Navigation – Plan du site
Sciences sociales et marxisme
1

Le social chez Marx

The social in Marx
Das Soziale bei Marx
Hervé Touboul

Résumés

On a dit souvent de Marx qu’il était l’un des pères fondateurs de la sociologie : si celle-ci est l’étude du « social », force est alors de constater que ce dernier n’a que bien peu de place dans l’œuvre de l’auteur du Capital. Toujours il s’y trouve entre l’économique et le politique, et n’apparaît que comme la déformation qui se crée dans la conscience lorsque celle-ci exprime les rapports de production existants. Le social n’est pour Marx que la forme théâtrale que prennent les relations économiques lorsqu’elles se disent dans la vie quotidienne, et dans la vie politique lorsque les conflits se tendent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Magazine Capital, hors-série n° 18, mai-juin 2012, Les 30 génies de l’économie.

1L’on ne sait jamais bien où ranger Marx : philosophe ; économiste, sociologue ? Il figure, au moins en France, dans les auteurs à étudier, dans les classes terminales, en philosophie. Il n’est sans doute, aujourd’hui, que peu étudié dans les facultés d’économie, même si un magazine assez « grand public » le rangeait il y a peu dans les « 30 génies » de l’économie1. Hier encore on le recevait pour l’un des « pères » de la sociologie ; bon nombre d’étudiants, en France toujours, ont découvert Marx dans le livre d’Aron : Les Étapes de la pensée sociologique, où il figure avec quelques grands Autres, à titre de fondateur sinon d’une science nouvelle, tout au moins d’un nouveau savoir. Ce savoir, la sociologie, se donne, au moins à un premier regard, comme un savoir du « social ». Sans doute ce « social » peut être vu, par les savoirs sociologiques, de plusieurs manières, mais qui l’explique peut être dit « sociologue », et la sociologie est son étude.

  • 2 L’Idéologie allemande, trad. présentée par G. Badia, Paris, Édit. Sociales, 1968, p. 467, la réédi (...)

2L’on peut remarquer, en guise de commencement, que le mot sociologie ne se trouve pas dans Marx : on peut être étonné de trouver le mot dans la traduction française de L’Idéologie allemande où il est parlé, à un endroit, de Sancho qui jette « un coup d’œil furtif sur la sociologie »2, mais vérification faite, il s’agit dans l’édition allemande de la « zoologie », peut-être ce lapsus de traduction est-il significatif ? Bien sûr, cette absence ne saurait empêcher de compter Marx et Engels parmi les précurseurs de la sociologie mais peut-être est-elle un indice, elle aussi, d’un problème ?

  • 3 Ibid., p. 531, édit. 1968, p. 492 édit. de 1974, MEW, bd III, p. 470.
  • 4 Lettre du 7 juin 1866 à Engels, dans Correspondance Marx-Engels, trad. sous la resp. de G. Badia e (...)

3Il est vrai que, toujours dans L’Idéologie allemande, nos deux auteurs font allusion plus loin à « la science sociologique (Gesellschaftswissenschaft) allemande »3 mais il s’agit alors d’une citation d’adversaires qui sont ou se veulent les défenseurs de cette science, et le passage est plein d’ironie à leur endroit. Dans une lettre bien plus tard Marx parlera de la « science sociale » française avec beaucoup de moquerie, visant les affiliés de Proudhon et probablement aussi ceux de Saint-Simon4.

4Cela ne veut pas dire que Marx, et Engels, ne parlent pas du « social », et qu’ils n’usent pas du mot, mais toute cette ironie peut introduire, comme le lapsus et comme l’absence, à l’idée que cette notion de « social » chez Marx est délicate, et cela malgré la célèbre phrase : « l’être social détermine la conscience ». Le sens de cette phrase n’est pas, en effet, si évident que cela, et marquons de suite qu’il désigne plus le fait d’un être individuel en tant qu’il est social, que la participation à une identité collective, fût-elle de classe ! Marquons encore pourquoi cela sera délicat que de cerner le social – en disant là encore les choses à l’avance – chez Marx : parce qu’il est pris entre l’économique et le politique, il est comme un curseur qui se déplace de l’un à l’autre, au point qu’il a tendance à apparaître et à disparaître, sans jamais qu’il soit sûr qu’il ait une véritable effectivité.

5Montrer cette difficulté à trouver une réelle élaboration du « social » dans Marx et Engels, difficulté qui n’est peut-être pas sans indiquer comme une sorte de faille, sera notre objet, étudié en trois points : 1) de l’économique au social, 2) de l’économique au politique en passant par le social : la question des classes, 3) le social lui-même.

6Le premier point comportera lui-même trois points : 1) les définitions de la société, 2) la préface de 1859 à la Critique de l’économie politique, 3) le premier chapitre du Capital sur la marchandise.

I. De l’économique au social

1) Les définitions de la société

  • 5 L’Idéologie allemande, édit 1974, désormais citée, p. 485, MEW, bd 3, p. 463.
  • 6 La Phénoménologie de l’esprit, Paris, édit. Aubier-montaigne, trad. Hippolyte, p. 52 s.
  • 7 Travail salarié et capital, Paris, Édit. Sociales, 1969, p. 29.

