ordinaire ». Ainsi, la peste fait référence à l’annexion allemande et Camus dévoilera dans les dernières lignes du roman que le docteur Rieux est le rédacteur de cette chronique « pour ne pas être de ceux qui se taisent ».

24L’engagement, nous le comprenons dès lors ne consiste pas seulement à prendre la parole ou à poser un geste significatif, mais bien à conformer ses gestes à sa parole et réciproquement. Nous ne devons pas nous engager par des paroles et des discours, mais par des actes et en vérité. Pourtant, l’une des premières difficultés est de mesurer le degré d’adhésion à ce qui est fait.

Tarrou, l’archétype de l’engagé ?

25Tarrou est un personnage à part parmi les prisonniers de La Peste même s’il est solidaire de ceux qui luttent contre le fléau, personne ne sait d’où il vient et pourquoi il est là. En effet, les carnets qu’il tenait de façon minutieuse tombent entre les mains du docteur Rieux. Tarrou a le souci du présent et l’attention à l’aujourd’hui lui donne d’observer ce qui se fait, ce qui vit au jour le jour. Il est même hanté par la peur de trahir. Camus lui réserve le sort tragique des meilleurs parmi les combattants : il demeurera lucide et ne trahira pas.

26Ainsi, Tarrou se considère comme un pestiféré permanent. Il sait depuis qu’il a ouvert les yeux sur le monde pestiféré que l’instinct du mal est enraciné au plus intime de nous-mêmes et il parle de cette peste un peu comme un chrétien du péché originel. Il attend une mort qui rachète un peu sa vie qu’il estime médiocre. Il n’aspire plus qu’à en finir, à faire une « bonne mort », c’est-à-dire à « s’en tirer » avec le minimum de souillures et de honte. Son seul but est de devenir « un saint sans Dieu ». Or, dans cette perspective, son objectif est quelque peu dérisoire : « l’ascète athée » se retrouve dans une tension stoïque, il s’agit de dire « Non » au Mal, lequel est partout. De ce phénomène, il ne tend pas vers un but unique, mais il est contraint de se battre contre tout, contre tous, contre lui-même. Autrement dit, c’est le désespoir à l’état parfait : Tarrou est l’homme de l’absurde jeté dans la peste.

27D’après Mounier, Camus n’aime pas l’héroïsme et la sainteté 8, c’est d’ailleurs ce qu’affirme avec virulence Jean-Baptiste Clamence, car il partage alors le même point de vue que Rieux qui est d’abord intéressé par un projet moins ambitieux que Tarrou, à savoir « être un homme ». 9 En effet, pour lui le bonheur est la surabondance de vie, la simplicité du cœur et l’amour des hommes et ne met surtout pas en avant la satisfaction et la sérénité personnelles.

28On a du mal à croire que Tarrou atteigne son but, même s’il consacre ses dernières forces à lutter pour les autres. En effet, il meurt de la peste... le Mal semble avoir eu raison de lui et de son acharnement à donner du prix à sa vie. Néanmoins, « l’apprenti-saint » de Camus se souciait moins de l’histoire présente que de l’Éternel : il aspirait à plus et à autre chose que la médiocrité de sa vie présente. Il recherchait la voie de la transcendance et faute de parvenir à cette haute aspiration, il doit se contenter d’un comportement moral, à savoir, « d’aimer son prochain ». En fait, Tarrou se révolte contre toute condamnation à mort et il dévoile le lien existant entre la peste et la violence de l’homme contre l’homme. En effet, il est bouleversé à l’idée que « nous ne pouvons pas faire en ce monde un geste sans risquer de faire mourir » 10

29Au passage, nous pouvons noter que Blanchet dans un article d’Études s’appuie sur cette citation pour présenter le « désengagement de Camus ». En effet, le plus sûr moyen de réussir dans cette voie est de s’abstenir. Il abandonne le siècle à son impureté et Mounier va alors le comparer aux stylites de l’ancienne Égypte. Cependant, s’il se hisse sur sa colonne, ce n’est pas pour trouver Dieu, mais pour vaquer à sa perfection en emportant son miroir pour s’admirer. Il va alors se présenter aux yeux du public comme « le Juste » qui veut garder « coûte que coûte » les mains pures 11.

