Skip to navigation – Site map

21 | 2008
Les Ages de la vie

1er semestre 2008
Edited by Jean-François Bert and Benoît Goetz

Dans un texte daté de 1978, Roland Barthes pose la question : « Qui veut les âges ? », et il répond : « Les sociétés archaïques, les sociétés militantes, bref toutes les sociétés fortes, dès lors qu’elles s’attribuent le droit de représenter les intérêts de l’espèce. L’intérêt de l’espèce est de clarifier, de coder le flux des générations, dans l’espoir de le maîtriser et de lui assurer un meilleur rendement. »
Trente ans ont passé depuis ce texte, et l’on a pu observer que le « tranche-âge » de la vie humaine n’aura pas cessé d’être pratiqué massivement par les Institutions (comme la SNCF avec sa carte senior, ou comme l’État qui tente d’introduire la catégorie « jeune » dans la législation du travail). Les médias annoncent d’autre part une « guerre des générations : celle des jeunes contre les baby-boomers – qui serait féroce. Nos sociétés sont pourtant censées n’être plus ni archaïques, ni militantes, ni « fortes ». En revanche, beaucoup d’auteurs, depuis les analyses de Foucault, se réfèrent à la catégorie du « bio-politique » pour montrer à quel point le pouvoir se saisit de la vie biologique des hommes : de leur santé et de leur comportement en tant que vivants. Il est donc à nouveau question d’une sagesse du « savoir vieillir » qui se réfère davantage à l’hygiène et à la diététique qu’à l’éthique des anciens philosophes. L’hygiène publique du XIXe siècle a, par exemple, largement transformé les savoirs sur l’enfance en mettant en place de nouveaux dispositifs prophylactiques qui se sont concentrés d’abord sur la question alimentaire.
La question mérite, enfin, d’être reposée à nouveau frais : la philosophie a-t-elle encore quelque chose à dire sur les âges de la vie ?

Editor's notes

 

  • Revues.org