7Marx, et Engels, donnent au moins deux définitions de la société dans leur œuvre : les reprendre et les interroger peut faire avancer la réponse à la question qui demande ce qu’ils peuvent entendre par « social ». Celui-ci résulte-t-il d’une action de la société sur l’individu ? La position de la question suppose qu’on envisage que la société ait une sorte d’existence en elle-même, d’abord extérieure à l’individu, et qui viendrait le modeler, de telle façon que cette société serait ce qui vient donner forme, une forme donc sociale, à un individu lui-même plus ou moins réduit d’abord à l’individu biologique. Cette façon de voir implique à la fois que la société existe en quelque sorte indépendamment des individus, ne soit pas une abstraction, ni un mot commode pour désigner un tout qui pris en lui-même, comme lorsque l’on désigne un ensemble hétéroclite d’objets, qui ne constitue pas un véritable tout, d’un même mot. Si ce « social » n’existe pas, n’est pas une sorte d’entité collective influençant ou s’emparant de l’individualité de l’individu, ne faut-il pas qu’il soit un rassemblement d’individus qui peuvent avoir des actions communes mais en lesquelles ils s’impliquent individuellement ? La première définition apparaît dans L’Idéologie allemande, lors d’une polémique avec les « socialistes vrais » : « la société… notre auteur ne la conçoit pas comme une interaction des “vies individuelles ” qui la composent, il en fait une entité particulière, dont les interactions avec les “vies particulières” s’établissent sur un plan nouveau, spécifique. Si tout cela avait le moindre rapport avec une situation réelle, il s’agit de l’illusion qui fait de l’État une entité autonome en face de la vie privée et de la croyance à cette autonomie apparente comme à quelque chose d’absolu »5. Ce texte pose donc, en voulant détruire la position adverse, que la « société » n’existe pas en tant que telle : ce que l’on nomme ainsi n’est qu’un mot commode pour désigner une forme de réunion d’individus. Marx et Engels paraissent ici proches du nominalisme : le « social » est ce qui désigne des interactions entre individus, mais n’existent que des individus, la société n’existe pas comme des étants existent. Elle n’a pas d’être, n’est pas cette conscience collective qui préexistant à l’individu le recouvrerait lui faisant vivre et dire ce qu’elle fait et dit. Elle n’est pas avant les individus, elle n’est pas ce en quoi ils s’inséreraient et qui les construirait. Ce passage, derrière la critique de l’auteur en question, contient celle de Hegel et plus particulièrement de ce que ce dernier nomme la « proposition spéculative », notamment dans la préface de La Phénoménologie de l’esprit : qu’est-ce qu’une proposition spéculative, c’est là où le sujet de la proposition passe entièrement dans le prédicat, la proposition rendant compte de la vie même de l’individu, il faudrait d’ailleurs dire si l’on suit véritablement Hegel que la proposition elle-même 6 est action, elle ne désigne pas par la pensée l’action, mais elle décrit l’action parce que l’individu est lui-même la proposition : je suis français, le sujet passe dans le prédicat, ma qualité d’être français est tellement mienne qu’elle ne se distingue pas du je, la distinction ne s’opérant que par un acte de réflexion de l’esprit qui alors distingue par la pensée ce qui ne peut être distingué dans l’être. Mon moi ne se distingue pas de l’être français, proposition holiste : au commencement je suis autre que moi et je m’individue, l’individu ou le sujet ne sont pas posés au début, le commencement se fait bien plutôt dans une identité collective, l’individu même s’il est biologiquement individu, est d’un point de vue psychologique et d’un point de vue sociologique, dirait-on en termes modernes, le groupe qui le façonne. Marx, avec Engels, critiqueront presque toujours, mais pas toujours, reprenant la critique faite par Feuerbach de Hegel, la proposition spéculative hégélienne, disant qu’elle consiste à hypostasier le sujet, ceci sur un mode platonicien, en faisant disparaître ce sujet en une entité qui ne serait que la reprise moderne de l’Idée platonicienne. Si je dis que Louis est gentil affirmait Feuerbach, cela ne veut pas dire que Louis disparaît dans l’Idée de la gentillesse entendue comme une essence siégeant dans un monde intelligible, Idée à laquelle viendraient participer tous ceux allant devenir « gentils ». La définition de Marx, ou de Engels, mais ils sont ici inséparables, vise aussi, et en même temps et en un même mouvement, la proposition spéculative appliquée à l’État, elle vise donc la philosophie du droit hégélienne. Comme si l’État était ce « divin » qui s’empare de moi, me fait devenir moi-même État, ce citoyen si citoyen qu’il ne serait que citoyen, alors que dans cette vie de l’État l’individu ne perd jamais son individualité, et c’est bien elle qui est au cœur de la vie formant la vie de la société civile, où l’individu avant d’« être » l’État a bel et bien besoin de gagner, chaque jour, sa vie, alors que la vie de l’État lui est si profondément extérieure qu’il ne peut croire se fondre en elle qu’en étant alors habité par une illusion très profonde qui le fait se prendre pour quelqu’un d’autre que celui qu’il est vraiment. La « société » n’est donc rien d’autre que l’action d’individus dont on rend compte en usant de la catégorie d’interaction réciproque. Les rapports que l’ouvrier entretient avec son contremaître sont des rapports réels, sociaux parce qu’ils relèvent de la vie du travail, la vie de la société civile étant d’abord une vie économique. Le mot « société » désigne donc, avant tout, l’ensemble des rapports de travail et des rapports des individus entre eux ayant trait à leur vie matérielle. Quelques années plus tard, la même idée va se retrouver dans Travail salarié et capital. Marx dira que « les rapports sociaux de production changent, se transforment, avec le développement des moyens de production matériels, des forces de production. Dans leur totalité, les rapports de production forment ce que nous appelons les rapports sociaux, la société, et notamment une société à un stade de développement historique déterminé, une société à caractère distinctif original. La société antique, la société féodale, la société bourgeoise sont des ensembles de rapports de production de ce genre dont chacun caractérise en même temps un stade particulier de développement dans l’histoire de l’humanité »7. Les rapports sociaux sont donc ici pensés directement comme rapports de production. Le social semble bien être le relais de l’économique. Un individu est d’abord un agent économique, et le fond économique paraît bien être la vérité de la forme sociale.

  • 8 Manuscrits de 1857-1858, « Grundrisse », Paris, Édit. Sociales, 1980, trad. sous la resp. de J-P. (...)

8La définition donnée dans L’Idéologie allemande, montrant le social comme interaction réciproque d’individus est reprise, mais autrement, dans les Grundrisse, période plus tardive mais où la théorie s’est affinée : « la société n’est pas constituée d’individus, mais exprime la somme des relations, des rapports (drückt die Summe der Beziehungen, Verhältnisse aus) où ces individus se situent les uns par rapport aux autres (zueinander stehen) »8. Des individus sont donc entrés dans des relations sociales liés à ce qui est nommé depuis 1845 rapports de production. La société constitue donc la sommation de ces rapports de production qui sont des rapports pouvant être dits économiques. Le mot « société » paraît être, ici aussi, un mot commode pour désigner très vite le monde immense de la vie économique d’une population délimitée. Si la société est ce qui est social, le social semble bien donc être l’économique. Qui relève lui-même de l’interaction réciproque des individus. Marx insiste cependant sur le fait que cette société n’est pas une somme d’individus, en cela la définition de 1857 marque une évolution par rapport à celle de 1845, mais il s’agit plus d’un progrès dans la précision de la formulation plutôt que d’un changement conceptuel : les individus, dans les trois textes, sont pensés comme agissants, et leurs actions sont d’abord celles du travail, du mode de vie économique, en lequel ils entrent dans des relations de subordination ou de domination qui les « situent » les uns par rapport aux autres. Pour préciser ces définitions et surtout la seconde qui est de loin la plus importante, même si elle ne se retrouve pas dans Le Capital, il faut venir à un texte à peu près contemporain de cette définition et qui est la préface de 1859 à la Contribution à la critique de l’économie politique qui va bien faire voir comment le social est essentiellement économique.

2) La Préface de 1859

  • 9 Contribution à la critique de l’économie politique, Paris, Édit. Sociales, 1972, trad. M. Husson e (...)
  • 10 Ibid.

