Navigation – Plan du site
La beauté des villes / La ville de l'étranger
La beauté des villes
2

L’enlaidissement du monde

The defacing of the world
„Die Welt wird immer hässlicher!“
Jean-Paul Dollé

Résumés

Jean-Paul Dollé décrit ici, dans une de ses dernières interventions publiques, la manière dont le capitalisme rend inévitablement le monde inhabitable.

Haut de page

Texte intégral

1Parler d’enlaidissement du monde exige qu’un certain nombre de termes et de notions soient précisés et explicités. Quand je parle d’enlai­dissement du monde je ne porte aucun jugement esthétique et ne me réfère à aucune définition du beau et du laid ; j’analyse l’état du monde et je caractérise une situation politique. Je reprends à mon compte le concept de monde élaboré par Hanna Arendt. Le monde, dit-elle, ce n’est ni la nature, ni l’univers, objet de la science. Le monde c’est le réseau des relations humaines, l’échange des paroles et des actes. Le monde c’est l’espace entre les hommes, le monde c’est l’espace de « l’inter hominescence ». Autrement dit pour Hannah Arendt le monde est un concept qui relève de la politique, en tant que le lieu de naissance de la politique est l’espace entre les hommes.

2Ma thèse, que je vais développer, est la suivante : la période historique que nous vivons, appelée à tort mondialisation, plus justement nommée glo­balisation, substitue au monde le marché – ou plus exactement tente tendanciellement de substituer l’un à l’autre. Dans ce processus de très long terme, débuté il y a quatre siècles, c’est-à-dire à l’orée du capitalisme, le monde, au sens Arendtien du terme, tend à s’effacer, ce qui entraine l’enlai­dissement de la terre.

3Ce processus se caractérise d’abord par ce que Walter Benjamin appelle dans « L’œuvre d’art à l’époque de la reproduction technique » « la dévalorisation de la chose » qui entraine la perte de l’« aura » des objets. Aux objets se substituent ce que l’on appelle couramment aujourd’hui des « produits ». Ce que Marx désigne sous le concept de « marchandise ». La marchandise n’est pas un objet, avec ses qualités et son usage, mais ce qui dans l’objet est susceptible d’être échangé avec un autre produit, qui lui confère une valeur d’échange dans le marché de l’échange. Ce qui vaut d’un objet, ce n’est pas lui, mais c’est son prix. Il y a une équivalence généralisée qui rend possible l’échange des produits. Un produit ne vaut pas par et pour lui-même mais par le prix qu’il acquiert dans le marché généralisé. Tous les objets deviennent alors des marchandises.

4Au cours de ce processus de marchandisation du monde, il n’y avait pas de raison que ce qui sert d’abri pour les hommes vivant sur terre, l’habitat, la maison, ne devienne pas un produit comme un autre. Dans n’importe quelle agence immobilière il est banal de parler de « produits », de « bons produits », c’est-à-dire de logements, d’habitats, dotés d’une bonne valeur marchande. Ce qui disparait ce n’est pas simplement l’habitat dans ce qu’il est en tant que tel, sa valeur d’usage, mais aussi ce qu’était, ce pourquoi était conçue, construite, la ville, remplacée par l’urbanisation.

5Ce processus d’urbanisation entraîne une double disparition : disparition de l’agriculture remplacée par l’industrie agroalimentaire, et portant disparition de la civilisation paysanne, effacement de ce qu’elle avait au long des siècles créé, le paysage, remplacé de plus en plus par les « parcs naturels » protégés. Disparition concomitante, ou du moins effacement et perte de ce qui s’appelait avant urbanité, qualité éminente, essentielle, de ce qu’on nommait ville, remplacée par l’urbanisme.

6L’urbanisme est la technique de l’aménagement de la terre à l’âge de la « dévastation de la terre », comme Heidegger caractérise notre temps. Quand le monde s’abolit dans le marché, il y a un processus de dévastation de la terre, ce que Nietzsche énonce « le désert croit ». Cette croissance du désert, cet effacement du monde, c’est cela que je désigne par l’enlaidisse­ment du monde. Ce processus, dans le moment présent de la globalisation, concerne la terre entière, les cinq continents ; Europe et USA bien sûr, mais aussi Chine, Inde, les pays du Moyen et du Proche-Orient. Portant la lèpre des bidonvilles, des ghettos, des lotissements, portant la destruction des sites et la prolifération des non lieux.

7Cet enlaidissement du monde redouble l’exploitation et l’oppression de tous les êtres humains, privés de travail et de toit. Pour eux, plongés dans un non monde inhospitalier, au sens propre l’immonde, qu’est ce qu’exister humainement, quand leur séjour sur terre consiste dans l’épreuve de l’inhabitable ? Cette expérience proprement ontologique de la vie biologique persistant aux portes de la mort, sans que cette vie soit à quelque instant bonne à vivre, interroge sur l’essence même d’un monde privé de beauté, cette « ardente promesse du bonheur ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Dollé, « L’enlaidissement du monde », Le Portique [En ligne], 28 | 2012, document 2, mis en ligne le 08 mai 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://leportique.revues.org/2567

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Dollé

Jean-Paul Dollé (1939-2011). Philosophe, professeur à l’École d’architecture de Paris La Villette, auteur de nombreux ouvrages, dont Le Désir de Révolution (1972), Voie d’accès au plaisir (1974), Fureurs de ville (1990) et L’Insoumis. Vies et légendes de Pierre Goldman (1997), aux Éditions Bernard Grasset.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org