Navigation – Plan du site
Les Ages de la vie

Présentation

Jean-François Bert et Benoît Goetz

Texte intégral

1Cette nouvelle livraison du Portique se veut, d’abord et surtout, un hommage aux Professeurs Liane Mozère (Département de sociologie de l’Université Paul Verlaine de Metz) et Pierre-Marie Beaude (Département de théologie, Université Paul Verlaine de Metz), à l’occasion de leur Éméritat. Nous tenons d’ailleurs à remercier le laboratoire des écritures pour sa contribution à l’organisation de la journée d’étude qui est à l’origine de cette publication.

2Dans un texte daté de 1978 1, Roland Barthes pose la question : « Qui veut les âges ? », et il répond : « Les sociétés archaïques, les sociétés militantes, bref toutes les sociétés fortes, dès lors qu’elles s’attribuent le droit de représenter les intérêts de l’espèce. L’intérêt de l’espèce est de clarifier, de coder le flux des générations, dans l’espoir de le maîtriser et de lui assurer un meilleur rendement. » Trente ans ont passé depuis ce texte, et l’on a pu observer que le « tranche-âge » de la vie humaine n’aura pas cessé d’être pratiqué massivement par les Institutions (comme la SNCF avec sa carte senior, ou comme l’État qui tente d’introduire la catégorie « jeune » dans la législation du travail). Les médias annoncent d’autre part une « guerre des générations : celle des jeunes contre les baby-boomers – qui serait féroce. Nos sociétés sont pourtant censées n’être plus ni archaïques, ni militantes, ni « fortes ». En revanche, beaucoup d’auteurs, depuis les analyses de Foucault, se réfèrent à la catégorie du « bio-politique » pour montrer à quel point le pouvoir se saisit de la vie biologique des hommes : de leur santé et de leur comportement en tant que vivants. Il est donc à nouveau question d’une sagesse du « savoir vieillir » qui se réfère davantage à l’hygiène et à la diététique qu’à l’éthique des anciens philosophes. L’hygiène publique du xixe siècle a, par exemple, largement transformé les savoirs sur l’enfance en mettant en place de nouveaux dispositifs prophylactiques qui se sont concentrés d’abord sur la question alimentaire. En ce sens, la figure de l’enfant gourmand est tout à fait caractéristique de l’invasion du vivant par le pouvoir. L’enfant qui ne sait pas résister à ses désirs alimentaires, dont le comportement est caractérisé par des grignotages, des dérèglements de l’appétit, celui qui ne comprend pas que « l’on ne peut pas pour lui faire table à part », constitue en effet une nouvelle catégorie, inventée par les médecins, les pédagogues et les autres entrepreneurs de morale, qui va servir à prouver l’instabilité des enfants et surtout leur incapacité à s’assumer. L’enfant gourmand est d’abord quelqu’un qui transgresse les règles de conduite qui gouverne le manger, le plaisir, la volonté et surtout le contrôle de soi.

3Il s’agira donc, dans un premier temps, de relire les textes traditionnels concernant la vieillesse (Cicéron, Sénèque) ou l’enfance (Rousseau), ou ceux qui produisent une théorie générale des âges (Cabanis, Schopenhauer, etc.).

4Bien sûr, et comme il est d’usage au Portique, nous avons également envisagé d’autres points de vue : historique, sociologique et anthropologique. Comment, par exemple, peut-on analyser les transformations des modalités du parcours des âges dans une société comme la nôtre qui est devenue plus normative – au sens de Foucault –, mais qui diffuse aussi une norme d’autonomie, qui a tendance à dérégler le parcours ordonné et institutionnalisé des âges par l’État social ? Comment est pensé le rapport intergénérationnel dans des sociétés « éloignées », comme l’Afrique ? Comment, enfin, le corps de l’enfant est-il devenu depuis le xixe siècle à la fois l’objet et l’enjeu de préoccupations sanitaires et sociales ? Nourriture, air à respirer, régime alimentaire, habillage, hygiène corporelle – c’est finalement toute l’éducation parentale qui est repensée en des termes médicaux.

5La question mérite, enfin, d’être reposée à nouveau frais : la philosophie a-t-elle encore quelque chose à dire sur les âges de la vie ? Ou son rôle se limiterait-il à examiner d’un point de vue critique les discours des sciences humaines à ce sujet, en particulier comme ils sont utilisés par les institutions ? Le thème du « devenir enfant » dans la philosophie de Deleuze, qui sera abordé dans ce numéro, montre que le rôle de la philosophie, dans ce registre comme ailleurs, ne saurait être simplement critique.

Haut de page

Notes

1. « Puer senilis, senex puerilis » (Extrait inédit du cours sur le « Discours amoureux »), Roland Barthes, Œuvres Complètes, Paris, Seuil, p. 481. Texte repris et augmenté dans la récente publication : Le Discours amoureux, séminaire à l’École Pratique des hautes études, 1974-1976, suivi de Fragments d’un discours amoureux : inédits, Paris, Seuil, 2007, p. 613.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Bert et Benoît Goetz, « Présentation », Le Portique [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 20 juin 2008, consulté le 26 avril 2017. URL : http://leportique.revues.org/1643

Haut de page

Auteurs

Jean-François Bert

Articles du même auteur

Benoît Goetz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org