9Marx commence par écrire dans cette préface que « l’anatomie de la société civile doit être cherchée dans l’économie politique », cette dernière science ne peut trouver donc que ce qui porte l’organisation de la société, et pas ce que nous appelons de façon moderne le « social », parce que l’anatomie ne livre pas la clé de la totalité du corps, mais il reste que la clé de l’explication d’une société est donnée par l’économie politique, et que si « social » il y a, il dépend étroitement de l’économique, au point qu’il est certainement très difficile, voire impossible, de saisir l’un sans l’autre. Pour voir s’il existe cependant une différence entre les deux, il faut scruter mieux ce texte que Marx a présenté comme un « résultat ». « Dans la production sociale de leur existence, les hommes entrent en des rapports déterminés, nécessaires, indépendants de leur volonté, rapports de production qui correspondent à un degré de développement déterminé de leurs forces productives matérielles. L’ensemble de ces rapports de production constitue la structure économique de la société, la base concrète sur laquelle s’élève une superstructure juridique et politique à laquelle correspondent des formes de conscience sociales déterminées. Le mode de production de la vie matérielle conditionne le processus de vie social, politique et intellectuel en général. Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur être : c’est inversement leur être social qui détermine leur conscience »9. Marx décrit alors le processus révolutionnaire : contradiction entre les forces productives matérielles et les rapports de « production », ou plutôt avec leur « expression juridique », « le changement dans la base économique bouleverse toute l’énorme superstructure », donc le changement est dans les rapports de « production », la base, il ajoute encore : « lorsqu’on considère de tels bouleversements, il faut toujours distinguer entre le bouleversement matériel – qu’on peut constater d’une manière scientifiquement rigoureuse – des conditions de production économiques et les « formes juridiques, politiques, religieuses, artistiques ou philosophiques, bref les formes idéologiques »10. Que désigne le mot « social » dans ce texte ? Il n’apparaît pas dans la superstructure dans le second passage, mais dans le premier non plus : il existe une base, la structure économique, l’ensemble des rapports de production, à partir d’elle s’élève la superstructure juridique et politique, s’ajoute l’idéologique : philosophie, religion, art, l’intellectuel, à un endroit le « social est rangé avec elle : « processus de vie social, politique et intellectuel en général » conditionnés par les rapports de production, mais à peine avant le social est seul : la base concrète sur laquelle s’élève une superstructure juridique et politique « à laquelle correspondent des formes de conscience sociales déterminées ». Il y a donc une « correspondance » entre les rapports de production et les « formes de consciences sociales ». Que veut dire « correspondance » ?

  • 11 P. 21, MEW, Bd. 3, p. 27.
  • 12 Ibid., p. 21.
  • 13 Ibid., p. 14 : « nous ne connaissons qu’une seule science, celle de l’histoire ».

10Revenons d’abord vers L’Idéologie allemande où se trouve la phrase quasi-équivalente de celle dans la Préface : « ce n’est pas la conscience qui détermine (bestimmt) la vie, mais la vie qui détermine la conscience »11, « vie » remplace ici « être social », ou plutôt « être social » remplacera « vie », Marx substitue immédiatement, dans la phrase suivante, au terme « vie » celui « d’individu vivant », et immédiatement encore il parle d’activité pratique, immédiatement encore il s’en prend à la philosophie qui ne décrit pas cette activité pratique, y parle d’une nouvelle science qui se substituerait à la philosophie : « c’est là où cesse la spéculation, c’est dans la vie réelle que commence donc la science réelle, positive, l’exposé de l’activité pratique, du processus de développement pratique des hommes. Les phrases creuses sur la conscience cessent, un savoir réel doit les remplacer »12. Cette science Marx ne dit pas qu’elle est, il parlera un peu plus loin dans un passage raturé de « l’histoire »13, entendant par là surtout une histoire économique liée à l’histoire des sciences et des techniques.

  • 14 Ibid., p. 28, MEW, Bd 3, p. 29-30.
  • 15 Manuscrits de 1844, Paris, Édit. Sociales, 1969, trad. Bottigelli, p. 94.
  • 16 Misère de la philosophie, Paris, Édit. Sociales, 1972, p. 119.
  • 17 Le Capital, livre I, Paris, PUF, coll. « Quadrige », trad. sous la resp. de J.-P. Lefebvre, 1993, (...)
  • 18 Manuscrits de 1844, p. 62.
  • 19 L’Idéologie allemande, p. 32, MEW, Bd. 3, p. 33.

11L’important est donc la structure de la division du travail, et le groupement dans le travail ; dans L’Idéologie allemande Marx et Engels parlent de ce qu’ils nomment « rapport social (gesellschaftliches Verhältnis) », « social en ce sens que l’on entend par là l’action conjuguée (Zusammenwirken) de plusieurs individus »14, et est décrite une organisation du travail, mais il est immédiatement noté que cette conjugaison est liée à un état des techniques. Avant d’être social les hommes sont économiques, agents de travail, mais par là aussi agents techniques : c’est une constante chez Marx qu’il ne sépare pas l’individu des techniques, autant il refuse la proposition spéculative, autant en un sens il l’accepte, si l’on peut dire, quand elle n’est plus spéculative, l’individu est un devenir-technique, Marx toujours le répétera : « l’histoire de l’industrie et l’existence objective de l’industrie sont le livre ouvert des forces humaines essentielles, la psychologie de l’homme »15, « le moulin à bras vous donnera la société avec le suzerain ; le moulin à vapeur, la société avec le capitalisme industriel »16, « il faudrait faire l’histoire des « organes productifs de l’homme social »17, l’homme économique est technique, il est aussi écologique : « la nature est le corps non-organique de l’homme »18. Ce qui est important pour caractériser un homme est de savoir comment il gagne sa vie, quelles techniques utilise-t-il ou n’utilise-t-il pas. Dans le même passage de L’Idéologie allemande, il va être parlé de « fixation (Sichfestsetzen) de l’activité sociale »19. Il existe des rapports sociaux qui sont riches, changeants, fluides, d’autres bornés, émerge donc ici du social comme fruit des relations sociales, il paraît désigner le résultat dans la conscience de rapports enrichissants dans et par l’activité qui met obligatoirement en relation avec la collectivité. Le social apparaît comme une répercussion de l’agir dans la conscience de l’individu. À cet endroit toujours, il est parlé de l’aliénation qui semble bien désigner ici une vie pauvre en relations, non pas une solitude mais un isolement qui empêche le développement et l’épanouissement de la personnalité.

  • 20 Lettre du 28 décembre 1846, dans Correspondance Marx-Engels, T. 1, Paris, Édit. Sociales, 1977, tr (...)

12Par conséquent, déjà dans l’Idéologie allemande le « social » apparaissait un doublet de l’économique, la représentation de la vie économique dans la conscience. Il faut s’arrêter sur la notion de « conscience » employée dans les deux textes, elle désigne la répétition de la vie économique de l’individu dans la conscience qu’il en prend, et la question du social devient alors celle de la représentation : tout se joue entre la « base » et la « forme », la base trouve une forme, se répète dans une forme qui bien souvent la trahit, comme si s’inscrivait un décalage entre forme et contenu, comme si le social était ce moment où la forme n’a pas de contenu adéquat, où le contenu ne trouve pas sa bonne forme. Cette répétition implique un décalage auquel Marx ne s’intéressera jamais vraiment, déterminer veut dire reprendre, répéter, et rarement la répétition de l’économique se fait bien, elle est presque toujours le lieu d’une hypocrisie, d’une dérive, d’une idéologie, qui peut aller jusqu’à l’inversion complète de soi : plus mon activité économique est pétrifiée plus socialement je me sens dirigé, un système, un dieu me détermine, à moins que je me « gonfle » en petit bourgeois, me donnant plus d’importance que je n’en ai. Lorsque Marx use du terme « correspondance » parlant du lien des rapports de production avec les formes de conscience qui donc leurs correspondent, tout semble se passer comme si s’inscrivait un écart entre les deux. Il usera par endroits du terme qui a trouvé une place si important dans l’histoire du marxisme : celui de « reflet » mais ce mot paraît bien désigner la réflexion dans un miroir déformant : bien sûr dans le miroir la chose reflétée est vue à l’envers, et Marx usera abondamment de cette image du renversement, mais les hommes se voient, presque toujours, plus beaux qu’ils ne sont dans le reflet, ne se représentent pas tels qu’ils sont, à tel point qu’il faut revenir à la saisie de « l’anatomie » pour bien voir le vrai sous la représentation. Est impliqué ici que les formes intellectuelles et politiques, qui ne peuvent être complètement expliquées scientifiquement, portent toujours en elles quelque chose de social, en ce qu’elles peuvent toujours être rattachées à une forme de vie qui est la même, ou presque la même, lorsque des individus sont proches par leur activité. Autrement dit, en termes modernes, une sociologie est toujours possible qui regroupe les individus et montre dans leurs manières de vivre des similitudes, en même temps que des pensées communes, mais elle est alors inséparable, comme Foucault l’a marqué dans Les Mots et les Choses, mais le reprenant sans le dire à Marx, d’une économie politique qui cherche le fond de la forme, alors que le sociologique en demeure à cette forme dont il voit le fond mais sans l’expliquer, condamné qu’il est à dire, redire et classer, les formes sociales d’existence qui ont toujours tendance à fuir dans ce que Hegel nommait le « mauvais infini ». Ces formes d’existence, en effet, sont à la fois classables et inclassables, elles sont classables parce que souvent semblables, mais elles sont alors tautologiques de l’économique : l’ouvrier est ouvrier parce qu’il mange des pommes de terre, mais il n’a pas les moyens économiques de faire autrement, peut-être va-t-il dire, comme chez Bourdieu, que ces pommes de terre ils les a choisies et qu’il n’aimerait pas le caviar, mais alors le « social » tautologique de l’économique est la dénégation de cet économique, mais lui est si collé que le concept d’un habitus socialement constitué qui voudrait expliquer la continuité des formes de vie sociale est au moins mis à mal par le procès de dénégation au cours de la vie, ici de l’ouvrier. La lettre à Annenkov dira, confirmant l’antériorité logique de l’économique sur le social : « les hommes qui produisent les relations sociales conformément à leur productivité matérielle, produisent aussi les idées, les catégories, c’est-à-dire les expressions abstraites idéelles de ces mêmes relations sociales »20.

