Navigation – Plan du site
Améliorer l’homme ?
6

Humanité du travail et éthique de la performance

The Humanity of Work and the Ethics of Performance
David Lucas

Résumés

Il s’agit de caractériser la déshumanisation du travail au travers de ses aspects quantitativistes et formalistes. Le quantitativisme consiste à ignorer les enjeux de l’expérience subjective du travail, et à rompre le nécessaire équilibre entre la quantité de la production et la qualité des conditions de cette production. Un tel déséquilibre menace l’humanité du travail, au profit d’une logique quantitative et financière. Le formalisme consiste à détacher le travail prescrit de sa mise en œuvre réelle, également dans l’intérêt égoïste de ceux qui ont la compétence et le pouvoir de cette prescription. Le sophiste est alors la figure emblématique de ce formalisme qui détourne le discours et en contrefait la vocation civilisatrice. Quantitativisme et formalisme sont également soutenus par la technicité des machines et des outils de communication, moyens privilégiés d’une logique de profit qui menace l’humanité du travail.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2017.

Plan

Quantitativisme de la production
La logique financière
Formalisme des modèles
Le pouvoir des sophistes
Le détournement du discours
La déshumanisation du travail
L’auxiliaire de la technique
Le devenir du travail

Aperçu du texte

L’esclavage n’a jamais été aboli. On faisait semblant de l’abolir à Rome, en Amérique et chez nous ; mais on n’abolissait en réalité que certaines lois, certains mots, jamais les choses.

Léon Tolstoï, L’Argent et le Travail, p. 74.

Les exigences de résultat sous contrainte de temps et de moyens conduisent le travail à réclamer la performance. Le jeu de la concurrence économique grossit encore ce trait, et en procédant par comparaison, il fait même souvent de la compétitivité une véritable condition de survie. Une critique radicale de la performance et de ses contraintes manquerait par là même de réalisme et de sérieux, et se trouverait à bon droit suspectée d’idéologie. Il est vrai que le rapport de classe oriente presque systématiquement le débat sur le travail, et pèse inévitablement sur la façon dont ses exigences sont décrites et regardées. L’attention que l’on porte sur la performance professionnelle est bien tout d’abord politique, et de vives passions menacent toujours de défo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Lucas, « Humanité du travail et éthique de la performance », Le Portique [En ligne], 37-38 | 2016, document 6, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 29 avril 2017. URL : http://leportique.revues.org/2869

Haut de page

Auteur

David Lucas

David Lucas est docteur en philosophie et dirige actuellement le cabinet de conseil Gaeris Sciences Humaines, qui propose des solutions contre la souffrance au travail et le mal-être dans les organisations. Il est l’auteur de Crise des valeurs éducatives et postmodernité, paru chez L’Harmattan dans la collection « Théôria », et de Le Démon intérieur, publié aux éditions du Portique. Au travers de divers articles, mais aussi de missions de conseil auprès de décideurs et responsables d’entreprise, il conduit une réflexion critique et originale visant à concevoir une culture du travail alternative et plus humaine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org