Navigation – Plan du site
Améliorer l’homme ?
4

Le transhumanisme comme hérésie

Transhumanism as a heresy.
René Heyer

Résumés

Le transhumanisme affirme englober un grand nombre de principes de l’humanisme moderne. C’est sur cette base qu’on peut dire qu’il est un courant humaniste hétérodoxe. L’article montre que les déclarations transhumanistes érigent l’activité technoscientifique en finalité, produisant par là une eschatologie de la permanence qui écrase la dimension existentielle de l’humanisme.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2017.

Plan

L’homme, « cette œuvre indistinctement imagée »
L’humanisme décloisonné
Carte de vœux
S’activer
Libérer la vie en l’homme

Aperçu du texte

Homines, mihi crede,
non nascuntur,
sed finguntur. 

Érasme, De pueris.

Contrairement à une vue courante, l’hérésie n’est pas une opinion qui se séparerait de la doctrine reçue comme un élément étranger. Si elle paraît heurter la tradition établie ou communément admise, elle fait d’abord partie des convictions qui supportent celle-ci et dont elle illustre la diversité, avant d’en venir, pour des raisons de circonstances ou de fond, à être accusée d’engendrer la division en leur sein. Le transhumanisme est en ce sens une hérésie de l’humanisme, qu’il préfixe de toutes les manières : trans-, sur-, post-, supra-, hyper-…  L’humanisme, en d’autres termes, serait lui-même traversé de courants visant l’homme non pas simplement dans ce qu’il est, mais dans ce qu’il est appelé à devenir : homme à parfaire parce que déjà à faire, homme perfectible parce qu’en un sens inachevé – homme à « augmenter » (enhancement), concluront les transhumanistes d’Outre-Atlantique. Là est une première pist...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

René Heyer, « Le transhumanisme comme hérésie », Le Portique [En ligne], 37-38 | 2016, document 4, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://leportique.revues.org/2867

Haut de page

Auteur

René Heyer

René Heyer est professeur d’éthique et de théologie morale à la faculté de théologie catholique de l’Université de Strasbourg. Parmi ses publica­tions récentes, une contribution au numéro thématique de la Revue des sciences religieuses d’octobre 2014 consacré à Jean-Luc Nancy et aux deux tomes de sa Déconstruction du christianisme : « La religion recomposée ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org