13Pour Marx le social ne dit pas grand chose, il ne faut pas s’arrêter à lui pas plus qu’on s’occupe pour juger d’un homme de ce qu’il dit, l’on doit s’attacher à ce qu’il fait, ce qu’il dit sera le social, ce qu’il fait l’économique, l’on peut, bien sûr, chercher la « correspondance » entre l’un et l’autre.

3) Le chapitre 1 du livre 1

14Le chapitre 1 du livre 1 du Capital confirme ce point de vue. L’économique et le social y sont vus à partir de la question du commencement. Jusqu’à un certain point, dans la méthode, Marx y suit Hegel. Il faut commencer à l’abstrait. Marx commence un livre qui va étudier les sociétés modernes, ni par la société, ni par l’homme ou les hommes, mais par la détermination de la valeur économique, par la définition abstraite de cette dernière. On ne peut étudier le concret que partant de l’abstrait : pourquoi ? Parce que partir du concret n’a pas de limite, les hommes empiriques sont infinis en nombre, et Marx reprend à Hegel l’idée de mauvais infini là où à la définition se substitue un classement. Il y a ceci et ceci, et ceci, puis on essaye de classer, en détachant un critère plus ou moins arbitraire de classement qui ne rend pas bien compte de la diversité et ne fait que répéter le donné, trouvant source d’explication dans l’économie, la forme sociale ne pouvant s’expliquer par elle-même, donc par une sociologie, ou à tout le moins dans une sociologie qui se voudrait indépendante de l’économie politique.

  • 21 « Introduction à la critique de l’économie politique », Textes sur la méthode de l’économie politi (...)

15Si l’on se réfère au commencement du Capital, on y voit développées les évolutions de la forme-valeur, le passage renvoyant sans que cela soit mentionné à cet endroit à la fameuse phrase de l’Introduction de 1857, non publiée du vivant de Marx, disant que « l’anatomie de l’homme est une clé de l’anatomie du singe »21 : c’est dans une forme plus développée de la forme-valeur que peuvent se lire les formes moins développées. La valeur économique prend une forme sociale, et le social ne trouve forme que dans les déterminations et mouvements de la valeur économique. On pourrait dire que la valeur est le fond de la forme sociale, si le fond n’avait lui-même une forme, et si les formes économico-sociales ne se lisaient finalement les unes dans les autres, les unes aussi par rapport aux autres, dialectiquement au début du livre I du Capital, ce qui ne présume pas que la dialectique serait partout dans Marx. La forme-valeur simple correspond au troc, « x marchandise A vaut y marchandise B, 20 aunes de toile valent 1 habit » la quantité dépensée de force de travail constituant, au bout du compte, en dernière instance, théorie classique de la valeur, l’essence de la comparaison, les types de société correspondant à cette détermination simple pouvant être divers car la circulation de marchandise peut être diversifiée donnant des équivalences multiples, 1 habit pouvant être équivalent à 1 livres de blé, à 40 livres de café, à 1 quarter de blé, et à 2 onces d’or, la logique d’évolution de cette société sera de se diriger vers la détermination d’une forme-équivalent puisque une marchandise parmi d’autres peut servir de référence, donc d’unité. Si cette forme-équivalent n’existe pas encore, la société ne sera pas la même que lorsqu’elle existe. Les marchandises, leur production et leur circulation, de façon moindre aussi leur consommation sont le secret de la forme sociale. Dites-moi comment se fait la production, quelles marchandises circulent, comment elles circulent, mais la circulation est déjà pour une part expliquée dans la production, quelles techniques existent, mais la production permet déjà de les cerner, et je vous dirai quelle « psychologie sociale » existe, et même quel type de droit, de politique, voire d’art, même si l’existence peut porter des contingences en regard de l’essence. La forme-équivalent est la porte ouverte à la venue de la monnaie, moment où deux marchandises qui ont leur temps de production : l’argent et l’or, qui se détachent pour fonder-former l’équivalence générale, entraînant dans leur apparition toute une psychologie, une vie sociale particulière marquée par la soif de l’or qui n’est pas née avec le capitalisme et que celui-ci n’a fait que modifier, la développant sous une autre forme que la simple avarice : l’Harpagon de Molière ne pense pas à investir dans la valeur d’échange pour la valeur d’échange. Avec la forme-équivalent apparaît la forme-prix qui est, en quelque sorte, plus sociale qu’économique, elle marque une illusion en regard de la réalité, elle fait croire à la valeur qu’on pourrait dire « en soi » d’une marchandise, à une valeur immanente elle-même, faisant disparaître la quantité de travail, elle peut expliquer ce que Marx a décrit comme la fascination du petit bourgeois devant le grand, comme si le prix des objets était attaché aux objets eux-mêmes possédés par le bourgeois, et comme si la grandeur du prix des objets possédés faisait la grandeur de l’homme. Le monde social est un monde magique, l’homme y est un sorcier pour l’homme parce que les hommes sont pris dans le fétichisme de la marchandise, et finissent par donner plus de prix à un homme parce qu’il possède des objets de prix. La valeur des hommes devient, dans le regard, proportionnelle à la valeur des choses qu’ils ont, et le fétichisme peut expliquer pourquoi ils ne se révoltent pas mais contemplent les dieux de façon contemporaine dans les magazines dits « people », avec bien plus d’admiration que même d’envie. Le rapport social est une déformation du rapport de production, une fantasmagorie qui croit que le fond de la caverne est bien moins vrai que l’éclat des gens « au soleil », qui apparaissent comme les lumières du monde alors que, pourtant, tout se fait dans la cave.

