Navigation – Plan du site
Recensions

L’Animal. Littératures, arts et philosophies n° 11/12, hiver 2001-2002, « Dans la nuit ».

Benoît Goetz

Entrées d’index

Recension :

Numéro 9
Haut de page

Texte intégral

1La proximité de L’Animal et du Portique n’est pas seulement géographique. De nombreux auteurs collaborent à l’une et l’autre revue : Daniel Payot, Bastien Gallet, Philippe Choulet, etc. Et surtout L’Animal comme le Portique tentent un rapprochement entre la philosophie et « ce qui n’est pas elle », littératures et arts, d’une part, sciences humaines, d’autre part. D’où le choix de thèmes qui paraissent d’abord éloignés des questions classiques de la « philosophie pure ». Sans doute les rédacteurs de ces périodiques ont quelques raisons de suspecter l’assurance de ceux qu’une telle expression ne fait pas sourire. Une simple coïncidence est à l’origine du choix commun que nous avons fait pour nos dernières livraisons du thème de la Nuit. « Dans la nuit », on peut trouver, outre d’excellentes contributions des auteurs cités plus hauts, une méditation de Jean-Louis Chrétien sur les « gouttes de nuit » du Cantique des Cantiques (V, 2). Auteur d’un Antiphonaire de la nuit (Éditions De l’Herne, Paris, 1989), Jean-Louis Chrétien explore dans son article toutes les ressources et toutes les résonances de « cette expression scripturaire aussi belle qu’étrange [qui] ne cesse de se traduire et de se répercuter. » L’Animal recueille ces autres gouttes de nuit que sont les textes et poèmes de Jean Amsler, Stéphane Bouquet, Emmanuel Laugier, Gérard et Michel Butor. Et l’on trouvera aussi, mêlées aux poèmes de ce dernier, les photographies d’Henri Maccheroni, qui sont « des nuits trouées de lumières », comme l’écrit William Schuman, le directeur de la revue.

2Ce numéro s’enrichit encore d’un passionnant Cahier Roger Munier qui permet de mieux connaître cet écrivain, penseur et poète, à l’œuvre considérable. La rencontre entre Roger Munier et L’Animal était inévitable. On le comprendra en lisant ces propos de l’auteur d’Opus incertum : « ce qui me paraît maintenant encore tout à fait désirable, c’est un contact vivant entre philosophie et poésie – dans la “pensée” justement. [...] La plupart des très grands philosophes ont des formules souvent éblouissantes, étincelantes, très riches, et cela vient en général au bout d’une argumentation où, pour tout rassembler et conclure, il y a un resserrement heureux d’écriture, souvent poétique, ou qui pourrait être un aphorisme. » (p. 146-147). Un exemple ? Cette formule de Hegel, plus triviale ou proverbiale que poétique, qui donne son départ à la « petite suite italienne » de Daniel Payot (« petite ») peut-être, mais d’une profondeur et d’une ironie nocturnes : « Die Nacht, worin alle Kühe schwarz sind. »

3Nous attendons les prochaines livraisons de L’Animal avec impatience : « L’extase », « Nu » et « L’inquiétude ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Goetz, « L’Animal. Littératures, arts et philosophies n° 11/12, hiver 2001-2002, « Dans la nuit ». », Le Portique [En ligne], 9 | 2002, mis en ligne le 08 mars 2005, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://leportique.revues.org/195

Haut de page

Auteur

Benoît Goetz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org