Navigation – Plan du site
Catastrophe(s)?

Le Grand-Guignol dans l’air du temps

Agnès Pierron

Résumés

L’auteur rattache ici le théâtre d’épouvante, le « Grand-Guignol » au thème de la catastrophe. Elle montre également comment ce théâtre est « dans l’air du temps », en particulier dans certaines tendances de la musique contemporaine.

Haut de page

Texte intégral

1Le théâtre d’épouvante, le Grand-Guignol (1897-1962) 1 a massivement exploité les peurs de la Belle Époque et des Années Folles : peur du criminel, de la contagion, du savant fou, de l’étranger, du forain, de la grève, de la folie, de l’hérédité, des « monstres qui sont en nous », selon la formulation d’André de Lorde, le prince de la terreur.

2Il n’a pas manqué d’inscrire les catastrophes à son répertoire d’épouvante : catastrophes naturelles (coup de grisou, éruption d’un volcan, tempête), catastrophes liées au progrès (accidents d’automobiles et de chemin de fer, défaillances dans les pratiques médicales).

3Quelques titres : Terre d’épouvante, Le Rapide n° 13 et La Nuit rouge, L’Horrible Expérience.

4La catastrophe est quelque chose qui arrive, de manière imprévisible et selon certaines lois. C’est un concours de circonstances fatal. Comme on dit en Colombie où je suis intervenue dans le cadre d’une tournée de conférences en Amérique Latine sur le Grand-Guignol – à propos des enlèvements et des attentats : « il vaut mieux ne pas se trouver au mauvais moment, au mauvais endroit ».

5Ce dont on peut être sûr dans le registre d’un théâtre de la peur, c’est que cela ne peut que mal finir ; pas de happy end possible. L’enfer, c’est le huis-clos, et le huis-clos favorise la catastrophe. Les espaces sont toujours confinés (salle d’opération, cabine d’aiguillage, cargo, phare, mine, fumerie d’opium).

6Pour le metteur en scène, tout l’art consiste à faire monter le taux d’adrénaline du spectateur, à lui provoquer des sueurs froides et des palpitations. Jusqu’à la « réussite » finale, dans le meilleur des cas : l’évanouissement. À la grande époque, c’est-à-dire entre les deux guerres, le morceau de résistance (le grand drame) provoquait entre quatre et quinze évanouissements par soirée.

7Éclairages et bruitages simples mais efficaces sont mis à contribution. Le metteur en scène adopte les techniques du prestidigitateur : il attire l’attention du spectateur d’un côté, tandis que le danger arrivera de l’autre.

8La tension ne supporte aucune improvisation. Les pièces sont réglées comme du papier à musique pour une montée vers le grand frisson.

9La catastrophe coïncide avec le Temps. Elle n’est pas liée au temps qui coule, au temps biologique, à ce que l’on appelle, non sans ironie, « le long fleuve tranquille ». C’est le temps dans lequel s’inscrit une rupture. C’est un temps qui s’ouvre sur le vide.

10Un musicien comme John Zorn a créé, en se référant explicitement au Grand-Guignol (en 1991), des dérapages, des catastrophes sonores. Il y a là quelque chose de destroy comme dans le mouvement punk.

11Si dans la peinture, l’idée de catastrophe est réalisée avec des couleurs, quand le Grand-Guignol passe à travers les concepts d’Alice Cooper ou de Marilyn Manson, c’est par des jeux d’ombres, des stroboscopies, qui rappellent Le Cabinet du Dr Caligari. Quant à la musique contemporaine, elle traite le temps sur le mode de l’imprévisible, de l’accident possible.

12L’accident, la catastrophe – qui créent surgissement et déroute – font partie de la vie, comme le module la chanson réaliste qui traite de la vie avec ses hauts et ses bas.

13Une compositrice comme Olga Neuwirth a intégré, dans sa musique, l’accident de moto qui lui est arrivé. Pour les compositeurs contemporains, c’est le chaos qu’il faut approcher et traiter musicalement. La grande nouveauté de la musique contemporaine, c’est qu’elle intègre ce qui nous expose au temps.

14Jusqu’au xxe siècle, la musique était là pour protéger les humains de l’œuvre du temps. Pour les Grecs anciens, l’art s’efforçait de faire vivre les gens dans un espace de beauté, d’éternité pour échapper au travail du temps.

15Ce n’est que par fissures que le Grand-Guignol approche chaos et catastrophes. Il est plutôt naturaliste, et ce qui le hante, ce sont les catastrophes secondaires : ampoule de carmin liquide qui éclate trop loin de la blessure, intrusion impromptue d’un chat sur le plateau, bouteille de champagne qui explose…

Haut de page

Notes

1 Orientation bibliographique : Agnès Pierron, Le Grand-Guignol, Paris, Robert Laffont, collection « Bouquins », 1995, 1435 pages ; Agnès Pierron, Les Nuits blanches du Grand-Guignol, Paris, Seuil, 2002, ouvrage illustré.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://leportique.revues.org/docannexe/image/2153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Pierron, « Le Grand-Guignol dans l’air du temps », Le Portique [En ligne], 22 | 2009, mis en ligne le 10 novembre 2010, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://leportique.revues.org/2153

Haut de page

Auteur

Agnès Pierron

Agnès Pierron est historienne du théâtre, spécialiste de l’épouvante (Le Grand-Guignol), collectionneuse et conférencière. Elle est chercheuse indépendante. Elle a obtenu le Prix de la Critique (2003) pour son Dictionnaire de la langue du théâtre (Robert). Elle est notamment l’auteur de Le Grand Guignol, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1995, 1435 pages, et des Nuits blanches du Grand-Guignol, Paris, Seuil, 2002, ouvrage illustré.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org