16Ce qui caractérise les sociétés ce ne sont pas leurs formes sociales, mais celles-ci se réduisent à leurs formes économiques : troc, monnaie, commerce, production pour la valeur d’échange qui caractérise le capitalisme. Sur les formes économiques se greffent des formes sociales d’individualités, mais elles ne deviennent sociales que parce que ce sont des formes économiques rapportées à des individus.

17Le social est donc subsumé sous l’économique comme lieu du rapport à la richesse, à sa répartition, et aux activités de production.

18Il reste que le sens des termes de « correspondance » de « reprise », de « répétition » n’a pas été assez élucidé. Une élucidation à partir du problème des classes doit être tentée.

II. Les classes, de l’économique au politique, en passant par le social

19Développons rapidement quatre points en suivant les quatre textes où Marx aborde cette question des classes.

  • 22 Le Capital, livre III, T. III, chap. LII : « Les classes », Paris, Édit. Sociales, 1974, trad. de (...)

201) Il faut commencer par ce qui constitue d’un point de vue chronologique le dernier de ces textes et qui tout simplement clôt le livre III du Capital : « Qu’est-ce qui constitue une classe ? La réponse découle tout naturellement de la réponse à cette autre question : qu’est-ce qui fait que les ouvriers salariés, les capitalistes et les propriétaires fonciers constituent les trois grandes classes de la société ? » Marx ne nomme donc pas de classe moyenne, et répond à sa propre question ainsi : « à première vue c’est l’identité des revenus et des sources de revenus. Nous avons là les trois groupes sociaux importants dont les membres, les individus qui les constituent, vivent respectivement du salaire, du profit et de la rente foncière, de la mise en valeur de leur force de travail, de leur capital et de leur propriété foncière. » Puis tout se dissout : « cependant de ce point de vue, les médecins et les fonctionnaires par exemple constitueraient eux aussi, deux classes distinctes, car ils appartiennent à deux groupes sociaux distincts, dont les membres tirent leurs revenus de la même source. Cette distinction s’appliquerait de même à l’infinie variété d’intérêts et de situations (die unendliche Zersplitterung der Interessen und Stellungen) que provoque la division du travail social, à l’intérieur de la classe ouvrière, de la classe capitaliste et des propriétaires fonciers »22. Marx part d’un élément le revenu et l’origine du revenu, puis alors d’autres classes semblent apparaître, qui se diversifient suivant la division du travail, comme s’il y avait, finalement, une inconsistance de la notion de classe, mais alors le texte, qui est d’un brouillon, s’interrompt, inachevé ; Marx ne l’a pas repris pour le développer.

  • 23 L’Idéologie allemande, p. 60-61, MEW, Bd. III, p. 53-54, trad. Légèrement modifiée, les italiques (...)

212) Le deuxième texte se trouve dans la jeunesse, dans L’Idéologie allemande, et c’est le plus important : « les individus isolés ne forment une classe que pour autant qu’ils doivent mener une lutte commune contre une autre classe ; pour le reste, ils se retrouvent ennemis dans la concurrence. Par ailleurs, la classe devient à son tour indépendante à l’égard des individus (verselständigt sich die Klasse wieder gegen die Individuen), de sorte que ces derniers trouvent leurs conditions de vie prédestinées (prädestiniert), reçoivent de leur classe, toute tracée (angewiesen), leur position dans la vie (Lebenstellung) et du même coup leur développement personnel (Persönliche Entwicklung) ; il sont subordonnés à leur classe […] cette subordination à leur classe devient en même temps la subordination à toutes sortes de représentations (Vorstellungen) »23. Il n’existe donc que des individus, ceux-ci ont, en premier, une vie économique, en laquelle ils sont, surtout sous le capitalisme, en concurrence les uns avec les autres, « ennemis » même. La classe est politique : elle ne se forme que lorsque l’unité d’intérêt se fait, face à l’adversaire, elle relève donc d’un accord explicite ou implicite dans la lutte qui oblige à rejoindre des gens que parfois l’on déteste pour combattre avec eux. Mais le texte bascule et n’en demeure ici ni à la classe comme groupe de lutte des classes, ni à l’idée d’une interaction réciproque qui formerait la société, il révèle un « social » et constitue l’un des seuls, sinon le seul, endroit dans l’œuvre de Marx, où il apparaît en tant que tel : différent du politique, différent de l’économique. La classe constitue donc une réalité sociale qui recouvre l’individu, il faut remarquer que le social demeure ici une dissimulation de l’économique, d’un économique, qui dans le capitalisme, va jusqu’à dissimuler l’individu à lui-même, à lui faire perdre son individualité, qui ne surgit plus que par instants, pour devenir sa place économique qui a besoin de représentations sociales pour être tenues. Marx n’affirme pas l’existence d’habitudes de classe, elles peuvent, bien sûr, exister, mais elles ne semblent toucher chez lui que des formes de conscience, sans mettre en jeu l’être de l’individu. Encore une fois, lorsqu’il est dit que « l’être social détermine la conscience », la conscience n’est pas l’individu, et sans doute pour Marx les habitudes ou habitus de classe sont vite dérangés lorsque l’économique ou le politique en quelque sorte le nécessitent. La représentation peut contredire l’action, ou vice-versa, c’est d’ailleurs la caractéristique de vie du bourgeois, le plus souvent aussi poli, policé par sa classe, que brutal. Le social, objet de la sociologie, plus tard que Marx, dit, si l’on tente de suivre ce même Marx, ce qu’est le monde à l’envers, elle croit souvent qu’elle le dit à l’endroit, mais c’est qu’elle ordonne les idéologies, représentations déformées des formes de vécu, et lorsqu’elle ramène ces formes à des catégories économiques, qui pour être logiques n’en sont pas moins existantes, elle pourrait être dite «sociologie marxiste ».

  • 24 L’Idéologie allemande, p. 61.

22Il n’est pas avéré qu’il n’y ait pas là un problème à dire que le « social » ne porte que sur la conscience et non pas sur l’être. Lorsque Marx affirme dans ce même passage que « les mêmes conditions, la même opposition, les mêmes intérêts devaient grosso modo, faire naître les mêmes mœurs (gleiche Sitten) partout » 24, et que ces conditions deviennent des formes, en quelque sorte, de prédestination, sans doute entend-il, malgré tout, comme nous l’avons voulu marqué, que le changement économique est dans la vie de l’individu capable de lui faire modifier ses « représentations », jusqu’à le rendre, par exemple, radical dans la revendication politique, mais, peut-être Marx et le marxisme n’ont-ils pas été assez attentifs à la force du « social », que Hegel, et toute une sociologie est sa fille, faisait peser sur l’être et non pas, seulement sur les représentations.

  • 25 Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, Paris, Édit. Sociales, 1969, p. 126.
  • 26 Ibid., p. 127.
  • 27 Ibid.