Mais pourquoi s’engager ?

30Nous l’avons vu, il s’agit de se laisser interpeller par l’événement, mais cela ne suffit pas à nourrir un engagement durable. Certes, prendre fait et cause pour quelque chose ou quelqu’un peut condamner à l’exil, mais cette solution ne peut être que temporaire. L’exil, s’il se confond avec l’isolement, ne peut pas nourrir la vie d’un homme engagé. Rappelons ce que nous avons exprimé précédemment sur le fait d’être en relation. Une autre motivation doit apparaître. Certains l’appellent la foi et celle-ci peut conduire à surmonter la séparation, à la sublimer, d’autres peuvent poursuivre un but noble, aspirer à autre chose, préparer un retour pour mettre fin à l’exil. Camus est à un tournant de son œuvre avec les nouvelles de L’Exil et le Royaume. D’ailleurs, Pierre Gascar note que Camus amorce à la fin de sa vie « une espèce de conversion. Il ne s’agissait pas toutefois d’un engagement spirituel systématique, de l’adoption d’une foi reconnue » 12. En effet, dans ses deux articles parus dans Esprit, Conilh effectue un parcours de l’œuvre de Camus. Le critique part d’un thème sous-jacent (à l’œuvre de Camus), celui de l’Exil : « Nous retrouverons tout au long de l’œuvre, même d’une façon plus angoissante dans les derniers livres, l’image extérieure du désert et le paysage désolé qui lui répond au dedans des consciences ». Conilh note que ce thème de l’exil et du désert est celui qui se retrouve à la base de grandes créations... N’est-ce pas le début de la Genèse ? Camus lui-même précise en 1957 que ces six nouvelles tournent autour d’un seul thème, celui de l’Exil. Ce thème y est traité de six manières différentes, depuis le monologue intérieur jusqu’au récit réaliste 13.

31Depuis L’Envers et l’Endroit, Camus semble avoir commencé à tisser une grande trame, celle de sa vie et celle de son œuvre. Les fils s’entremêlent. Il y a le fil blanc du Royaume, de l’instinct vital, de la joie, de la liberté fébrile, de la fièvre gidienne et il y a aussi le fil noir de l’Exil, de la conscience attentive révélant la vanité, l’injustice et la cruauté de l’histoire. Ce fil du Royaume et celui de l’Exil, Camus les a tendus à l’extrême. Sur cette corde ainsi formée où malheur et bonheur se mêlent, sur cette corde tendue à se rompre par la Révolte, Camus tente d’avancer, tel un équilibriste, vers une plate-forme stable, vers un idéal.

32Cependant, une question sous-jacente se pose. Il n’y a « exil » que par rapport à une condition meilleure, celle d’un « royaume » par exemple. D’ailleurs, comme le souligne Blanchet, c’est après avoir tant parlé d’exil que Camus publia enfin un recueil de nouvelles intitulé L’Exil et le Royaume. « Le beau titre ! Qui dit exil dit patrie, dit royaume en effet » ; et de conclure : « Où pouvait bien être le royaume ? »14

33Peut-on se contenter de la réponse apportée dans une étude de Jean Onimus 15 : Le royaume dont il est question coïncide avec une certaine vie libre et nue que nous avons à retrouver pour renaître enfin. Nous connaissons aussi la réponse de Camus dans Le Mythe de Sisyphe qui ne situe pas géographiquement mais temporellement ce royaume : “Le héros absurde a désappris d’espérer. Cet enfer du présent, c’est enfin son royaume » 16.

