Navigation – Plan du site
Des nouvelles du [parlement des philosophes]

Le [parlement des philosophes]

Texte intégral

1Après avoir organisé en octobre 2007 un colloque sur l’Animal, accompagné de lectures de textes poétiques (au Musée Zoologique, comme il se doit) et de spectacles de théâtre et de danse, le [parlement des philosophes] a animé en décembre au théâtre du Maillon une table ronde sur Philosophie des frontières, frontières de la philosophie, avec Marc Crépon, F. Raffoul, J. Rogozinski et J.-L. Nancy, accompagnés d’un violoncelle et de lectures de poèmes. Cette manifestation s’inscrivait dans le cadre du festival Strasbourg-Méditerranée, dont le thème de cette année était « Tomber la frontière ! » Notre participation à ce festival nous a permis de rencontrer un public différent, plus populaire et plus métissé que d’habitude…

2Dans le cadre du [parlement des philosophes], un groupe de travail intitulé « Résister au présent » se réunit tous les quinze jours au Centre Bernanos : « La tâche que d’emblée nous nous sommes assignée consiste à créer un espace de résistance [...]. Mais qu’est-ce au juste que résister? Et qu’entendre par résistance? [...] Il nous faudra renouveler les outils de l’analyse afin que la résistance, dont nous sentons bien l’urgence, trouve les modalités de son énonciation ».

3Pour toute information, contacter saint-eve.nicolas@neuf.fr ou postmaster@parlement-des-philosophes.org

4Cette année, le [parlement des philosophes] organise des journées sur W. Benjamin du droit au mythe ?, les 17 et 18 mars, au Palais Universitaire, avec des interventions de G. Raulet, G. Bensussan, B. Tackels, H. Wismann…

5Walter Benjamin lui-même, devenu l’objet de festivals et fournissant des citations commodes pour agrémenter le journalisme au quotidien, nous est devenu familier au point d’être méconnaissable. Loin de déplorer la perte d’un auteur au profit de ce que l’on pourrait percevoir comme banalité exotérique, nous souhaitons plutôt revenir sur la pensée strictement politique de Benjamin, en reprenant, comme point de départ, la question du mythe, elle-même non dépourvue d’ambiguïté : les débats de la fin des années quatre-vingt autour de la notion de « violence » aux États-Unis et en Allemagne l’ont montré. Il nous semble que c’est précisément la critique benjaminienne du mythe qui fournit le point d’articulation entre politique et esthétique. Nos débats adopteront ainsi une double perspective : analyser ce qui relève déjà, dans le traitement benjaminien du mythe, de la séduction intellectuelle, et, dans un deuxième temps, cerner les enjeux politiques du mythe que Benjamin conçoit comme apologie et double du droit, celui-ci étant à son tour mis en relief contre une notion de justice toujours évanescente. Ce dernier aspect ouvrira le débat sur la problématique théologico-politique et ainsi permettra de recadrer le complexe mythe-droit-politique chez Benjamin dans notre « époque mondiale ».

Haut de page

Annexe

Pour toute information, consulter notre site : www.parlement-des-philosophes.org.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Le [parlement des philosophes] », Le Portique [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 05 juin 2008, consulté le 26 avril 2017. URL : http://leportique.revues.org/1893

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org