233) Le passage du 18 brumaire de Louis Bonaparte sur les paysans de l’époque constitue le troisième texte : ces paysans forment-ils une classe ? « Leur mode de production les isole les uns des autres, au lieu de les amener à des relations réciproques »25, mais « dans la mesure où des millions de familles paysannes vivent dans des conditions économiques qui les séparent les unes des autres et opposent leur genre de vie, leurs intérêts et leur culture à ceux des autres classes de la société, elles constituent une classe »26. L’argumentation bascule « mais elles ne constituent pas une classe dans la mesure où il n’existe entre les paysans parcellaires qu’un lien local où la similitude de leur intérêts ne crée entre eux aucune communauté, aucune liaison nationale ni aucune organisation politique », il faut poursuivre : « c’est pourquoi ils sont incapables de défendre leurs intérêts de classe en leur propre nom, soit par l’intermédiaire d’un Parlement, soit par l’intermédiaire d’une Assemblée. Ils ne peuvent se représenter eux-mêmes, ils doivent être représentés »27, classe à cause des conditions économiques, classe parce que les uns et les autres sont en opposition à d’autres classes, mais finalement ne formant pas une classe car ne se constituant jamais vraiment en groupe politique : la représentation des paysans passe dans quelqu’un d’autre, tout se passe comme si le terme « représentation » avait deux sens : représentation politique et se représenter à soi-même.

24Tous les textes du 18 Brumaire et Luttes de classes en France vont avoir pour métaphore de pensée le théâtre, la comédie, comme si le politique était le théâtre de l’économie, sa mise en représentation, mais qui n’est pas la même pour toutes les classes. Entre le politique et l’économique vont se dresser des portraits sociaux.

  • 28 Ibid., p. 67.

25Le politique va apparaître surtout pour ce qui est de la classe moyenne, classe en fait essentiellement politique, le politique refoulant l’économique notamment dans l’usage permanent, sur la scène politique, de l’effet de phrase : grandiloquence, poésie, Lamartine, Hugo, 1848 est aussi littéraire, et marque, plus que tout autre événement, l’arrivée des avocats en politique, l’arrivée des professeurs ; Marx aura, pour eux, cette formule : chez eux la forme excède le contenu. Le bourgeois, le vrai, n’est pas dans la phrase : il est dans l’argent, le gain, et la répression, politique il tend à être l’économique, il n’est pas beaucoup social, le prolétaire est économique dans le quotidien, il souffre, politique quand il se bat, juin 1848 : le contenu déborde la phrase, l’affrontement économique est devenu politique : le roi est nu. Le social est dans l’ordre de la représentation, du reflet, de la réflexion, il est, dans le fond, surtout petit bourgeois, comme le politique quand il n’est pas l’affrontement brutal de la révolution, un texte est important, du 18 Brumaire : « les régimes parlementaire vit de la discussion…chaque intérêt, chaque institution sociale y sont transformés en idée générales, discutés en tant qu’idées »28, des professions ont une propension à la littérature, à se représenter non plus comme individu, mais comme idée, cela traverse toutes les couches de la population, mais plus ou moins. Le social comme lieu intermédiaire entre l’économique et le politique, lieu de la représentation, où l’on se représente, a de lui-même quelque chose à voir avec le roman, il l’appelle, il est déjà roman, comédie au sens de se représenter soi-même à soi-même, mais la représentation est dans la sphère de l’imagination, pour celui qui a le temps et le moyen intellectuel de s’imaginer, de se « romancer », de se parler, de passer dans les mots, ce que toutes les couches sociales font, plus ou moins.

26L’on sait que Marx admirait inconditionnellement Balzac qu’il cite cependant peu : mais le social est certainement pour lui une « comédie humaine », qui peut être souvent une tragédie.

  • 29 Manifeste du parti communiste, Paris, Édit. Sociales, 1972, p. 43.

274) Mentionnons le Manifeste avec sa vision fonctionnaliste des classes, « la bourgeoisie a joué un rôle révolutionnaire dans l’histoire », mais existent d’abord des « ouvriers isolés », ce qui vient de leur concurrence, se rassemblent pour des luttes, à ce moment ils forment classe. Remarquons que Marx dit : « le prolétariat se recrute dans toutes les classes de la société »29. Agents économiques, ils ne deviennent classes qu’en se faisant politiques, politiques révolutionnaires.

28Le social est présent, mais mentionné, non décrit. Lorsqu’il est abordé, il semble bien entre l’économique et le politique, comme étant de l’ordre de la conscience, en tant que celle-ci est représentation. Le social aurait donc toujours à voir avec l’idéologique, entendant par là la déformation spéculative de la réalité économique et politique des hommes, comme si l’économique et le politique avaient toujours tendance, sauf en certains moments événements, à se dissimuler, à se « fictionner », à se « romancer », à se « philosopher », à se « jouer », à ne pas « apparaître ». Le social chez Marx ce sera des portraits littéraires, philosophiques, hégéliens, Hegel décrit bien la surface, sans voir le fond économique : il faut le remettre à l’endroit, mais il est avec Balzac, le grand homme du social. Dans le monde moderne, pour Hegel, Philosophie du droit, que Marx jeune a commenté, la subjectivité est comédie, hypocrisie, parce qu’elle est la subjectivité, si subjectivité il y a l’homme est acteur en son fond. Il n’est acteur, pour Marx, que parce qu’il ne se supporte pas, ne supporte pas vraiment sa position économique dominée, et qu’il la déforme. Le social chez Marx, il se voit dans le surgissement, au détour de l’écriture, de don Quichotte, par exemple, du Neveu de Rameau de Diderot : déformant, embellissant, notre position économique, nous voyons presque tous dans des moulins à vent, des chevaliers, des contes, et n’aimons pas que quelqu’un dévoile brutalement, tel le Neveu, l’hypocrisie qui voile les rapports de production sous des relations bien « sociales ».

III. Le social

29Lorsqu’il décrit le monde ouvrier dans Le Capital Marx décrit des conditions économiques de vie mais jamais une identité collective de classe, au chapitre X du livre I nommé La Journée de travail, où est écrite la vie des travailleurs à la manufacture, sont repris les rapports des inspecteurs anglais, surtout sur le travail des femmes et des enfants, nommés toujours par leur nom propre. La souffrance n’est jamais vraiment celle d’une classe mais toujours celle d’individus, même s’il est possible qu’ils forment classe. La description porte toujours sur des conditions de travail, jamais vraiment sur des manières de penser, de voir, de percevoir.

  • 30 Enquête ouvrière, dans Œuvres de Marx, Paris, Gallimard, coll. La Pléiade, 1965, T. I, Économie, p (...)
  • 31 Marx, une philosophie de la réalité, Paris, Gallimard, coll. Tel, 1976.

30Dans l’enquête ouvrière de 1880, dont Marx fait le questionnaire, des demandes sont faites sur les conditions de vie et sur les conditions de travail, mais il n’est pas posé de questions sur les manières de percevoir et de penser, sur les cent questions posées aucune ne porte sur ces manières : « eux seuls peuvent décrire en toute connaissance de cause les maux qu’ils endurent… eux seuls et non des sauveurs providentiels, peuvent appliquer énergiquement les remèdes aux misères sociales dont ils souffrent, nous comptons aussi sur les socialistes de toutes les écoles qui, voulant une réforme sociale, doivent vouloir une connaissance exacte et positive des conditions dans lesquelles travaille et se meut la classe ouvrière, la classe à qui l’avenir appartient »30, l’usage ici du mot classe n’implique pas que soit désignée une manière de penser commune, la classe est, comme donc presque toujours, politique bien plus que sociale, et même si sont présupposées des conditions économiques de vie à peu près communes. Ces conditions économiques sont toujours pour Marx des conditions individuelles de vie qui sont celles d’un individu bien particulier qui ressent les souffrances au plus profond de lui-même comme Michel Henry l’a si bien montré31.

