Navigation – Plan du site
Recensions

D. Milhaud-Cappe, Freud et le mouvement de pédagogie psychanalytique. 1908-1937, Paris, Vrin, coll. « Philosophie de l’éducation », 2007, 298 pages.

Frédéric Seyler

Texte intégral

1Cet ouvrage est l’aboutisse­ment d’une recherche docto­rale menée par l’auteur au sujet du Mouvement de péda­gogie psychanalytique et de ses trois principaux représentants : A. Aichhorn, H. Zulliger et O. Pfister. Si la perspective en est d’abord historique, le travail représente aussi un outil de valeur pour quiconque s’inté­resse aux rapports entre péda­gogie et psychanalyse, entre éduquer et guérir.

2La psychanalyse est-elle porteuse d’une pédagogie que l’on pourrait appeler « psycha­nalytique » ? C’est ce qu’ont cru tout d’abord les repré­sentants de ce mouvement historiquement situé et mé­connu aujourd’hui. C’était ce­pendant oublier que la position de l’éducateur, voire celle de l’enseignant, ne peuvent être simplement identiques à la po­sition de l’analyste, et l’auteur ne manque pas de montrer que l’aporie qui découle de cette identification se manifeste dans les pratiques novatrices de ces pédagogues : dans l’ap­proche qu’Aichhorn effectue de la délinquance juvénile, par exemple, l’éducateur finit par se situer dans une position qui s’apparente à celle du « chef de gang » et autorise largement le recours aux pratiques sugges­tives qui, si elles sont envi­sagées par Freud – sous l’in­fluence d’Aichhorn – pour cer­taines « populations » (p. 264), restent tenues à l’écart de la cure « classique ». De manière analogue, l’ouvrage éclaire le problème de l’identification et de l’idéalisation de l’éducateur dans les pratiques pédago­giques de H. Zulliger en Suisse. De plus, la pratique de l’enseignant voulant appliquer la psychanalyse rencontre ici le problème de la gestion du groupe.

3Mais, au-delà des impasses auxquelles se heurte le mouvement et qui mèneront fi­nalement à sa dissolution vers 1937, D. Milhaud-Cappe met en évidence l’interaction des pratiques pédagogiques issues du freudisme et l’œuvre de Freud elle-même, notamment en raison des relations per­sonnelles unissant Freud aux représentants du mouvement. Ces derniers ont donc con­tri­bué à l’élaboration de la doc­trine psychanalytique.

4Enfin, l’ouvrage n’est pas sans intérêt pour notre époque contemporaine et les enjeux éducatifs qu’elle comporte. La controverse concernant la fonction critique de la psy­chanalyse à l’égard de l’éducation reste d’actualité à l’heure où des voix sans nuances réclament le retour de l’autorité (ou de l’autorita­risme ?) en oubliant que l’auto­rité ne peut faire l’impasse sur ses coordonnées transféren­tielles sous peine de devenir le relais d’une exigence infinie et, finalement, d’anéantissement, c'est-à-dire de la pulsion de mort. Concluons donc avec l’auteur et Freud que « si l’édu­cation doit « chercher son che­min entre le Scylla du laisser-faire et le Charybde de la frus­tration », c’est bien de ce se­cond côté qu’elle risque de se trouver. Et pourtant sa tâche est presque « insoluble » dans la mesure où son efficacité (ré­primer) est inséparable de sa dangerosité (provoquer un re­foulement pathogène). Freud invite les pédagogues à se mé­fier d’eux-mêmes : ils manie­ront l’interdit, certes, mais sous le plus grand contrôle quant à sa nécessité, quant à ses modalités » (p. 273-274).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Seyler, « D. Milhaud-Cappe, Freud et le mouvement de pédagogie psychanalytique. 1908-1937, Paris, Vrin, coll. « Philosophie de l’éducation », 2007, 298 pages. », Le Portique [En ligne], 19 | 2007, mis en ligne le 29 juin 2007, consulté le 28 juin 2017. URL : http://leportique.revues.org/1111

Haut de page

Auteur

Frédéric Seyler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org