Navigation – Plan du site
Recensions

Ethno-Roman

Jenna Strzykala
Référence(s) :

Paris, Éditions Grasset, 2012, 381 pages.

Texte intégral

1Une prose fluide, une écriture simple mais recherchée, un vocabulaire imprégné d’une vie d’homme, d’immigré, d’intellectuel, de diplomate, de chercheur, de psychanalyste : voilà les outils avec lesquels Tobie Nathan se raconte, lui, sa vie, sa carrière, sa science.

2À travers un récit chronologique articulé autour des différents rôles et statuts qui ont forgé la personne de Tobie Nathan, l’auteur nous propose une autobiographie de ce juif égyptien mélancolique mais réfléchi, passionné très tôt par la psychanalyse freudienne qu’il ne comprendra véritablement que très tard et à qui ni l’école, ni l’université n’ont appris grand chose.

3De rencontre en rencontre, de discussion en discussion, de débat en débat, Tobie Nathan étudiant projette à son lecteur le film de ses années passées entre la Sorbonne et sa cité en banlieue parisienne, marquées par les évènements de mai 1968 et un penchant prononcé pour les idées d’extrême gauche, les échecs et la psychanalyse. Ce sont de grands noms de la sociologie française du xxe siècle comme de la psychologie et de la psychiatrie qui tiennent les rôles principaux de ce film. Du côté des ennemis, peu de noms sont expressément cités mais tous demandent au lecteur de se positionner face aux choix théoriques et conceptuels de l’auteur. Du côté des héros, citons avant tout Georges Devereux, personnage emblématique, dérangeant, aux mille voyages. Directeur de thèse de Nathan, ce caractère accompli et tout à l’opposé des convictions personnelles et politiques de son thésard fonde le début de la carrière académique de celui-ci en le formant à l’anthropologie et à la psychologie clinique.

4Ponctué de récits-intercalaires en italiques relatant des rencontres ultérieures de Tobie Nathan ethnologue avec ces chamanes, guérisseurs et sorciers à la base de la théorie ethnopsychiatrique de l’auteur, le texte qu’il nous propose est finalement un roman d’initiation tout autant qu’une collection de souvenirs et d’épisodes très personnels qui ont construit le personnage.

5Car au-delà de son initiation autodidacte à la psychanalyse et des approfondissements sociologiques et psychologiques que lui ont offerts l’Univer­sité, mais surtout les cercles d’études estudiantins et les séances sur le divan improvisées entre amis, Nathan relate, sur une trame beaucoup plus intime, l’histoire de sa famille et les péripéties tragiques de tout un peuple, celui des juifs d’Égypte. Comme il le fait dans sa clinique des populations migrantes, Nathan dissèque et déploie sa propre trajectoire et celle de sa famille, de ses ancêtres et de ce peuple dilué dans un exil silencieux à la lumière de leur contexte culturel, social et historique.

6Ethno-roman, c’est aussi la bibliographie de la vie de Nathan qui, telle la bande sonore d’un film muet, encadre et explique les événements-piliers de la vie de l’auteur, les anticipe et les éclaire à postériori. Lectures imposées, lectures découvertes, textes fondateurs, auteurs contemporains, écoles contestées et théories de longue portée pour les concepts de Nathan, lire ce qu’il a lu c’est retracer la formation de tout un domaine de recherche qu’est l’ethnopsychiatrie.

7En définitive, Nathan fournit ici, comme il a pu le dire à propos de Freud, « toutes les réponses aux questions que nous ne nous posions pas » mais qui permettent néanmoins au lecteur de comprendre la construction personnelle, professionnelle et académique de cet esprit qui a marqué le paysage anthropologique d’une pratique et d’une théorie propres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jenna Strzykala, « Ethno-Roman », Le Portique [En ligne], 30 | 2013, mis en ligne le 11 octobre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://leportique.revues.org/2651

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org