  • 32 La Situation de la classe laborieuse en Angleterre, Paris, Édit. Sociales, 1975, trad. G. Badia et (...)
  • 33 Ibid., p. 104.

31Antérieurement Engels, dans La Situation de la classe laborieuse en Angleterre, avait lui aussi parlé essentiellement des conditions économiques de vie, ainsi avait-il écrit dans la préface que « la connaissance des conditions de vie du prolétariat est une nécessité absolue si on veut assurer un fondement solide aux théories socialistes »32. Il s’efforce de dresser un constat objectif, une note mentionne comme au passage le décalage pouvant exister entre l’économique et le social, décalage qui semble suggérer qu’il faudrait aller plus loin pour rendre compte de ce social que de le voir comme simplement l’économique porté à la représentation, comme s’il ne s’agissait plus de représentations mais de la création d’un nouvel être : « en un mot, dans les logements ouvriers de Manchester il n’y a pas de propreté, pas de confort, et donc pas de vie de famille possibles ; seule une race déshumanisée, dégradée, rabaissée à un niveau bestial, tant du point de vue intellectuel que du point de vue moral, physiquement morbide, peut s’y sentir à l’aise et s’y retrouver chez soi »33. Tout se passe comme si, à cet endroit, Engels entamait une description précise du réel de l’aliénation indiquée théoriquement par Marx dans les Manuscrits de 1844, mais cette description ne sera jamais véritablement reprise dans les textes des deux amis.

32Il demeure que le social, chez Marx en tous les cas, n’apparaîtra vraiment que comme un jeu de portraits, à mi-chemin de Hegel et de Balzac, sortes d’idéaux-types, d’existentiaux, n’empêchant pas la singularité de chaque individu, mais qui dessinent les schèmes des classes sociales.

  • 34 Manifeste du parti communiste, p. 43.

33Portrait du bourgeois dans le Manifeste, direct et brutal, son despotisme : « mesquin, odieux, exaspérant »34, l’emportement du capital faisant que tous peuvent se retrouver prolétaires, la destruction d’entreprises et d’emplois faisant que chacun, sous cet ère, peut se retrouver complètement démuni, étant toujours exploité, même lorsqu’il n’est pas démuni. Le prolétariat n’est pas une classe sociale, même si des classes véritablement sociales ont tendance à se former comme « habitus » des mœurs, conduisant les représentations des individus qui peuvent comme se briser lors des destructions économiques.

  • 35 Lettre à Annenkov du 28 décembre 1846, Correspondance Marx-Engels, T. I, p. 458.

34Portrait du petit bourgeois dont Proudhon est le schème : « dans une société avancée, se fait d’une part socialiste, de l’autre part économiste, c’est-à-dire il est ébloui de la magnificence de la haute bourgeoisie et sympathise aux douleurs du peuple. Il est en même temps bourgeois et peuple. Il se vante dans le for de sa conscience d’être impartial, d’avoir trouvé le juste équilibre, qui a la prétention de se distinguer du juste milieu. Un tel petit bourgeois divinise la contradiction, car la contradiction est le fond de son être. Il n’est que la contradiction sociale mise en action »35, en quelque sorte la contradiction économique mise en action, c’est, pour le petit-bourgeois, son social. Il reconnaît, avec le bourgeois la validité théorique de l’économie politique bourgeoise, qui, pour lui aussi, devient science, et voudrait atténuer les misères que la politique de cette économie nécessite, ce qui est quasiment impossible une fois qu’elle est appliquée. Le petit-bourgeois rêve toujours, au fond, d’être un grand bourgeois charitable.

  • 36 Manuscrits de 1844, p. 75-76.

35Portrait du noble propriétaire foncier : dans les Manuscrits de 1844, Marx semblant bien s’accorder avec la description donnée par une partie de l’économie classique qui s’oppose à la noblesse comme celle-ci s’oppose à la bourgeoisie, Marx donnant une vision dialectique des deux à la manière hégélienne. Si le noble voit dans le bourgeois un enrichi présomptueux, il est décrit, par l’adversaire, portrait avec lequel visiblement Marx s’accorde : « comme un don Quichotte, qui sous l’apparence de la droiture, de l’honnêteté, de l’intérêt général, de la permanence », en vérité il « cache son impossibilité à se mouvoir, son désir cupide de plaisir, l’égocentrisme, l’intérêt particulier, la mauvaise intention. Elle déclare qu’il est un monopoliste rusé ; ses réminiscences, sa poésie, son enthousiasme, elle les estompe sous une énumération historique et sarcastique de l’abjection, de la cruauté, de l’avilissement, de la prostitution, de l’infamie, de l’anarchie, de la révolte, dont les châteaux romantiques étaient les officines »36.

  • 37 Les Luttes de classes en France 1848-1850, Paris, Édit. Sociales, 1974, p. 84.
  • 38 Ibid., p. 139.

36Portrait du paysan : « maladroit et rusé, gredin et naïf, lourdaud et sublime, superstition calculée, burlesque pathétique, anachronisme génial et stupide, espièglerie de l’histoire mondiale, hiéroglyphe indéchiffrable pour la raison des gens civilisés […] barbarie au sein de la civilisation »37, il « veut faire prévaloir fanatiquement la propriété imaginaire, le droit de propriété »38.

  • 39 Ibid., p. 42.
  • 40 Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, Paris, Édit. Sociales, 1969, p. 68.
  • 41 Ibid., p. 76.

37Portrait du financier vaguement aristocrate : « dans son mode de gain, comme dans ses jouissances, n’est pas autre chose que la résurrection du Lumpen proletariat dans les sommets de la société bourgeoise »39, et dans le 18 brumaire : « offrir et emprunter de l’argent, c’est à cela que se réduit toute la science financière du sous-prolétariat, qu’il soit de condition distinguée ou de condition commune » 40, et plus loin le financier voyou se trouve classé comme : « rebut, déchet », déchet qui écume « toutes les classes de la société »41. Ce financier ressemble au « joueur », au « souteneur », au « pickpocket », etc. ; plèbe du prolétariat, capable de tout, sans conscience de classe, propre à la corruption et se donnant au plus offrant.

  • 42 Ibid., p. 71, les italiques sont de nous.
  • 43 Correspondance Marx-Engels, T. VII, Paris, Édit. Sociales, 1979, trad. sous la resp. de G. Badia e (...)
  • 44 Ibid., p. 6.

