Navigation – Plan du site
La beauté des villes / La ville de l'étranger

Présentation

Ahmed Boubeker et Benoît Goetz

Texte intégral

1Ce numéro du Portique comporte deux parties distinctes : « la beauté des villes » et « la ville de l’étranger ». Deux parties distinctes, mais non sans rapports comme en témoigne notamment la fin de l’article de Chris Younès : « L’expérience du beau, déconstruite en tant que norme et règle académique, se trouve ramenée à celle de l’étrangeté et de l’épiphanie des choses et des êtres en leur éclat, leur fragilité et leur coexistence ».

2La première partie reprend les travaux d’un colloque qui a eu lieu à Metz en Mars 2010 sur le thème : « Jacques-François Blondel et l’embellis­sement des villes ». Ce colloque organisé par Benoit Goetz comportait lui-même deux parties : l’une, historique, dont le texte d’Aurélien Davrius porte ici témoignage, l’autre, philosophique et architecturale, tournée vers la question de la beauté des villes aujourd’hui. Ce colloque a eu lieu avec le concours de la Mairie de Metz, de la Maison Lorraine de l’Architecture, de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy, du GÉRPHAU (Groupe d’étude et de recherche – Philosophie, Architecture, Urbain) et du Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales.

3Le deuxième dossier de cette livraison du Portique est consacré au thème de « la ville de l’étranger ». Il est issu d’un séminaire de recherche de l’ÉRASE, composante du Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales, animé par Ahmed Boubeker. L’idée originale du séminaire, qui se poursuit en 2012, serait d’explorer la question de l’exposition des différences dans sa dimension urbaine. Ce qui caractérise en effet l’expérience de la ville de l’étranger, c’est l’impossibilité d’échapper aux contacts mixtes ou de faire comme si les autres n’existaient pas. Simmel avait déjà souligné cette dimension essentielle de la figure de l’étranger, et ses héritiers de l’École de Chicago considéraient que ce n’est pas l’intégration mais la capacité de circuler, sortir de soi pour goûter à l’expérience de la diversité qui caractérise la ville. Tel le migrant, nous sommes des individualités exposées à l’autre dans notre vulnérabilité et notre situation politique consiste à apprendre à gérer cette exposition. La règle du séminaire était d’aborder ce thème de la « ville de l’étranger » en partant d’un auteur, et c’est ici, dans une perspective pluridisciplinaire, les apports de l’anthropologue Ulf Hannerz, du théoricien politique Antonio Gramsci et du romancier philosophe Michel Henry qui sont discutés. L’article du sociologue Alain Tarrius qui ne se réfère à aucun auteur particulier – encore qu’il est lui-même une référence dans le champ de la sociologie urbaine – permet de situer ce propos sur la ville de l’étranger dans le contexte de la globalisation dont la ville et la migration sont des analyseurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ahmed Boubeker et Benoît Goetz, « Présentation », Le Portique [En ligne], 28 | 2012, mis en ligne le 08 mai 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://leportique.revues.org/2564

Haut de page

Auteurs

Ahmed Boubeker

Ahmed Boubeker, sociologue, est professeur à l’université Paul Verlaine de Metz. Ses recherches portent sur les phénomènes migratoires, l’ethnicité et les nouvelles formes de construction du lien social. Il a publié, entres autres ouvrages, Les Mondes de l’ethnicité, Balland, 2003 ; Ruptures post­coloniales (codir.), La Découverte, 2010.

Articles du même auteur

Benoît Goetz

Benoît Goetz Professeur de Philosophie à l’Université Paul Verlaine de Metz. A publié : La Dislocation – Architecture et Philosophie, préface de Jean-Luc Nancy, Les Éditions de la passion Verdier, 2001. L’Indéfi­nition de l’architecture (avec Chris Younès et Philippe Madec), Éditions de la Villette, 2010. Théorie des Maisons, l’habitation, la surprise, Verdier, 2011.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org