Navigation – Plan du site
Recensions

Robert Scholtus, Le monde commence à tout instant, Paris, Le Cerf, 1998 (96 pages).

Jean-Paul Resweber

Entrées d’index

Recension :

Numéro 3
Haut de page

Texte intégral

1Le livre de Robert Scholtus prend acte de la modernité qui, en deçà des incantations et des désenchantements, nous place sur la ligne (über die Linie) de ce nihilisme accompli dont Hei­degger voit en Ernst Jünger la figure ambiguë. Ligne du dé-part, qui, au double sens du terme, oblige au partage et au commencement. Mais pour en découvrir le tracé, il convient de prendre au sérieux cet événe­ment radical, de faire le constat jusqu’ici refusé de cet « hapax » qui ne saurait se répéter : Dieu est mort. Or, de façon para­doxale, c’est cet événement, cet « hapax » qui, en raison même de la place qui se trouve alors li­bérée, peut donner lieu à Dieu : « L’existence n’a pas de sens. Dans sa nudité, elle est le sens », (p. 25). Le danger réside dans le refus d’assumer ce nihilisme sa­lutaire, soit en occupant le lieu devenu vacant par la mort de Dieu, soit en maquillant ce der­nier par ces limbes de la moder­nité que sont les no man’s land des villes, les terrains vagues des cités, les valeurs brumeuses d’une époque. Autant de non-lieux où l’on rêve de trans­former le côtoiement en rencontre et l’indifférence en éthique.

2La mort de dieu – leitmotiv mi-dit de ces pages denses et fortes – nous lance vers l’affron-­
tement d’un sens possible, parce que justement inaccessible. Elle est, en effet, au principe même de cette négativité qui fait vivre et respirer, qui fait désirer et croire. Pour peu, les sciences humaines emportées par la com­pulsion herméneutique – dont la théologie n’a pas encore fait le deuil – demeurent animées par le désir positif de la relance, de la répétition, de la reconstruc­tion – désir qui fait obstruction au dé-part. L’auteur a raison : « Ainsi, quand il ne reste que le commencement, à la lisière du nihilisme, il reste l’essentiel, c’est-à-dire la capacité de croire, de surmonter tous les détermi­nismes » (p. 37). Tous les déter­minismes : même celui du sens ! La question n’est plus de croire savoir, mais de savoir croire. Sans doute, est-ce par le constat de la mort de Dieu, que le croyant donne alors à Dieu lieu d’être. Telle est la théologie blanche que R. Scholtus nous propose. Dans sa nudité, dans sa « primitivité », dirait Kierke­gaard, l’existence est sens. Elle est, selon le mot d’un Père de l’Église, la première des grâces : prima gratia. Reste à la théologie de faire le récit de cette réalité-là, mais aussi de cette autre réa­lité qui définit la nouvelle « constitution » (kainê ktisis) du croyant. Cette nouvelle consti­tution exige qu’il devienne sujet de sa foi et pour cela, il lui « faut » s’inscrire dans l’ordre symbolique – allégorique, dirait Walter Benjamin – devenu chair dans la culture. La lecture de ce petit livre incisif et bien écrit sera utile au théologien qui a malencontreusement transfor­mé la métaphysique en dogme, au philosophe qui se prend encore pour un théologien ano­nyme, à tout homme qui fuit sa propre négativité, lieu même du questionnement sur le sens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Resweber, « Robert Scholtus, Le monde commence à tout instant, Paris, Le Cerf, 1998 (96 pages). », Le Portique [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 15 mars 2005, consulté le 29 mars 2017. URL : http://leportique.revues.org/314

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Resweber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org