Navigation – Plan du site
Marges et Controverses
3

Magritte : icônes du monde, stigmates de civilisation

« Ceci n’est pas une pipe » : l’invention de l’icono-logie, l’image parlante
Magritte: icons of the world, stigmata of civilization
Paul François

Résumés

L’art de Magritte témoigne du destin icono-logique de l’Homme, qui se joue aujourd’hui sur la pointe de l’Occident écartelé entre l’art sacré byzantin et l’art mourant contemporain. Cette lucidité anachronique a généré des contresens, qu’il a cherché à dissiper en écrivant à Michel Foucault : « Ceci n’est pas une pipe vaut “L’homme est un animal malade” ». Son art agnostique exprime la connaturalité iconique perdue ou retrouvée du Logos et du Monde : « Je peins l’au-delà, mort ou vivant ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2017.

Plan

Ceci n’est pas une pipe ou Passant, souviens-toi ! : la cérémonie icono-logique
La Voix des airs et La Voix du sang
Dualité de l’efficace symbolique : le mystère esthétique 
L’Art, instauration culturelle, en proie aux Pouvoirs
La « Querelle des images », de Byzance à l’Occidence
Magritte, un résistant au temps de l’Occidence
Magritte ou les icônes du monde : miracles profanes familiers, arbitraires et nécessaires
La Grande Faille machinique : l’Occidence
Miracles profanes : une esthétique de l’Instant
Ambivalence et dualité de l’art magrittien
Icônes du Monde, Stigmates de civilisation, Énigmes
L’image, boucle moebiusienne de l’Homme au Monde, entre les fausses ressemblances et « La Ressemblance »
Magritte, peintre éléatique : hommage à Diodore Cronos, penseur de l’Immobile nécessaire
Magritte dans son siècle : mysticisme et Anti-Art
Le Destin occidental ou Les possédés du BazArt Contemporain : Anti-Art et mort de l’Art 
Le martyre de l’Art Contemporain

Aperçu du texte

Ce sous-titre quelque peu alambiqué est rendu nécessaire par le positionnement étrange de Magritte dans la peinture du vingtième siècle. Dont il dit lui-même : « J’ai le sentiment de ne pas penser à la peinture comme un artiste peintre. Je ne suis ni en-deçà, ni au-delà de la pensée artistique : je crois être autre part... Je peins l’au-delà, mort ou vivant. L’au-delà de mes idées, par des images… Je ne peins pas : j’utilise des objets qui ont l’apparence de tableaux ». Ni peintre, ni philosophe, Magritte, à l’instar des byzantins, est un iconographe qui montre des messages au moyen d’images. Mais il part de la perplexité propre à l’art du vingtième siècle. Perplexité dont témoigne son œuvre la plus connue, qui n’est pas un tableau. Mais une image parlante.

L’œuvre emblématique de 1929, intitulée La Trahison des images, est célèbre, parce qu’elle inscrit la dénégation Ceci n’est pas une pipe au sein de la monstration picturale. Alors que dans la perception picturale habituelle, le su...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul François, « Magritte : icônes du monde, stigmates de civilisation », Le Portique [En ligne], 37-38 | 2016, document 3, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://leportique.revues.org/2889

Haut de page

Auteur

Paul François

Paul François. Après un DEA de philosophie sur « Les problèmes sémiologiques » chez Kant, l’auteur présente en 1980 une thèse d’éthologie du langage, qui l’amène à une correspondance et à des rencontres avec son ancien professeur Gilles Deleuze. Chargé de cours à l’Université Lyon 2, à l’INSA de Lyon et en Psychiatrie. Son enseignement est interrompu pour raison médicale en 1991. Depuis, parallèlement à des cours dans une École d’art contemporain, il mène des recherches sur le sens historique de l’art en Occident.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org