38Il demeure que dans L’Idéologie allemande Marx parle de la classe qui compose l’individu, la description de cette classe et de cet « esprit » de classe est absente dans l’œuvre, n’est que quelque peu décrite la petite-bourgeoisie empreinte par nature sociale de théâtralité. Peut-être se tient là un problème porté par l’œuvre de Marx et par le marxisme, problème que Bourdieu n’a pas été sans voir. Le social n’est-il que l’économique venu à la représentation dans ou par la conscience ? La question mérite sans doute d’être posée si l’on se réfère à quelques passages de Marx, et de Engels, où le social finit par sembler si fort qu’il paraît déborder son explication par la base économique, ainsi la caractérisation des ouvriers français en 1850 : « les ouvriers renonçaient à être une classe conquérante, ils s’abandonnaient à leur sort, prouvant que la défaite de juin 48 les avait rendus, pour des années, impropres à la lutte, et que le processus historique devait se poursuivre par-dessus leur tête »42. Ou encore la Lettre d’Engels du 8 avril 1863 : « toute énergie révolutionnaire s’est pratiquement évaporée dans le prolétariat anglais, le prolétaire anglais se dit parfaitement d’accord avec la domination de la bourgeoisie43 » ou encore la lettre de Marx à Becker du 26 février 1862 : « la racaille qui peuple les (associations de travailleurs) […] ces allemands, jeunes et vieux, ne sont que des individus suffisants, terre à terre, à l’intelligence pratique, et qui prennent les gens comme vous et moi comme des têtes folles, des esprits immatures, toujours pas guéris de leurs chimères révolutionnaires […] l’imbécillité satisfaite de ces types, pour laquelle la presse, cette presse à faire pleurer, constitue un extraordinaire élixir de vie, dépasse tout ce qu’on peut imaginer. Ajoutez à cela leur veulerie – la trique, voilà le seul moyen de ressusciter le Michel allemand, qui est devenu un paillasse impulsif et insipide depuis qu’il a perdu ses illusions philosophiques », « l’Allemagne, une nursery de blancs-becs décrépits et blasés »44.

39Peut-être a-t-on sous-estimé la force des représentations ? Peut-être n’a-t-on pas assez vu qu’il pouvait y avoir une certaine autonomie du social en regard de l’économique qui empêchait de bouleverser facilement l’économique ? Ne pas sous-estimer cette possible autonomie n’enlèverait rien à la lutte des classes, mais peut-être modifierait quelque peu la manière de la mener ?

Haut de page

Notes

1 Magazine Capital, hors-série n° 18, mai-juin 2012, Les 30 génies de l’économie.

2 L’Idéologie allemande, trad. présentée par G. Badia, Paris, Édit. Sociales, 1968, p. 467, la réédition de 1974 maintient le mot « sociologie », p. 430, celle de 2012 reprend celle de 1974, la même erreur est donc reconduite ce qui, bien sûr ne doit pas empêcher de se réjouir de cette réédition, l’édition allemande dit : « Sancho, der bei dieser Gelegenheit einen verstohlenen Blick in die Zoologie wirft », Marx-Engels Werke, Dietz Verlag, Bd III, p. 410, désormais désignée par MEW.

3 Ibid., p. 531, édit. 1968, p. 492 édit. de 1974, MEW, bd III, p. 470.

4 Lettre du 7 juin 1866 à Engels, dans Correspondance Marx-Engels, trad. sous la resp. de G. Badia et J. Mortier, Paris, Édit. Sociales, 1981, T. VIII, p. 278 : « comme sectateurs de Proudhon (mes très bons amis d’ici, Lafargue et Longuet sont aussi de ce nombre), qui pensent que toute l’Europe va et doit rester tranquillement assise sur son cul jusqu’à ce que Messieurs les Français aient supprimé « La misère et l’ignorance » tout en souffrant eux-mêmes de cette dernière en raison inverse du tapage qu’ils font avec leur « science sociale », ils sont grotesques », les expressions en italiques sont en français dans le texte de Marx.

5 L’Idéologie allemande, édit 1974, désormais citée, p. 485, MEW, bd 3, p. 463.

6 La Phénoménologie de l’esprit, Paris, édit. Aubier-montaigne, trad. Hippolyte, p. 52 s.

7 Travail salarié et capital, Paris, Édit. Sociales, 1969, p. 29.

8 Manuscrits de 1857-1858, « Grundrisse », Paris, Édit. Sociales, 1980, trad. sous la resp. de J-P. Lefebvre, T.I, p. 205, MEW Bd. 42, p. 189.

9 Contribution à la critique de l’économie politique, Paris, Édit. Sociales, 1972, trad. M. Husson et G. Badia, p. 4, les italiques sont de nous.

10 Ibid.

11 P. 21, MEW, Bd. 3, p. 27.

12 Ibid., p. 21.

13 Ibid., p. 14 : « nous ne connaissons qu’une seule science, celle de l’histoire ».

14 Ibid., p. 28, MEW, Bd 3, p. 29-30.

15 Manuscrits de 1844, Paris, Édit. Sociales, 1969, trad. Bottigelli, p. 94.

16 Misère de la philosophie, Paris, Édit. Sociales, 1972, p. 119.

17 Le Capital, livre I, Paris, PUF, coll. « Quadrige », trad. sous la resp. de J.-P. Lefebvre, 1993, p. 417-418, en note.

18 Manuscrits de 1844, p. 62.

19 L’Idéologie allemande, p. 32, MEW, Bd. 3, p. 33.

20 Lettre du 28 décembre 1846, dans Correspondance Marx-Engels, T. 1, Paris, Édit. Sociales, 1977, trad. sous la resp. de G. Badia et J. Mortier, p. 455.

21 « Introduction à la critique de l’économie politique », Textes sur la méthode de l’économie politique, édit. bilingue, Paris, Édit. Sociales, 1974, trad. J.-P. Lefebvre, p. 171.

22 Le Capital, livre III, T. III, chap. LII : « Les classes », Paris, Édit. Sociales, 1974, trad. de C. Cohen-Solal et G. Badia, p. 259-260, MEW, Bd. XXVI, p. 892-893.

23 L’Idéologie allemande, p. 60-61, MEW, Bd. III, p. 53-54, trad. Légèrement modifiée, les italiques sont de nous.

24 L’Idéologie allemande, p. 61.

25 Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, Paris, Édit. Sociales, 1969, p. 126.

26 Ibid., p. 127.

27 Ibid.

28 Ibid., p. 67.

29 Manifeste du parti communiste, Paris, Édit. Sociales, 1972, p. 43.

30 Enquête ouvrière, dans Œuvres de Marx, Paris, Gallimard, coll. La Pléiade, 1965, T. I, Économie, p. 1527.

31 Marx, une philosophie de la réalité, Paris, Gallimard, coll. Tel, 1976.

32 La Situation de la classe laborieuse en Angleterre, Paris, Édit. Sociales, 1975, trad. G. Badia et J. Frédéric, p. 31.

33 Ibid., p. 104.

34 Manifeste du parti communiste, p. 43.

35 Lettre à Annenkov du 28 décembre 1846, Correspondance Marx-Engels, T. I, p. 458.

36 Manuscrits de 1844, p. 75-76.

37 Les Luttes de classes en France 1848-1850, Paris, Édit. Sociales, 1974, p. 84.

38 Ibid., p. 139.

39 Ibid., p. 42.

40 Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, Paris, Édit. Sociales, 1969, p. 68.

41 Ibid., p. 76.

42 Ibid., p. 71, les italiques sont de nous.

43 Correspondance Marx-Engels, T. VII, Paris, Édit. Sociales, 1979, trad. sous la resp. de G. Badia et J. Mortier, p. 150.

44 Ibid., p. 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Touboul, « Le social chez Marx », Le Portique [En ligne], 32 | 2014, document 1, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://leportique.revues.org/2715

Haut de page

Auteur

Hervé Touboul

Hervé Touboul est maître de conférences en philosophie à l’Université de Franche-Comté, laboratoire des Logiques de l’agit, EA 2274. Il a publié Marx/Engels et la question de l’individu (2004), Chemins de Marx (2010), Marx avec Hegel (2010).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org