34Néanmoins, nous aurions pu souligner l’importance des paysages, de la description des lieux magiques décrits dans Noces. Dans ses Carnets, il confiait déjà : « Des milliers d’yeux ont contemplé ce paysage, et pour moi il est comme le premier sourire du monde » 17. Or, ces paysages abondent dans les nouvelles de L’Exil et le Royaume et nous imaginons sans peine le bonheur qui transparaît à chaque ligne provient de ce que l’auteur éprouve à les recréer. Ces six nouvelles devaient être associées à La Chute et l’on peut retrouver un trait les liant dans la place accordée aux paysages. Certes, dans La Chute, ils sont présents sous des couleurs volontairement désespérantes. Il s’agit de paysages de l’expiation ou pour reprendre les mots de Conihl, des paysages de l’Exil 18. En fait, l’engagement peut être perçu chez Camus comme le moyen d’emprunter le chemin de l’Exode pour reprendre des catégories bibliques et d’atteindre, si ce n’est un monde meilleur, au moins une terre promise, c’est-à-dire un état où l’on n’aura pas à rougir des décisions prises et où le respect à la parole donnée, comme dans les actes posés aura motivé notre engagement.

Haut de page

Notes

1. Œuvres de Mounier, vol. 4 ; Recueils posthumes – correspondance, Paris, Seuil, 1963, p. 786.
2. In Pl. 2, p. 1221. Remarque : Pl. 2 correspond au volume Essais dans la collection La Pléiade et Pl. 1 à Théâtre, récits, nouvelles des œuvres de Camus.
3. In La Croix-L’Événement du 04 janvier 1990, p. 16.
4. Paul VI, Ecclesiam Suam, n° 108.
5. In « Ratzinger, baptisés dans la foi », Communio n° 5, mai 1976.
6. Albert Camus, Actuelles I, « Deux ans après », Pl. 2, p. 327.
7. In « La Mort heureuse », Cahiers Albert Camus n° 1, Paris, Gallimard, p. 70. Cf. Carnets I, Paris, Gallimard, 1962, p. 94.
8. E. Mounier, « Albert Camus, l’appel des humiliés », Malraux, Camus, Sartre, Bernanos, l’espoir des désespérés, Paris, Seuil, 1963, p. 81.
9. A. Camus, La Peste, Pl. 1, p. 1427.
10. A. Camus, La Peste, Pl. 1, p. 1423.
11. A. Blanchet, « Le pari d’Albert Camus », Études, juin 1960, p. 340.
12. Camus, coll. « Génies et réalités », n° 21, Hachette, 1969, chap. VIII, p. 262.
13. Pl. 1, « Prière d’insérer », p. 2039.
14. A. Blanchet, « Le pari d’Albert Camus », Études, juin 1960, p. 344.
15. J. Onimus, Camus. Les écrivains devant Dieu, Desclée de Brouwer, 1965.
16. A. Camus, Le Mythe de Sisyphe, Pl. 2, p. 137.
17. A. Camus, Carnets I, Paris, Gallimard, 1962, p. 73.
18. J. Conihl, « L’Exil sans royaume », Esprit, mai 1958, p. 691.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Min, « L’engagement : », Le Portique [En ligne], Archives des Cahiers de la recherche, Cahier 1 2003, mis en ligne le 10 juin 2005, consulté le 31 août 2014. URL : http://leportique.revues.org/370

Haut de page

Auteur

Thierry Min

Thierry Min, né en 1970 à Metz, est prêtre catholique depuis 1995, l’année même où il a soutenu son mémoire de maîtrise. Il a alors étudié comment les collaborateurs des revues Études et Esprit percevaient Camus. Son D.E.A., soutenu en 1997 à Metz l’a conduit à approfondir la quête de Camus, celle d’un monde meilleur. Par ailleurs, depuis 1998, il est en charge d’enseignement à l’IUFM en Moselle où il introduit les étudiants aux rapports entre Religions et Société. À présent, doctorant de première année en Philosophie à Metz, son sujet d’étude le conduit à rechercher quelles bases éthiques, valables pour aujourd’hui ont conduit des hommes comme Albert Camus et Emmanuel Mounier à s’engager.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org